Un travailleur sur dix victime de dépression

Santé mentale Cette maladie a un coût : 92 milliards

Les résultats de l’enquête IDEA ne sont encore que partiels. Déjà, ils montrent qu’en Europe, une personne active sur dix s’est absentée de son travail à cause d’une dépression en 2010. Ce qui représente en moyenne une perte de 36 jours de travail par « épisode de dépression ».

« La dépression constitue le problème de santé mentale le plus important chez les personnes en âge de travailler et plus de 30 millions de citoyens européens souffrent de dépression à un moment de leur vie », indique cette étude menée sur 7.000 personnes dans le cadre de l’enquête IDEA (Impact off Depression in the Workplace in Europe Audit). Une étude qui s’est déroulée dans sept pays en Europe (Angleterre, Danemark, France, Italie, Allemagne, Espagne et Turquie).

Parmi les travailleurs ayant souffert de dépression, les Allemands (61 %), les Danois (60 %) et les Britanniques (58 %) étaient les plus enclins à prendre un congé, tandis que les Turcs étaient les moins enclins à le faire (25 %). Ce qui n’a qu’un impact limité sur le coût de la dépression pour les entreprises. « Globalement, cette maladie a coûté 92 milliards d’euros en 2010 en Europe », indique encore l’étude, dont les premiers résultats sont publiés dans le European Journal of Neurology. Ces pertes résultent d’une baisse de la productivité liée autant à l’absentéisme qu’au « présentéisme », soit la présence au travail des travailleurs malgré leur maladie. Et les auteurs précisent que les symptômes cognitifs de la dépression (problèmes de concentration, indécision et/ou pertes de mémoire) entraînent une dégradation significative des capacités et de la productivité au travail et sont présents dans 94 % des épisodes de dépression.

Selon cette étude toujours, il ressort que le nombre de jours de congé moyen pendant un épisode de dépression s’élève à 36 jours. En Allemagne et en Grande-Bretagne, les travailleurs sont absents plus longtemps (41 jours) tandis qu’en Italie, leur absence est plus limitée (23 jours).

À noter encore, une personne ayant souffert de dépression sur quatre admet ne pas avoir parlé de son problème à son employeur. Parmi elles, une personne sur trois estime que cela aurait mis son emploi en péril compte tenu du climat économique actuel. Les résultats complets de l’enquête IDEA seront publiés en 2013.

En Belgique

Selon l’Enquête santé de 2008, la dépression occupe la première place des affections chroniques relevant de la santé mentale dans notre pays. Le nombre de femmes dépressives est plus élevé que le nombre d’hommes

dépressifs. Elle touche en moyenne, 12,1 % des femmes et 5,5 % des hommes. Ce pourcentage fluctue avec l’âge. Il est de 10,1 % dans le groupe des 55-64 ans contre 5,3 % dans le groupe des 15-24 ans.

Stress

Le stress chronique est néfaste pour la santé. Outre sa composante strictement neuropsychiatrique qui peut déboucher sur une dépression, il ressort d’une étude espagnole que s’il dure plus de six mois, il augmente sensiblement le risque d’accident vasculaire cérébral. L’AVC n’est autre que l’obstruction ou la rupture d’un vaisseau transportant le sang dans le cerveau. Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs de l’hôpital universitaire San Carlos de Madrid ont étudié les événements qui avaient précédés un tel AVC chez 150 patients. Les chercheurs ont bien sûr tenu compte d’autres facteurs susceptibles d’expliquer ce stress chronique (facteurs psychologiques) mais aussi sur l’AVC (cholestérol, hypertension, diabète etc.). L’alimentation (café, alcool, boissons énergisantes…) et le tabagisme ont aussi été pris en compte. Au final, malgré ces divers ajustements, il apparaît que le stress chronique multiplie par quatre le risque d’AVC.

DU BRULLE,CHRISTIAN

Cette entrée a été publiée dans REPORTAGES. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>