31 mars 2009

Mayotte, refuge pour génocidaire en cavale

Catégorie actualité

Sans surprise, Mayotte deviendra le 101eme département français, ses habitants s’étant massivement prononcés (à 98%) en faveur du oui lors du référendum de dimanche dernier.
Ce passage du statut de «collectivité départementale » à celui de département d’outre mer devrait être effectif en 2011, ce qui représentera la dernière étape d’un processus entamé en 1974 lorsque ^Mayotte choisit de rester française alors que les autres îles des Comores optaient pour l’indépendance. lire la suite

31 mars 2009

Moïse katumbi, un Ovni en politique

Catégorie actualité

Où qu’il aille, cet homme là sait y faire. Lorsqu’il traverse la foule massée devant la douane de Kasumbalesa, qui marque la frontière avec la Zambie, la foule scande « Prezo, prezo » (président)… Magnanime, le gouverneur du Katanga distribue alors quelques billets de cent dollars aux mamans et aux quémandeurs avant de vérifier si les camionneurs se sont bien acquittés de leurs taxes. Quelques heures plus tard, élégant dans son costume de bonne coupe, il reçoit une délégation d’investisseurs nord américains et les persuade de l’intérêt qu’il y a à prendre pied, tout de suite, au Katanga. Dans la même journée, on le verra disputer une partie de tennis ou, surtout, suivre de près les entraînements des joueurs de l’équipe de football T.P.Mazembe dont il est l’un des sponsors avec l’industriel Georges Forrest. Une équipe prestigieuse qui fournit les meilleurs buteurs de l’équipe nationale, les Léopards, qui viennent de remporter la Coupe d’Afrique des Nations. lire la suite

26 mars 2009

La deuxième indépendance du Congo

Catégorie actualité

colette.jpg

« Vers la deuxième indépendance du Congo », le nouvel essai de notre journaliste Colette Braeckman, sort de presse. En primeur, les bonnes feuilles et les commentaires de l’historien congolais Isidore Ndaywel, qui a lu le livre.

lire la suite

24 mars 2009

Le pape sourd au Sida

Catégorie actualité

Depuis l’avion qui le conduisait à Yaoundé, première étape d’un voyage en Afrique qui doit aussi le mener en Angola, le pape Benoît XVI a jeté un fameux pavé dans la mare : abordant le problème du Sida, il a estimé que l’on ne pouvait « régler le problème de cette pandémie avec la distribution de préservatifs. » lire la suite

24 mars 2009

Congo, pays magnifique: un livre d’exception

Catégorie Non classé

Alain Huart, conseiller belge au Ministère congolais de l ’Agriculture, et Chantal Tombu, historienne de l’art et animatrice, durant huit ans, du musée de Lubumbashi n’ont pas seulement conjugué leurs efforts pour réaliser un livre d’art, pour démontrer à quel point les valeurs culturelles se trouvaient au cœur des pratiques agricoles. Ils ont aussi, involontairement peut-être, réalisé un scoop en rappelant l’étincelante beauté d’un pays qui, depuis des décennies, n’était plus montré que sous le jour glauque des catastrophes et des conflits. lire la suite

24 mars 2009

A Kinshasa, Sarkozy devra réparer les dégats

Catégorie actualité

Entamant une tournée en Afrique qui le mènera aussi au Congo Brazzaville et au Niger, le président Sarkozy passera quelques heures à Kinshasa jeudi. Alors qu’au départ, la diplomatie française espérait que ce voyage marquerait une étape dans le renouvellement des liens avec l’Afrique noire et contribuerait à la stabilisation de la région, le chef de l’Etat devra d’abord s’employer à rattraper ou à clarifier les quelques phrases prononcées le 16 janvier dernier en finale d’un discours prononcé à Paris devant le corps diplomatique.
Quelques phrases, pour le moins abruptes, avaient provoqué un tollé à Kinshasa : soucieux d’aborder de façon globale les problèmes de la région des Grands Lacs, M. Sarkozy avait décrit le Rwanda comme « un pays à la démographie dynamique et à la superficie petite » et la République démocratique du Congo comme « un pays à la superficie immense, avec une organisation étrange des richesses frontalières ». Et il avait conclu à la nécessité de mettre en place « un dialogue non seulement conjoncturel mais structurel »incluant « le partage de l’espace et des richesses »Au moment où étaient prononcés ces propos à l’emporte pièce, l’armée gouvernementale faisait toujours face, au Nord Kivu, aux troupes de Laurent Nkunda fortement soutenues par le Rwanda, qui occupaient une superficie vaste comme deux fois la Belgique et défiaient l’autorité gouvernementale. De plus, bien loin d’un éventuel « partage » des richesses, le pillage des ressources minières de l’Est du pays se poursuivait sans vergogne. Dans ce contexte de crise, les propos de Sarkozy suscitèrent colère et indignation dans la presse kinoise, le risque de balkanisation fut évoqué, le président Kabila rétorqua sèchement qu’il ne voyait pas ce qu’il y avait à partager et des Congolais manifestèrent à Paris devant l’Elysée. Depuis lors la diplomatie française s’est activée à désamorcer la polémique, mais la méfiance demeure, de nombreux Congolais redoutant de faire les frais d’une éventuelle normalisation des relations entre Paris et le Rwanda.
En réalité, les propos de M. Sarkozy étaient avant tout la traduction mal assimilée d’une initiative française plus sérieuse, menée par le diplomate Benoît Joubert, conseiller de M. Sarkozy pour l’Afrique. Ce dernier s’était rendu plusieurs fois à Kinshasa et avait travaillé sur la base d’une note très élaborée rédigée par l’ambassadeur de France au Congo Pierre Jacquemot, « l’économie des conflits dans l’Est du Congo, modes opératoires et perspectives de sortie de crise ». Les conclusions de ce document, beaucoup plus subtiles que les propos présidentiels, soulignaient l’importance d’un « aménagement économique et social concerté et de projets fédérateurs » et mettaient en avant les atouts que pourraient représenter des instruments régionaux déjà existants, la Conférence économique des Etats des Grands Lacs (CEPGL) qualifiée de « belle endormie » et la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs(CIRGL), définie comme « minée par l’inertie ». En rappelant l’existence de plusieurs projets régionaux, comme la Société internationale d’électricité des Grands Lacs, l’Institut de recherche agronomique et zootechnique ou la Banque de développement des Grands Lacs, et en soulignant que l’harmonisation de la fiscalité, le développement des axes routiers, le soutien aux industries naissantes, pouvaient non seulement renforcer l’intégration et le développement mais désamorcer des conflits, les diplomates français rejoignaient des thèmes depuis longtemps défendus par les Belges et en particulier par Louis Michel.
A Kinshasa, le journal Uhuru, (pro gouvernemental) a souligné que la venue de Sarkozy « tombait à point nommé pour lever les équivoques du 16 janvier ». Il est vrai que depuis lors les relations entre Kinshasa et Kigali se sont améliorées, tandis que l’Assemblée nationale, devant laquelle M. Sarkozy comptait prononcer un discours est en pleine ébullition : c’est cette semaine en effet que les députés doivent se prononcer sur la démission du président de l’Assemblée, Vital Kamerhe qui s’était prononcé contre l’opération militaire menée conjointement par le Rwanda et le Congo. Alors que les états majors de la « majorité présidentielle » réclament cette démission pour cause de désaccord avec le chef de l’Etat, cette perspective est vivement critiquée par la communauté internationale et par des dizaines d’organisations non gouvernementales, congolaises et internationales, qui dénoncent déjà le coup qui serait porté à la démocratie…
A Brazzaville, étape suivante du voyage présidentiel, il sera question des prochaines élections tandis qu’au Niger, sans surprise, l’uranium extrait par la société française Areva sera au cœur des entretiens et pour désamorcer les critiques, le président Sarkozy participera à une table ronde organisée par la section locale de l’ « Initiative pour la transparence des industries extractives. »

18 mars 2009

Quand la justice internationale s’oppose à la paix immédiate

Catégorie actualité, commentaire

La mise sur pied, en 1998, de la Cour pénale internationale avait été unanimement saluée comme une avancée majeure du droit international, de la lutte contre l’impunité. Beaucoup estimaient que la perspective de devoir tôt ou tard rendre compte de crimes contre l’humanité, imprescriptibles par définition, allait jouer un rôle dissuasif auprès des tyrans et autres chefs de guerre.
Sept ans plus tard cependant, les contradictions se multiplient, les limites de cette espérance apparaissent. En effet, à part l’ex-Yougoslavie, où les vaincus serbes ont du rendre compte de leurs crimes de guerre devant un tribunal ad hoc, aucun dirigeant de pays industrialisé n’a été mis en cause par la justice internationale. L’exonération dont bénéficient l’administration Bush, malgré Guantanamo et la guerre en Irak, ou les Israéliens après la destruction de Gaza apparaît au monde arabo musulman comme une profonde injustice, une politique de deux poids deux mesures qui porte atteinte au caractère universel d’une justice qui devrait s’exprimer au nom de l’humanité toute entière. lire la suite

18 mars 2009

La majorité présidentielle veut la tête de Kamerhe

Catégorie actualité

La jeune démocratie congolaise connaît sa première crise politique sérieuse. Alors que l’opposition reste au balcon, un grave conflit oppose le président de l’ Assemblée nationale Vital Kamerhe au chef de l’Etat Joseph Kabila et surtout à la coalition de plusieurs partis qui a porté les deux hommes au pouvoir, l’Alliance pour une majorité présidentielle.
A l’origine du conflit se trouve l’ « Opération conjointe » menée au Kivu par les armées du Congo et du Rwanda et qui a permis de porter de sérieux coups aux rebelles hutus des FDLR (Forces démocratiques pour la libération du Rwanda) qui terrorisent les populations congolaises et représentent un sujet de discorde entre les deux pays depuis quinze ans. lire la suite

18 mars 2009

Don Bosco: une usine à réparer des enfants

Catégorie actualité

Hier assiégée par les rebelles, envahie par les déplacés, Goma est devenue le haut lieu de la politique congolaise. Le Conseil des Ministres s’y est réuni au grand complet, les anciens partisans de Nkunda toujours au secret au Rwanda négocient des postes au niveau provincial et national et réclament l’amnistie ; tout le monde a déjà oublié la recommandation de M. Ban Ki Moon qui a profité d’une escale dans la capitale du Nord Kivu pour mettre en garde contre l’intégration de criminels dans l’armée nationale. Le général Bosco Ntaganda, l’ancien chef d’état major de Nkunda, qui a incité ses hommes à rallier les forces gouvernementales, a été envoyé en opérations pour ne pas heurter les représentants de la communauté internationale. lire la suite

18 mars 2009

Lendemains de guerre et vies brisées

Catégorie actualité

Goma est devenue le haut lieu de la vie politique congolaise. Le Conseil des Ministres s’y réunit en grande pompe et tous les hôtels affichent complet, les anciens rebelles du CNDP négocient des postes dans le gouvernement provincial et même à l’échelle nationale, tout le monde a déjà oublié la recommandation du secrétaire général de l’Onu, qui mettait en garde contre le fait d’intégrer des criminels dans l’armée nationale. Ici, l’impunité est devenue synonyme de réconciliation, le prix de la paix est monnayé sans sourciller.
Cependant, la ville est encore marquée par la guerre, avec ses dizaines d’enfants qui assiègent les véhicules blancs de l’aide internationale, ses baraques de bois construites sur la lave, où les familles accueillent des déplacés venus des campagnes, sa ceinture de camps qui se vident au compte gouttes. lire la suite