22 avril 2010

Lien social, ou prison sociale?

Catégorie Réflexion

Chaussures monastèreRetrouver le lien social : un des enjeux de notre société individualiste, selon de nombreux chercheurs, penseurs, militants,… Et un élément majeur à prendre en compte dans les indicateurs de richesse.

Au Bhoutan, le lien social est très fort. Il remplace même dans une certaine mesure la sécurité sociale. Tout le monde connaît tout le monde, on vit très proche, on dort encore souvent dans la même pièce, on entre et on sort de chez ses amis sans autre formalité que bonjour-au revoir.

Tout d’un coup m’apparaît une évidence: ce lien social que nous réclamons, nous avons oublié ce qu’il signifiait chez nous. Quelque chose comme l’esprit de village, la pression du regard des autres, des voisins proches et moins proches, la quasi impossibilité de bouger sans que tout le monde soit au courant, très peu de place pour l’intimité,…

Notre société, stigmatisée pour son individualisme, est-elle vraiment prête à “remettre du lien social”?

(photo : Fabienne Liénard)

1 commentaire - donnez votre avis !

Commentaires

Une réponse à “Lien social, ou prison sociale?”

  1. Marthe-Marie, le 17 mai 2010 16 h 35 min

    En effet, le lien social tel qu’il existe au Bhoutan (pour des raisons de pauvreté excessive)a été détruit ici par notre système économique qui vise à faire consommer toujours plus en séparant : chacun sa maison, son frigo, son auto et si possible toujours plus… La “pression” sociale dont vous parlez est négative ici. Ecoutez les jeunes s’exprimer lors de l’Emission “Quand les jeunes s’en mêlent” de la RTBF 1 du 13 mars, se sentir obligés d’être à la mode, d’être “à la hauteur” (de look!), etc. au détriment de leur être profond. Heureusement, des efforts sont faits pour retisser le lien social, source de sécurité, de bonheur, de simplicité. Se pencher sur nos besoins vitaux, les identifier et les satisfaire adéquatement dans un équilibre, parmi lesquels le besoin vital d’intimité et celui du respect, pourrait remettre les pendules à l’heure ici comme au Bhoutan d’ailleurs! http://www.pourlebonheur.be

répondre