Voici venu le temps des interclubs… Fini, le tennis pépère de l’hiver :-)

 Voilà, le tennis pépère de l’hiver est terminé. Voici le temps du vrai tennis ;-) Quelques morceaux de vie des joueurs d’interclubs et, en-dessous, quelques changements comme les interclubs messieurs à 4.

 Il est venu le temps des intercluuuuuuuuuuuuuubs.

Quoi, il fait maussade ? Et alors !

C’en est fini des conditions de jeu de l’indoor.

C’en est fini de pouvoir attendre la balle.

Fini de ne pas se plaindre du soleil, des flaques, de la terre battue lourde, du vent.

Oui, dès samedi et dimanche, il va falloir à nouveau se bouger.

Aller à la balle.

Avoir froid entre les jeux.

Se demander dans quel sens Eole souffle.

Oui, le tennis pépère de l’hiver est bel et bien terminé.

Ce sont les in-ter-clubs.

Et tout ce qui va avec…

Déjà, depuis lundi, les capitaines se cassent la tête pour réunir une équipe complète. « Et voilà, Pierre est blessé et on n’est plus que cinq. Je fais comment moi ? »

Les barmen s’énervent au téléphone car les mêmes capitaines n’ont pas répondu à la sacro-sainte question :  «à combien ils mangent dans ton équipe ? »

Les plus distraits ont oublié de recorder leur raquette.

Pire, samedi ou dimanche, certains ne l’auront tout simplement pas retrouvée.

D’aucuns arriveront, ce week-end, sans avoir touché une balle pendant l’hiver. Et se blesseront sur la première course.

D’autres, forts de leurs heures hivernales, viendront gonflés à bloc. Mais en oubliant que l’outdoor, monsieur, c’est une autre discipline. Un autre sport. Surtout sur terre. Et surtout avec ce qu’il est tombé ces derniers jours.

Ce qui est agaçant, c’est qu’au moment où la plupart des terrains ont été refaits, il faisait sec. Et que, donc, ils n’ont pas été damés par la pluie. Donc, ce week-end, beaucoup de terrains seront déjà abîmés. Avec des faux bonds.

Oui, des faux bonds.

Qui vous feront dire : « pfffff, c’est pas du sport. Moi qui étais si fort il y a quelques jours encore. »

Les interclubs….

Avec ces retrouvailles. Ses amis que l’on retrouve au coin du bar. « On en boit une avant ? » « Une alors ».

Ou alors, les équipes nouvelles : « tu joues dans quelle équipe ? » « Ah, sorry, on n’est pas du même club ».

Et cette ambiance. Indescriptible pour ceux qui ne l’ont pas connue.

Quand, tôt le matin, le dimanche, les mecs se retrouvent chez le capitaine pour prendre le petit déjeuner. Avec des yeux mi-clos. « T’es encore sorti hier, toi ? » « Oui, mais t’inquiète, ca va aller ».

Et cela n’ira pas. Du moins pendant un set. Foutu soleil.

Cette ambiance, aussi, quand, sur la route, on se perd en cherchant le club improbable, au milieu de nulle part. Notez que, maintenant, avec les gsm et les gps, c’est plutôt facile. Mais avant, dans le temps, comme on dit, on partait à l’aventure. Et quelle aventure.

Mais le fond de l’ambiance est  le même.

Avec les premiers simples qui doivent commencer à l’heure. Et les équipes qui doivent arriver au moins un quart d’heure avant l’heure. Ah ah ah, la belle blague.

On arrive tout juste, on en boit une. Et on va tranquillement se préparer.

« Mais tu es là toi, chouette. Cela fait une paye. On en boit une petite avant ? Tu joues quantième ? Troisième ? Oh, dommage, tu ne joues pas contre moi. Mais pour le double, on s’arrange, hein ? »

Et le juge-arbitre qui vient rouspéter. Il a raison, le juge-arbitre. Il est déjà 14h25 (ou 9h30) et pas une balle n’a été échangée.

« Ok, msieur le juge, on y va. »

« Oh, zut, il pleut ! »

« Mais ce n’est pas de la pluie, cela, c’est de la bruine. On y va. Allez, sinon, on n’aura jamais fini. »

« Ben non, et alors ? »

Les interclubs…

Les matches commencent.

« On va le voir ? »

« Mais non, tu sais bien qu’il ne supporte pas quand il est coaché.  De toute façon, cela ne sert à rien, il va encore s’énerver et tout de même gagner en trois sets. On ira plus tard. »

Du club-house, on essayera de suivre les matches. Et, par des signes étonnants, on tentera d’attirer l’attention du joueur. « c’est combien ? » « Hein ? ». « C’est combien ? »

« Chuuuut, dira un autre. »

Et ces vrais matches de Coupe Davis. Ou on donne tout. Ben non, on ne joue pas tous très bien, mais et alors ? En interclubs, ce n’est pas la beauté du style qui compte, ce sont les tripes. « Balance lui des ballons, tant pis, on a besoin de ton point, Christophe a perdu. Fais ce que tu veux, mais gagne ! »

Et de se battre. Et de limer, de crocodiliser. De remettre, n’importe comment mais peu importe. De gagner.

« Bravo gars. » « Oui, mais j’ai vraiment mal joué. » « Mais on s’en fout, t’as gagné. »

Midi.

Enfin, midi, quatre heures.

« On mange quoi ? »

« Boulettes frites »

« Ben oui, on est des sportifs. »

« On prend une bouteille ? »

« Ben oui, on est sportif. »

« Bon, les gars, on joue comment les doubles ? »

Y en aura toujours un pour dire : « deux contre deux ».

« wouarfff »

« Non, mais allez, sérieux, s’énervera le capitaine. »

« Attends un peu, on verra plus tard. »

« Moi, je vais faire une petite sieste dans le vestiaire. Trop de soleil. »

« mwouaais. »

Et les doubles commencent. Avec leur lot de cris, de joie et d’énervement.

Tiens, une raquette qui vole. « Pascal joue en double ? »

« Ben oui, j’avais pas le choix… »

L’interclubs est fini. 

« Allez, la dernière, c’est pour le club. »

Le gsm sonne. C’est madame, ou monsieur.

« Ben oui, chéri (e), je te jure, on vient de terminer. Quoi, déjà ? Il est 22 heures. C’est dingue, Pierre et Pascal viennent de gagner le dernier double. Quoi ? Non, on a perdu. Oui oui, promis, je pars. Je termine celle-ci et j’y vais. »

« Bon, les gars, j’y vais. Dimanche prochain, petit-déj, chez moi. 7h30 à la maison. »

« On s’entraîne de la semaine ?…. »

« Euh, je te sonne mardi…

Bons interclubs à tous !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Et, si vous voulez quelques trucs et astuces pour jouer dans des conditions difficiles

 Quelques changements

 Côté francophone, les interclubs ont connu quelques modifications cette saison. La plus importante est l’apparition des équipes messieurs de 4 joueurs le dimanche. « Nous avons voulu tester la formule, m’explique Jean Frère, administrateur AFT, pour répondre à la demande des joueurs qui sont de plus en plus nombreux à trouver que la sortie du dimanche est trop longue. Le succès n’est pas énorme, avec seulement 30 % des équipes en AFT (ndlr : Liège n’as pas testé la formule). Mais il faut savoir qu’à la VTV, pour leur deuxième année, ils en sont déjà à 80 % alors qu’ils n’étaient qu’à 50% l’an dernier. Je pense que l’AFT va suivre la même tendance même si je sais que les clubs ne voient pas tous cette formule d’un bon œil car ils ont peur que le bar fonctionne moins bien. »

Autre modification notoire, le fait que l’on peut à nouveau inscrire une équipe directement en nationale. « Oui, il faut simplement avoir le minimum de points requis pour être dans la dernière équipe nationale alors que, les saisons précédentes, il fallait sortir de la première division régionale. Une autre nouveauté concerne les divisions 1 qui commencent en même temps que les divisions nationales inférieures. »

Question popularité, les interclubs semblent en tous les cas demeurer un must : « en AFT, nous sommes stables en nombre d’équipes, ce qui est un bon signe, conclut le président hennuyer, avec lequel je reviendrai plus tard sur le coût du tennis. »

Cette entrée a été publiée dans les humeurs, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à Voici venu le temps des interclubs… Fini, le tennis pépère de l’hiver :-)

  1. Mike1 dit :

    Excellent!! Tout est du vécu (sauf évidemment pour moi la rentrée à 22h qui ne m’est jamais arrivée- je suspecte mon épouse de me lire, malgré mon pseudo)

  2. Claudy dit :

    Tout bon cet article, on y retrouve tout ce qui fait la beauté de cette compétition si particulière et cette ambiance si belge…

  3. joel dit :

    Bravo Patrick, tu as su traduire exactement l’atmosphère spéciale des interclubs.
    Cela dit, je suis quand même content de jouer ce dimanche à La Louvière, où il y a des terrains couverts :)

  4. Lenja van der Laan dit :

    J’ai eu beaucoup de plaisir à lire ce récit pétillant et amusant!
    Oui! Quelle chance de pouvoir faire partie d’une équipe interclub!
    Les échanges…pas que des balles…rapprochent tous ceux et celles qui font partis d’une équipe.
    Enjoy it all!

  5. PREVOT P dit :

    ben oui, ça commence! Très peu de monde cependant lors des rencontres Nat. 1. Faire le détour vaut souvent la peine (Vautour, Odrimont, Panorama, …)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>