24 avril 2008

Les couacs du Belgian circus au Congo

Catégorie actualité, commentaire

Avant tout, il faut dire que, comme tous ceux qui se soucient du Congo, les dirigeants belges de tout bord ont raison de s’inquiéter du « chaudron social » qui bout au Congo, raison de s’émouvoir du niveau de violence qui règne encore dans certaines parties du pays et raison d’être indignés par la pratique des détournements, pots de vin et autres avatars du défunt mobutisme qui a laissé des traces dans les comportements et les mentalités.
Mais encore faudrait il qu’ils analysent toutes les causes du marasme : alors que le pays est détruit par 30 ans de gabegie et 10 années de guerre, le budget demeure plombé par le remboursement de 800 millions de dollars au titre de la dette, les exigences de rigueur budgétaire posées par le FMI bloquent les efforts sociaux, les déboursements de l’aide occidentale sont lents et n’atteignent que 26% des montants promis. Et il serait fou de croire que des mentalités imprégnées par des décennies de clientélisme changeront en quelques mois.
Pour rendre acceptables les critiques, il faut non seulement voir d’où vient ce pays, mais tenir compte des avancées déjà réalisées, que nul n’aurait osé imaginer voici dix ans.
En plus du fond, il y a l’équité. Le trio gouvernemental a-t-il jamais dénoncé dans les mêmes termes la corruption au Kazakhstan ou en Chine, le recours à la force dans le cadre de la lutte anti terroriste menée par les Américains ? Des ministres belges, ailleurs qu’au Congo, se permettent-ils de fixer les agendas d’un chef d’Etat, d’arriver en retard lors des rencontres, de lire des bulletins avec bons et mauvais points, d’asséner en présence de collaborateurs des vérités d’ordinaire réservées à de prudents huis clos ? Triste expertise, que celle de la gaffe et de l’arrogance…
Et, d’un point de vue belgo-belge cette fois, on ne peut que constater que la volonté de parler d’une seule voix n’a abouti qu’à une belle cacophonie ; les maladresses, volontaires ou non, de M. De Gucht ont embarrassé ses deux collègues mieux éduqués, tronqué leur propre message, en espérant qu’elles n’hypothèquent pas leur politique, fondée sur une sincère volonté de partenariat, en matière de développement et de reconstruction de l’armée. Le Congo ne mérite pas d’être le bac à sable dans laquelle la nouvelle coalition gouvernementale fait de la musculation et des exercices de voix…