8 juillet 2010

Les lampions sont éteints, place aux élections

Catégorie actualité

Depuis le 30 juin, les Kinois s’approprient leur ville transformée : des familles endimanchées se rendent sur l’ancienne place de la gare et se font photographier devant les jets d’eau, d’autres vont écouter de la musique sur le vaste boulevard tracé devant l’Assemblée nationale. La classe politique et la société civile n’ont pas tardé à réagir face aux mesures d’allègement de la dette : les fonctionnaires publics, en grève depuis plusieurs semaines, exigent que la « dette sociale », c’est à dire les arriérés de salaires, s’élevant quelquefois à des impayés de plusieurs mois, soient réglés au plus tôt et que les traitements soient enfin réajustés. Quant aux ONG, plusieurs d’entre elles, dont Global Witness, dénoncent les contrats opaques passés dans le secteur minier au Katanga (où une société inconnue jusqu’à présent, Metalkot, a remplacé la canadienne First Quantum) et dans le secteur du pétrole. Quant à la classe politique, elle se situe résolument dans une perspective électorale : le président, dans son discours du 30 juin, ayant promis que les législatives et les présidentielles auraient lieu en 2011, cette échéance détermine désormais tous les positionnements. lire la suite

4 juillet 2010

Au lendemain de la fête réussie, les ombres persistent

Catégorie actualité, commentaire

« Tout s’est bien passé, le pire ne s’est pas produit… » A voir le soulagement des officiels, au lendemain des festivités du 30 juin, on mesure à quel point, une fois de plus, le Congo aurait pu basculer. Basculer si les principaux invités dont le roi Albert II avaient soudain renoncé à faire le voyage, si des désordres s’étaient produits, si… Dans ce pays, les hypothèses du pire ne manquent jamais mais, une fois n’est pas coutume, elles ne se sont pas vérifiées. Plus encore, le FMI et la Banque mondiale, passant outre à l’attitude négative du Canada et de la Suisse, ont finalement reconnu que le presque mythique « point d’achèvement » était désormais atteint, que le Congo réunissait toutes les conditions requises pour que soient gommés neuf milliards de dette, sur un total de presque 13 milliards. Les 150 millions de dollars annuels qui ne seront plus versés au titre des remboursements pourront ainsi être affectés aux secteurs sociaux. lire la suite

4 juillet 2010

Dramatique explosion d’un camion citerne au Sud Kivu

Catégorie actualité

A peine les lampions de la fête du 30 juin étaient ils éteints qu’un nouveau drame est survenu au Congo : un camion citerne a explosé vendredi soir dans la localité de Sange, au sud Kivu, faisant 232 morts et 107 blessés dont beaucoup sont dans un état grave.
L’accident est survenu en fin d’après midi, alors que le camion chargé de carburant descendait vers Uvira. Dès que l’essence a commencé à se répandre sur le sol, la population, sans écouter le chauffeur qui lui ordonnait de fuir, s’est précipitée avec des bouteilles et des bidons pour s’emparer d’un peu de carburant.
Selon un témoin oculaire, interrogé par téléphone « un jeune garçon a rempli le réservoir de sa moto et dès qu’il a mis le contact, l’étincelle a provoqué l’incendie ». Selon un autre témoin, « l’essence s’est répandue dans les parcelles où les femmes avaient allumé des feux de bois pour le repas du soir, et c’est là qu’a éclaté l’incendie. »
Le centre de la localité de Sange a été ravagé par les flammes « transformé en enfer » selon les témoins. Le bilan aussi lourd s’explique par le fait que plusieurs dizaines de jeunes gens étaient rassemblés dans un local d’où ils suivaient la Coupe du Monde de football. C’est là qu’ils ont été prisonniers de l’incendie.
Le nouveau gouverneur du Sud Kivu Marcellin Cishambo, qui appartient à la majorité présidentielle, s’est aussitôt rendu sur les lieux et a organisé l’évacuation des blessés. Les grands brûlés ont été transportés en hélicoptère par la Monusco. Dans un premier temps, des gilets pare balles ayant été découverts sur certains des corps calcinés on a cru que 5 casques bleus pakistanais avaient été tués, mais cette information n’a pas été confirmée.

4 juillet 2010

Le nouveau buzz d’Yves Leterme

Catégorie actualité

Les dernières impressions d’Yves Leterme

Attendant le roi et la reine devant l’hôpital Roi Baudouin, Yves Leterme a confié quelques impressions à la presse.
Est-il satisfait de son séjour au Congo ? « Oui, certainement, le fait d’être ici est une marque de respect envers la population. Durant deux jours, nous avons eu des contacts de haut niveau et visité des projets.
Quant aux relations entre la Belgique et le Congo, elles sont stabilisées et excellentes. »
Quel était le but de ce voyage ? « Notre but était de faire avancer les choses, particulièrement dans des domaines où la population souffre le plus, comme la pauvreté. Quand on assiste au défilé militaire, on peut avoir le réflexe de penser que la masse d’argent que tout cela représente pourrait être utilisé autrement. Mais par ailleurs, avoir une bonne armée, c’est important pour le « nation building », la construction de la nation…Disposer d’une armée qui fonctionne bien, c’est important… » lire la suite

4 juillet 2010

Le “point d’achèvement” est enfin atteint

Catégorie Non classé

Comme un cadeau marquant le Cinquantenaire, le Fonds monétaire international, qui devrait être suivi par la Banque Mondiale, ont finalement donné leur feu vert et jugé que le Congo avait atteint le presque mythique «point d’achèvement », lui permettant de bénéficier de l’ « initiative renforcée en faveur des pays pauvres et très endettés ». Concrètement, cela signifie que les institutions financières internationales, avec lesquelles le Congo est en négociation depuis 10 ans, devrait voir se dette extérieure effacée, à hauteur de 9 milliards de dollars sur un total de treize milliards. Quatre milliards demeurent dus, une somme qui, à l’aune de ce pays immense très richement doté en ressources naturelles ne représente plus une dette insurmontable. A condition que la rigueur persiste et que l’on n’assiste pas à de nouvelles dépenses inconsidérées! lire la suite

4 juillet 2010

Les surprises du 30 juin

Catégorie actualité, commentaire

Edito

Les surprises du 30 juin

Célébrant le 50eme anniversaire de son indépendance, le Congo une fois de plus, a surpris. Par la mise en scène ordonnée et rigoureuse des festivités et des cérémonies, il a démenti les pessimistes qui professaient que le désordre, la désorganisation étaient inévitables ou qui prêchaient en faveur du boycott.
Il a surpris aussi par l’ampleur et la qualité des travaux qui ont modifié le visage de Kinshasa, lui donnant, en quelques mois, l’allure d’une capitale moderne, aux proportions imposantes. Ces changements sont certes dus au travail des entreprises, surtout chinoises, qui avec rigueur, ont veillé à respecter leurs contrats. Mais ils sont dus aussi à la volonté des autorités locales et des simples citoyens qui ont soudain estimé qu’il n’était plus possible de laisser s’accumuler plastiques et autres immondices. Chacun a son niveau a soudain décidé, littéralement, de balayer devant sa porte et de rendre possible le miracle d’une ville propre.
Mais ce qui a surpris aussi, dans cette matinée du 30 juin, c’est le double message adressé par le président à ses invités et à sa population. Un message de réconciliation nationale, un message de paix. Il était extraordinaire de voir rassemblés à une même table des hommes comme Museveni, Kagame et le vieux Mugabe qui hier encore combattaient dans des camps différents et menaient sur le sol congolais la « première guerre mondiale africaine » au détriment des populations locales. Toutefois si Kabila veut faire du Congo un havre de paix, il entend aussi donner à son pays les moyens de décourager tout agresseur éventuel et la panoplie militaire soudain révélée était proprement stupéfiante. On pourrait certes regretter que des budgets aussi importants n’aient pas été affectés au développement, mais l’histoire des dernières années a démontré que des ressources mal défendues suscitent trop de convoitises et que la première condition du développement, c’est la paix qui passe aussi par la dissuasion.
La dernière surprise de cet anniversaire, cette fois teintée de mélancolie, c’est de constater l’attachement que suscitent encore les Belges et plus particulièrement la personne d’Albert II, un attachement désormais désabusé : les Congolais ont compris que cette Belgique qui se divise et ne s’aime plus ne peut plus grand chose pour eux et c’est ailleurs qu’ils trouvent désormais des appuis, des projets…Le formidable déploiement des nouveaux amis du Congo, qui croient, eux, aux potentialités de ce pays ne peut que laisser dans le cœur des Belges un goût amer, celui des occasions qu’ils ont manquées, par leur propre fait…

4 juillet 2010

30 juin: quand la paix passe par la dissuasion

Catégorie actualité

Le 30 juin 2010 n’a pas démérité: il sera aussi mémorable que son illustre prédécesseur, le 30 juin 1960. Dès la soirée du 29, le Congo a démontré qu’il pèse désormais sur la scène africaine et mondiale. Avaient répondu présent les présidents ou vice présidents des pays de l’Afrique centrale (Gabon, Congo Brazzaville, Gabon, Centrafrique, Angola, Tchad) qui assistaient au dîner de gala, aux côtés de leurs collègues d’Afrique australe, le roi du Swaziland, qui eut préséance sur Albert II, les présidents de Zambie, de Tanzanie, du Malawi, de Namibie et surtout Robert Mugabe, le président du Zimbabwe, jugé infréquentable par les Occidentaux mais qui eut droit à une ovation appuyée, personne n’ayant oublié que son appui militaire fut déterminant. lire la suite

4 juillet 2010

L’arrivée d’Albert II suscite surtout la curiosité

Catégorie Non classé

« Il est là. C’est bien lui. Vraiment… »Cette fois, la rumeur s’est faite réalité, le rêve s’est concrétisé : le roi Albert II a posé le pied sur le sol congolais, a été chaleureusement accueilli par le chef de l’Etat et passera quatre jours en terre africaine. Ils sont des millions de Kinois qui voulaient le voir pour le croire et comme la télévision ne leur suffisait pas, ils se sont déplacés en personne pour saluer le plus important de leurs visiteurs. lire la suite

4 juillet 2010

Kinshasa a changé de siècle

Catégorie actualité

« Notre capitale est enfin entrée dans le XXI siècle. Lorsque je roule sur le Boulevard, j’ai l’impression de ne plus être à Kinshasa, mais dans une ville d’Europe… »Placide Yoko, un vieux Kinois qui a vu « Kin la belle » perdre peu à peu tous ses atours et se transformer en « Kin poubelle » ne tarit pas d’éloges sur les transformations de la capitale : les principales artères ont été nettoyées et asphaltées, non seulement le Boulevard du 30 juin qu’il compare désormais à des « Champs Elysées africains », mais aussi les artères latérales qui mènent vers les différents quartiers : 24 novembre, Kasa Vubu, Huileries, la route des poids lourds. lire la suite