27 octobre 2010

Le Soir et son éditeur apportent leur soutien à leur journaliste Colette Braeckman

Catégorie Non classé

Depuis quelque temps déjà, nous avons dû constater sur Internet, dans des sites, mails et blogs, une prolifération de propos durs, injurieux et diffamatoires envers notre journaliste Colette Braeckman, au départ d’une lecture totalement contraire aux contextes et aux termes utilisés dans ses articles.

Les intentions des auteurs de ces diatribes biaisées sont clairement d’intimider notre journaliste et de la discréditer auprès des acteurs de la vie politique congolaise et de la presse internationale. Contrairement à ces ragots diffamatoires, Madame Colette Braeckman ne fait l’objet d’aucune mise en cause, ni de ses confrères et consoeurs ou de leurs organisations professionnelles, ni des conseils déontologiques, ni d’aucune autre institution quelconque.

La ligne rédactionnelle du journal Le Soir est de rapporter en toute objectivité les faits même les plus graves qui font l’actualité. Le journal déplore systématiquement tous les conflits et toutes les morts qui ont marqué l’histoire et endeuillent encore l’actualité du Congo. Les membres et les dirigeants de notre rédaction sont témoins tous les jours que Madame Colette Braeckman fait preuve de la plus grande objectivité dans la relation des multiples situations compliquées et graves de la vie congolaise.

Il est donc totalement inacceptable pour nous que des personnes irresponsables poursuivent la diffusion d’affirmations totalement fausses, allant jusqu’à l’accuser d’appel au meurtre, qui n’ont aucun fondement ni aucune argumentation. Nous ne le souhaitons pas vraiment, mais au cas où ces personnes ne cessaient pas leur campagne diffamatoire, nous n’hésiterons plus à les poursuivre en justice, tant au plan pénal qu’en dommages et intérêts.

Béatrice Delvaux
Rédactrice en chef

Philippe Nothomb
Conseiller juridique du Groupe Rossel