Faut-il contraindre les chômeurs à travailler bénévolement ?

Q10 Faut-il contraindre les chômeurs à travailler bénévolement ? from Instants Productions on Vimeo.

La réciprocité. Ce mot, on l’entend de plus en plus. La solidarité doit aller dans les deux sens désormais. Fini d’avoir des travailleurs payeurs pour des chômeurs fainéants, assène-t-on dans les médias. Du coup, des voix toujours plus nombreuses estiment qu’il serait normal que les chômeurs de longue durée soient forcés à rendre des services à la société pour justifier l’allocation sociale qu’ils perçoivent. Ce serait donc ça la solution ? Transformer tous les chômeurs en bénévoles forcés ? Nous avons posé la question à nos experts.

Cette entrée a été publiée dans LE TRAVAIL EN QUESTIONS. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

40 réponses à Faut-il contraindre les chômeurs à travailler bénévolement ?

  1. Thib dit :

    Excellente idée…. ne fut ce que pour sécuriser les abords des écoles au matin,….

  2. Ce ne serait pas une mauvaise chose dans la mesure où ces travaux ne concurrencent pas des fonctions pour lesquelles des travailleurs sont déjà en place. Notamment parce que ça oblige à se lever, à rencontrer des gens, etc…Une meilleure idée serait probablement d’utiliser les chômeurs pour occuper toute une série de mandats publics rémunérés monopolisés par les cumulards de politiciens. http://www.democratie-nouvelle.be.ma a fait une étude il y a environ 1 an et demi: il y a 500 à 2000 postes de travail a créer, la plupart accessibles à des chômeurs âgés unilingues. ( administrateurs d’ intercommunales, de grosses asbl, etc…, pas les mandats politiques à proprement parler )

  3. Thibasch dit :

    Très bonne idée… mais mettons la priorité sur les bénéficiaires du Revenu d’Intégration Sociale (qui eux, contrairement aux chomeurs, ne sont même plus obligés de chercher un travail) et poussons les au nettoyage des rues communales par exemple. Rotterdam l’a fait alors pourquoi pas en Belgique?

  4. Ahaha dit :

    Oh oui alors ! J’adorerais que l’ONEM me laisse travailler bénévolement dans le social mais voilà je n’en ai pas le droit ! Faudrait savoir… Je crois que je vais juste changer de pays, ça ira plus vite !

  5. nicolas dit :

    Très bonne idée, ne serait-ce que quelques heures par jour, afin de laisser également le temps nécessaire à la recherche d’un véritable emploi.
    Maintenant, l’encadrement et le suivi de ces activités bénévoles ne serait sans doute pas simple. Il faut également respecter le principe d’équité: qui serait exempté par exemple?

  6. Jean dit :

    Jaime pas les chaumeur.

  7. Dan dit :

    Forcer quelqu’un a travailler gratuitement ou contre une somme dérisoire, cela porte un nom : EXCLAVAGE, ne vous en déplaise bande de fasciste !

  8. Pol DEMANET dit :

    Il y a donc encore du travail ? Étrange de le proposer en bénévolat !

  9. Raph dit :

    Une personne qui perçoit un salaire tous les mois, sans travailler, c’est juste malsain! Toute personne DOIT travailler, ne fût-ce que pour se sentir utile à la société, et garder un minimum d’amour propre… En Belgique, certains chômeurs se complaisent dans cette situation. Et c’est bien normal, vu la différence parfois inexistante entre les bas salaires et les indemnités de chômage!

    Tout travail mérite salaire, mais le contraire est vrai aussi! C’est juste du bon sens! Mais voilà, comme d’habitude, les Belges se voilent la face et crient au fascisme dès que leur “acquis sociaux” sont égratignés!

    • Patrick Séverin dit :

      Pour nourrir votre réflexion, je peux vous proposer cette ancienne vidéo que nous avons déjà postée il y a quelques semaines :

      https://vimeo.com/50016946

    • un type dit :

      On « doit » ?! Vous voyez bien que vous êtes fasciste !

      Les disparités dont vous parlez, ce ne sont pas les chômeurs qui en ont le pouvoir décisionnel, mais des « travailleurs ». Si vous ça vous amuse de claquer votre fric dans une bagnole, dans des fringues, pour aller et paraître au boulot, c’est votre choix.

      Il y en a d’autres qui se contenteraient de participer à leur communauté, pas à la vôtre comme vous aimeriez l’organiser.

      Il y en a d’autres qui ne coûtent pas ce que coûtent les routes, notamment en termes de pollutions, accidents, incivilités, police, etc. divers. Mais des gens comme vous les empêchent de vivre comme ils l’aimeraient : coool…

      • Josegaut dit :

        @ un type : l’argumentation de Raph me fait furieusement penser à un film de Picha, “Le chaînon manquant” et à un passage en particulier : http://www.youtube.com/watch?v=1R4UPiGqIjA

        • Raph dit :

          Bravo pour votre argumentation, Josegaut! Ça vole haut. Non, franchement, bravo… Plus moyen de dialoguer et débattre sereinement de nos jours. C’est triste: dès que quelqu’un a un avis différent du vôtre, c’est forcément un ‘con’, c’est ça…? Avec vous, vive la dictature de la pensée unique! Et après, c’est moi que l’on traite de fasciste?!?

          Le chômage est une invention magnifique: les accidents de parcours, ça peut arriver à tout le monde (je trouve même que les indemnités de chômage sont trop PEU élevées, au début). Par contre, après une longue période de chômage, le chômeur pourrait accepter de travailler, ne fût-ce que quelques heures par semaine en échange des aides de l’État. Je ne vois vraiment pas ce qu’il y a de choquant là-dedans… C’est du bon sens!

          Nos rues sont dégueulasses! Personne pour les nettoyer… Pourquoi pas demander aux chômeurs de s’en occuper, et d’ainsi contribuer au bien-être général (dans la mesure où l’État, lui, contribue à leur propre bien-être)?

          • Patrick Séverin dit :

            Être privé d’emploi, aujourd’hui, ça n’est plus un accident de parcours. Si on compile tous les chiffres, il n’y a même pas un emploi disponible pour dix personnes qui en cherchent. Il faut donc arrêter de mettre la responsabilité sur le dos des chômeurs, cher Raph. Travailleurs et chômeurs devraient au contraire s’allier pour défendre les conditions de travail. Votre réflexion pousse à l’inverse.

            S’il y a des rues dégueulasses à nettoyer, qu’on engage des gens pour le faire. Avec tous les droits et protections qui vont avec.

    • Spirou dit :

      Et une personne qui travaille à qui on retire 35% de précompte et de charges onss, vous appelez ça comment? Un devoir citoyen?

      L’état veut du fric? qu’ils arrêtent de construire de prisons hors de prix, qu’ils remettent les détenus au pain sec et à l’eau croupie et que eux, bossent pour la société au lieu de suivre des études aux frais de la princesse !!!

  10. Mélusine7 dit :

    Non! ce que l’on fait sous contrainte n’est jamais bien fait – on prend l’emploi de ceux qui pourraient être rémunérés – c’est du temps pris sur la recherche d’emploi et la formation – on déconsidère le chômeur qui a un haut niveau de formation. En un mot, oui c’est une forme de traite des êtres humains.

    • Josegaut dit :

      Tout à fait d’accord avec vous : si en tant que titulaire d’un master, je me vois obligé de bosser à temps plein pour justifier l’octroi d’une allocation dérisoire (me condamnant à vivre dans la pauvreté, sans le moindre doute), je ne vois pas comment je pourrais me consacrer à la recherche d’un job et avoir l’espoir de retrouver un jour un emploi correspondant à mes qualifications.

      A 53 ans, je n’ai jamais chômé et j’espère vraiment que cela ne m’arrivera jamais.

      Mais certains ici semblent penser que c’est une chance de ne rien faire et de toucher 900 EUR par mois. Je suppose que de nombreux chômeurs sont prêts à échanger leur situation contre la leur.

  11. Mélusine7 dit :

    Par contre, il faut élargir le système ALE, afin de permettre des chômeurs de rester actif et de recevoir un supplément qui montrerait l’estime de l’”employeur”. Mais le mieux c’est de créer de vrais emplois.

  12. Alain Cosyns dit :

    Tout travail merite salaire… Mais, NOUS les payons et ne recevons pas leur travail, alors???

  13. Gaetan dit :

    A l’intervenant “Patrick Italiano”, il ose parler de contrainte ??? Ils ne sont pas obligés de toucher l’allocation.
    Et la personne qui a un emploi, elle n’a pas la contrainte d’avoir un patron et d’être tirée de son lit pour travailler ??

  14. eKooz dit :

    Les asbl font souvent un travail que l’Etat devrait réaliser (association de Patient, groupe d’entraite aux plus démunis, …). Les bénévoles qui y travaillent (et j’en suis) sont donc déjà des fonctionnaires déguisés. Alors que des chômeurs puissent travailler comme bénévole pourquoi pas mais…

    Il ne faudrait pas que :
    - cela soit un piège à l’emploi et empêche un chômeur à trouver un vrai travail
    - cela empêche les grosses asbl de réellement engager du personnel

    Il faudrait que:
    - ce travail soit fait sur base volontaire
    - ce travail puisse réellement compter sur le CV en terme d’expérience
    - les chômeurs-bénévoles soient considérés comme de vrais travailleurs
    - ce soit une période de transit pour trouver un travail rémunéré

    Dans ces conditions cela pourrait être un tremplin à l’emploi. Sinon c’est à considéré comme une punition de plus pour les chômeurs.

  15. Josegaut dit :

    S’il s’agit de les faire travailler “bénévolement”, personnellement je refuserais catégoriquement de le faire pour une somme inférieure à 1000 EUR par mois.

    Si je suis chômeur et que l’on m’oblige à travailler, le minimum est d’adapter le montant de mon allocation de chômage au salaire d’une personne effectuant le même travail, qu’il s’agisse de nettoyer le bord des routes, de ramasser les poubelles ou d’entretenir des espaces publics, par exemple.

    Mais bizarrement, je crains que mon travail n’intéresse plus personne dans ces conditions… Le but de la manoeuvre est bel et bien, me semble-t-il, de créer une sorte de concurrence en interne (comme si celle amenée par la mondialisation ne suffisait pas) sur le marché du travail, où l’on pourra alors dire à ceux qui gagnent un salaire normal (tout est relatif) que des chômeurs font le même boulot qu’eux pour beaucoup moins cher.

  16. Catherine dit :

    Ah qu il est bon qu il est doux d avoir un travail renumere par ces temps de crise, non seulement vous aurez le bonheur d avoir un salaire petit, moyen ou gros selon le nom que l on donne a vos professions, selon vos horaires egalement, selon votre sexe aussi, selon votre audace a vous vanter de vos competences ou au contraire votre timide soumission, mais en prime histoire de soulager vos frustrations, de soulager votre mal-être decoulant probablement de votre travail ou de votre entourage, vous pourrez bientot vous offrir un chomeur, un bon gros chomeur, de longue durée si possible, et qui se leve bien tard, cela vous evitera d engager (vous savez avec un contrat, ou on a le droit a une renumeration, et avec des cotisations, vs savez pour la pension, la santé et….ah oui l assurance chomage, au cazou, si on est vire un jour pour je nsais quelle raison). bref que du bonheur en perspective. Tiens, je parie que vous en revez aussi, ils ont l air tellement heureux ces chomeurs. Qui prend ma place?

  17. faim dit :

    Je propose que l’on devienne tous cannibale pour qu’on puisse manger ces fainéants allocataires sociaux bien trop gras

  18. olivier dit :

    Qui parle de travailler bénévolement ?
    Toute personne qui a une allocation de chomage doit accepter de travailler pour le montant percu au maximum chaque mois…

    Dans tous les cas, et au vu de la situation, pourquoi est ce que ces personnes ne pourraient pas, quelques heures par semaine, aider leurs semblables en contrepartie de leur allocation pour montrer leur bonne volonté ???

    Parce que tous ceux qui travaillent en noir seraient emmerdes de devoir quitter leurs clients pour prester des heures pour leur chomage …

    Personne ne parle d’esclavage, mais de responsabilités vis à vis du fait que les gens qui travaillent aident ceux qui ne travaillent pas. Pourquoi est ce que ceux qui ne travaillent pas ne prendraient pas quelques heures de leurs temps pour aider les collectivités locales en échange de leur allocation de chomage ? On ne parle pas de travailler a temps plein, juste quelques heures … Moi ca me paraît dingue que ce ne soit pas encore d’actualité dans notre pays d’assistés …

  19. steakfrites dit :

    Si le chômage devient une rémunération contre prestation, c’est peut-être qu’il y a des emplois à créer, non?

    Prétendre que c’est du bénévolat pour sous-payer des travailleurs, tout en prétendant qu’ils n’en sont pas, ça me semble à la fois malhonnête et destructeur pour la notion même du travail rémunéré.

  20. Claude dit :

    Que les demandeurs d’emploi participent à l’effort collectif me paraît évidement logique. Encore faut-il que cela soit organisé dans les règles et pas dans l’esprit revanchard, rancunier que l’on peut le lire et entendre trop souvent. Contraindre les chômeurs à effectuer des travaux bénévoles? Sur papier, oui. Sur le terrain, les choses sont quelque peu différentes. Mais pourquoi pas puisque cela se fait ailleurs, notamment les pays d’Amérique latine? C’est même la règle là-bas. Le hic, là-bas, ce n’est pas ici et quelque chose me chiffonne si un tel dispositif voyait le jour en Belgique. D’abord, quel type de travail bénévole? Ne va-t-il pas prendre la place d’un travailleur sur contrat? Ne serait-ce pas le ballon d’oxygène rêvé pour les employeurs en difficulté? Enfin, n’est-il pas étonnant que l’on puisse procurer ainsi, par un grand coup de baguette magique, des travaux à des demandeurs d’emploi en période de contraction sévère de l’offre disponible sur le marché, à la seule condition que ce soit bénévole? Il y a quelque chose de malsain dans cette démarche.

  21. DQJean dit :

    Je trouve le titre erroné: Il ne peut s’agir de bénévolat puisqu’il y a une rémunération à la clé! Je trouve normal que le chômeur fasse un travail utile pour la communauté, puisque celle-ci le paie. J’ai lu que certaines communes en Hollande appliquent ce procédé: Le chômeur travaille à mi-temps, de préférence dans un secteur ou il pourrait être recasé. Le montant de l’allocation de chômage pour une demi journée n’est quand même pas à dédaigner… L’autre demi journée ils suivent une formation de recyclage. Le plus bizarre est qu’après un an, le nombre de chômeurs inscrits avait baissé de 40% ( trouvé du travail ou plus possible de travailler en noir?)

  22. Beaucoup de chômeurs travaillent déjà bénévolement, notamment dans le secteur associatif. Éventuellement, leur travail pourrait être transformé en emploi… Mais ce qui est à l’ordre du jour c’est de transférer l’activité bénévole de nombreux chômeurs vers des emplois… qui ne seront pas payés. Outre que cela va affecter de la main d’œuvre quasi-gratuite hors des secteurs qui ne sont pas régis par le marché et détruire donc toute une partie de la société, ces chômeurs non payés contribueront à la destruction de l’emploi puisqu’ils occuperont des postes qui, s’ils sont jugés nécessaires, doivent être pourvus aux conditions normales du travail. Sinon chaque travailleur sera menacé d’être remplacé par un chômeur gratuit à très court terme…

  23. BrillenOtarie dit :

    Il y a un petit détail….
    Il ne faut pas oublié que pour le professionnel rémunéré dans un secteur ou une fonction, quand des dizaines de milliers de personnes viennent d’un coup “proposer” de faire son job gratis…. c’est lui qui tombe directe au chômage.
    Or faire brosser les rues, c’est oublier que beaucoup de chômeurs sont avant tout un potentiel de personnes qualifiées que l’on est en train de déqualifier. Donc si on “propose” aux chômeurs des travaux en dessous de leurs qualifications, on détruit leur capacité à se réintégrer. Si on propose aux chômeurs des jobs nuancés en fonctions de leurs compétences, bonjours ceux auxquels ils vont faire concurrence…

  24. Spirou dit :

    Qu’on supprime simplement tout ce qui est charge ONSS, que chaque personne puisse gérer son propre argent, comme le système américain, on perçoit directement notre salaire brut, sans précompte, sans charges ONSS à payer et on gère notre argent nous-mêmes sans rien verser à l’état, que celui qui tombe au chômage, vive sur ses réserves, que les pensions soient épargnées par les gens eux-mêmes et que tous ces profiteurs ne méritent plus de leurs allocations familiales ou autre aussi… Tu gères bien ton fric, tu vis, tu ne sais pas gérer ton patrimoine, tu crèves, on verrait qui subsiste, on serait étonné je pense !

    La plupart des gens qui parlent ici sont des fachos, ils ont un boulot donc ils crachent sur les chômeurs, Môssieur le travailleur qui a 2 enfants, si on te retire tes allocations familiales mensuelles que diras-tu? Si on te supprime ta pension ou ta prépension en te disant que tu n’avais qu’à prévoir, que diras-tu? hein? On pourrait aussi te supprimer tes congés payés et ton 13ème mois pour créer un budget pour favoriser la création d’emploi? Et le jour où ta boîte fera faillite? ou sera en restructuration, avec tes gosses, tu iras vivre sous un pont? nan, sérieux, tu seras content d’avoir des allocations de chômage et là tu feras petite mine.

    Il y a beaucoup de profiteurs en Belgique, mais personne ne les attaque, eux… ceux qui ne parlent même pas assez bien Français que pour s’inscrire au chômage sans traducteur??? Mais pourquoi ces gens, bénéficiant d’une allocation d’intégration sont-ils exempt de prouver leur recherche d’emploi?

    Ce n’est un secret pour personne, 233.000 chômeurs et environ 70.000 postes à pourvoir par an… il y a un souci, il ne faut pas avoir fait l’unif ou être sur-diplômé pour se rendre compte qu’il n’y a pas de boulot pour tout le monde, alors pourquoi en vouloir aux chômeurs? Les chômeurs ne peuvent pas faire de miracle. Les chômeurs du moins pour la plupart d’entre eux, travaillaient avant d’être chômeur, ils ont participé au paiement de vos allocations familiales, maladies, pensions, chômage… vous n’avez pourtant jamais refusé l’argent de ces scrupuleux profiteurs avant maintenant…

    J’pense que beaucoup feraient mieux de fermer leur g… et de s’imaginer un jour à la place d’un chômeur et vu la conjoncture actuelle, il y aura encore de nombreuses faillites et délocalisations, personne n’est à l’abri d’un licenciement, foutez-vous ça dans le crâne, alors bougez ensemble pour qu’il y ait du boulot pour tout le monde… putain, y’a 60ans nos grand-parents ont sués sang et eau pour nous offrir les conditions de vie que nous avons maintenant et une poignée de cons sont en train de tout nous retirer et personne ne bouge… Vous êtes vraiment tous des moutons…

  25. Anyl dit :

    Avant de contraindre, il faudrait déjà autoriser ! Le bénévolat est actuellement quelque chose qui est découragé pour les chômeurs.
    Chômeuse de plus de 50 ans, je suis tombée sur cet article en cherchant “chômeur bénévole” !
    Dans ma situation, mes chances de retrouver un emploi sont proches de zéro, quels que soient les efforts que je consacre à cette recherche. Plutôt que perdre mon temps et mon énergie à cette recherche vaine mais forcée (pour ne pas perdre les allocations) ce serait réellement plus positif pour moi de donner de mon temps en me rendant utile. Je trouve normal de le faire en échange des allocations que je reçois.
    Ceci devrait être possible en tous cas pour les chômeurs âgés dont le marché de l’emploi manifestement ne veut plus et l’incitation à le faire pourrait être une dispense de recherche d’emploi. Cependant ce serait négatif de conditionner les allocations au bénévolat ou d’imposer telle tâche ou un nombre d’heures.
    A ceux qui en veulent aux chômeurs, je propose qu’ils s’imaginent un instant dans la situation (qu’ils connaîtront fort probablement tôt ou tard)
    Si on laissait d’abord s’exprimer la bonne volonté des gens ? Je pense qu’on pourrait être heureusement surpris du résultat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>