27 septembre 2007

Pourquoi le pari Génération Congo

Catégorie rencontre

La plus grande richesse du Congo, au-delà du sol et du sous-sol,
c’est le talent et le dynamisme de ses citoyens

A l’instar de Yambi, qui accueille 150 artistes congolais en Belgique, ce numéro spécial « Génération Congo » est un pari. Un pari qui ne porte pas sur les mines, le pétrole, les terres ou les forêts, sur tous les habituels sujets de convoitise et de spéculation, mais sur la plus grande richesse de ce pays, ses hommes et ses femmes.

La vidéo 

Le journal du 27 septembre “Génération Congo” en accès gratuit (PDF)

Parmi les centaines, les milliers de Congolais que nous avons croisés au fil des années, parmi les millions d’autres qui se battent, s’accrochent pour vivre ou survivre, qui sont restés debout malgré la dictature, les guerres, les occupations étrangères et les déchaînements politiques, nous en avons retenu quelques-uns. Une cinquantaine d’hommes et de femmes, une poignée de citoyens qui représentent un choix parfaitement arbitraire, un choix qui mécontentera à juste titre tous ceux qui auraient mérité ou souhaité être cités.

Que les déçus se rassurent, ce choix n’est pas plus un palmarès qu’un panthéon, simplement l’éclair d’un flash jeté sur de simples citoyens qui n’ont qu’un point commun, celui de croire en leur pays et de se battre pour y vivre.

Trop souvent, lorsqu’il est question du Congo, terrain d’exercice privilégié pour l’action humanitaire, la compassion ou l’indignation, des images douloureuses défilent : enfants soldats ou sorciers, femmes en souffrance, hommes en armes terrorisant les civils.

Quant aux richesses du sol et du sous-sol, elles sont souvent synonymes de violences, d’exploitation, de contrats léonins voire de prédation pure et simple… Tout cela, la presse l’évoque à longueur d’année, et elle devrait le faire plus encore, pour qu’il soit mis fin à l’injustice depuis trop longtemps faite à ce peuple.

Il y a cependant une autre réalité congolaise : une formidable somme de talents, de créativité artistique, d’imagination. De qualités humaines aussi. Car dans ce pays, tout n’est pas que douleur et misère, on peut rire, de préférence avec des amis, s’amuser, vivre en famille, se promener, bref, tout simplement être heureux. Car les Congolais, si souvent accablés par le sort, ont aussi le génie du bonheur. Dès que le vent cesse de souffler, ils se redressent, s’organisent, se remettent au travail, parfois en désordre, et, « en tout cas » ils se débrouillent et s’entraident. A leur façon, ils résistent aussi, et opposent une remarquable volonté de paix et d’entente à tous ceux qui voudraient les diviser pour mieux les dépouiller.

C’est pour cela que ce pays a survécu dans ses frontières et que, même imparfaite, la paix est revenue, que les élections ont pu avoir lieu et ramener la démocratie : parce que les citoyens, par millions, se sont mobilisés pour donner une chance à leur pays, rendre au Congo une espérance qui lui avait été volée au lendemain même de l’indépendance.

Yambi, la plus grande manifestation culturelle congolaise à l’étranger depuis l’Expo 58, est un acte de foi. Foi dans le talent des artistes, foi dans leur volonté de rentrer au pays pour y développer leur talent et y renforcer leurs racines. Le Soir, à sa façon, a voulu se joindre à cet exercice, miser sur le dynamisme de citoyens, dont un minuscule échantillon est présenté ici.

Cet optimisme de la volonté se fonde aussi sur l’exercice démocratique que le Congo vient de réussir brillamment, à l’occasion des premières élections libres qui ont renouvelé et rajeuni la classe politique. Cette foi repose moins sur les millions dépensés par la communauté internationale, et sur la multiplication des conférences et des accords politiques, que sur les engagements concrets posés à tous les niveaux par des citoyens qui se réappropriaient leur destin. On peut espérer que ce Congo, qui rayonne à travers Yambi, fera bientôt connaître ses talents en Europe et surtout en Afrique, et qu’il reprendra sans tarder la place qui lui revient, celle d’un grand pays pacifié et pacifique au cœur du continent.