28 février 2011

Kabila l’a échappé belle

Catégorie actualité

Plus de peur que de mal, mais beaucoup de questions :  le président Kabila ne se trouvait pas à sa résidence dimanche midi lorsqu’un groupe d’hommes armés tenta de mener l’assaut. Le chef de l’Etat, à l’improviste, s’était rendu du côté de l’aéroport de N’Djili, afin de surveiller l’état d’avancement de  certains chantiers. Alors que Kabila inspectait des routes, une quinzaine d’hommes en civil se présentèrent à la première barrière contrôlant l’accès à sa résidence, assurant qu’ils avaient rendez vous à l’ambassade de Suisse, qui se trouve dans l’enceinte présidentielle. Lorsque les soldats de la garde républicaine entreprirent de fouiller les visiteurs, des machettes apparurent ! Un autre groupe, arrivé en renfort, probablement depuis la rive du fleuve et équipé d’armes lourdes engagea immédiatement la bataille avec les militaires de faction. Durant quelques minutes, tout le quartier situé autour du Grand Hôtel de Kinshasa retentit du fracas des coups de feu et le périmètre fut rapidement bouclé. lire la suite

25 février 2011

Les bons amis, la paille et la poutre

Catégorie actualité, commentaire

Ils avaient prévenu : « ces gens là, Monsieur, ne s’intéressent qu’aux affaires. Ils arrivent avec leurs attachés case, discutent pour la forme, puis signent les contrats, vite fait bien fait. Ils promettent des aides, mais surtout, ils casent leurs sociétés. De grandes sociétés, qui emportent les contrats, sans appels d’offre, et imposent pratiquement leurs conditions… »

Ils avaient mis en garde : « ces gens là sont indifférents aux droits de l’homme, à la gouvernance. C’est avec les pouvoirs en place qu’ils discutent, ils se fichent de la société civile. Souriants et détendus, ils posent volontiers pour la photo de famille. Ils proposent des cadeaux, mais ils en acceptent aussi, c’est l’usage qui le veut. Jamais ils ne posent de questions, qu’il s’agisse d’élections truquées, d’opposants détenus, de fonds détournés, cela n’est pas leur affaire…Il est vrai qu’ils construisent des routes, rebâtissent des infrastructures, mais à quel prix… Méfiez vous, avec ces gens là, vous n’aurez jamais rien pour rien… »

Qui étaient donc les cibles de ces multiples avertissements, formulés tant  par des commissaires européens, des ministres en exercice, des fonctionnaires du Fonds monétaire international et autres dignes représentants d’une certaine « communauté internationale » ?

A l’heure de la révolte arabe, où tant de turpitudes et de complicités sont démasquées, au point de faire frémir la diplomatie française, les exportateurs d’armes wallons et quelques autres, on pourrait croire que ces discours débordant de bonnes intentions étaient prémonitoires…

Détrompez vous : la bouche en cœur, c’est aux pays d’Afrique noire que s’adressaient ces amis bien intentionnés, des Cassandre qui s’employaient à mettre en garde les Angolais (qui ne prenaient même pas la peine d’écouter) les Ivoiriens (qui furent gratifiés d’une rébellion), les Zimbabwéens (toujours sous embargo) et surtout les dirigeants de la République démocratique du Congo. Il s’agissait de les protéger, fût ce malgré eux, contre de nouveaux et dangereux partenaires : les Chinois !

Depuis dix ans, ces anciennes colonies, lassées d’attendre des aides trop chiches, assorties de trop de cordons et de leçons, désespérant d’investissements qui tardaient à venir, n’avaient elles pas eu l’audace de se tourner vers de nouveaux interlocuteurs venus d’Asie ?

Ah ça mais c’est bien sûr, comment n’y avoir pas songé plus tôt ? Les conseils de ces amis qui ne veulent que du bien, les avertissements délivrés par ces « bons connaisseurs de l’Afrique » qui voyagent si souvent sur l’Equateur quand il fait chaud chez eux et froid chez nous, visaient, avec une précision cruelle et des sanctions à la clé, les nouveaux partenaires des Africains, ces Chinois décrits comme sans scrupules et sans ingérence.

Aujourd’hui que sont dévoilées les compromissions de l’Europe avec la Tunisie de Ben Ali, l’Egypte de Moubarak et la Libye de Kaddhafi, -la liste ne fera que s’allonger- on ne peut que rire, amèrement, de ces mises en garde adressées aux pays d’Afrique noire  afin de tenter de contenir la concurrence asiatique. Si les Chinois ont apporté la paille, la poutre, elle, assomme l’Europe.

23 février 2011

Burundi: pour une balle dans la tête

Catégorie commentaire, médias

Pour avoir une idée pareille, en écrire le scénario et convaincre un producteur de s’engager dans une telle  aventure, il faut vivre au Burundi, aimer ce pays et s’y accrocher ; il faut surtout avoir une foi bien particulière, de celle qui soulève les collines. Jean-Luc Pening est de cette race là, de ces hommes pour lesquels rien n’est impossible. Car ce Belge du Burundi, grièvement blessé en 1995 par des rebelles qui lui  ont logé une balle dans la tête, a choisi de rester, et de croire que dans ce pays qui fut, à l’instar du Rwanda, déchiré par la haine, il y a moyen non seulement de dépasser les clivages ethniques mais aussi de s’en distancier et d’en rire !

Si Na Wewe est le film  né de cette idée audacieuse, le documentaire ou plutôt le « making off » réalisé par Isabelle Christiaens nous fait, lui, plonger dans les coulisses du tournage et surtout dans la réalité du Burundi et… de la Belgique elle-même…Car sur cette colline où Pening fut naguère victime d’une terrible embuscade tendue par les rebelles hutus qui tenaient les campagnes proches de Bujumbura, quelle revanche sur le destin qu’amener une équipe dans laquelle se mêlent des Congolais, des Burundais, des Liégeois, des Bruxellois qui tous, affrontent leurs problème et réussissent à s’en moquer pour mieux s’en distancer ! Ici, Hutus et Tutsis ne craignent pas de nommer leur réalité ethnique tandis que les Belges, tous complexes oubliés, plaisantent avec tout le monde et n’oublient surtout pas de rire d’eux-mêmes…Même les Flamands et les Wallons, avec des accents à couper au couteau et des rires qui arrachent, en prennent pour leur grade, ce qui relativise et dédramatise… Car en réalité, le drame est loin d’être oublié, et, malgré le rire parfois forcé, l’émotion n’est jamais loin. Emotion de tous ceux qui ont vécu des scènes semblables, ces véhicules arrêtés par des hommes en armes, ces passagers mis en joue, exécutés ou non en fonction de leur ethnie, ou du caprice d’un chef brutal…Emotion des figurants qui revivent plus qu’ils ne jouent, émotion de l’équipe technique, plongée dans cette Afrique belle, étrange et cependant si familière…

Si tous  acceptent de se replonger dans le passé, de revivre le cauchemar, c’est parce qu’ils espèrent que le film sera utile et  dissuadera les démons de jamais revenir…Le documentaire d’Isabelle Christiaens aide à comprendre le sens profond de ce court métrage exceptionnel…

23 février 2011

Loin des projecteurs, la violence en Côte d’Ivoire

Catégorie actualité

Depuis décembre, deux présidents se font face à Abidjan : Alassane Ouattara, reconnu comme vainqueur des élections par la communauté internationale, et Laurent Gbagbo, le président sortant,  qui a dénoncé des fraudes dans le fief de son adversaire et qui, reconnu vainqueur par la Cour constitutionnelle, refuse de s’effacer. lire la suite

23 février 2011

Pierre Péan, lu à Bujumbura

Catégorie actualité, commentaire

Note de lecture

CARNAGES

Les guerres secrètes des grandes puissances en Afrique

de Pierre Péan

L’auteur, enquêteur et polémiste, vient de sortir son dernier livre Carnages, après Le Monde selon K où il réglait les comptes avec Kouchner, l’ancien ministre français des affaires étrangères pour son ouverture diplomatique avec Paul Kagame, le Président rwandais. Il ne ménage pas du reste ceux qui ne partagent pas son point de vue, notamment Colette Braeckman, du journal belge Le Soir et de Saint Exupéry, du quotidien français Le Figaro ainsi que les spécialistes de la région comme Jean-Pierre Chrétien, qu’il considère globalement comme proches des milieux tutsi. Ce gros pavé de plus de 500 pages avec les annexes est centré sur Kagamé  et la région des Grands Lacs, du début à la fin.  On dirait un livre commandité pour disculper le rôle du gouvernement français dans le Génocide des Tutsi rwandais, dont on peut se poser la question, en le lisant, s’il a bien eu lieu en 1994.

lire la suite

22 février 2011

Les mercenaires de Kadhafi, issus de toutes les guerres africaines

Catégorie actualité, commentaire

Les « mercenaires africains », dont certains s’expriment en français et qui sont en première ligne de la répression des manifestants sont le résidu de tous les conflits dans lesquels le président libyen s’est ingéré durant quatre décennies.

Au début des années 70, peu après sa prise de pouvoir, Kadhafi, qui rêve de prendre la tête d’un grand Etat saharien, se présente comme le protecteur naturel de tous les peuples nomades du Sahara et du Sahel. lire la suite

18 février 2011

Plus d’un million d’Egyptiens participent à la Marche de la Victoire

Catégorie actualité

Le bonheur mobilise autant que la révolte : après la marche de la colère, c’est la marche de la victoire qui défile sur la place Tahrir. La prière du vendredi, c’est d’abord une immense action de grâces, où des dizaines de milliers de fidèles répètent le nom d’Allah, mille fois remercié. Les imams de la mosquée Al Azhar, haut lieu de l’Islam égyptien, se mélangent à la foule tandis que Youssef El Karadoui, le plus connu des imans d’Al Aqsa, prêche, lui, la patience face au pouvoir militaire. La foule, quant à elle, suit sa propre logique : certes, elle écoute et applaudit, mais, inlassablement, elle avance sur les ponts, tourne sur la place, brandit le drapeau égyptien. lire la suite

18 février 2011

Egypte: comment nous avons vaincu l apeur

Catégorie actualité, interview

Hossam Barghat Directeur de l’Initiative égyptienne pour les droits de la personne

L’armée est-elle  irréprochable sur le plan des droits de l’homme ?

Depuis que l’armée a pris le pouvoir, sa principale décision a été de nommer le comité chargé de modifier Constitution.  A part cela, l’armée s’est contentée de publier différents communiqués. Cependant, depuis le 28 janvier jusqu’au jour du renversement du président, nous  avons documenté une centaine de cas de détention et de tortures dans lesquels des  officiers et des membres de la police militaire ont été impliqués. Depuis la démission de Moubarak, nous n’avons pas enregistré de nouvelles arrestations et  l’armée s’est engagée à libérer dans les prochains jours tous ceux qui avaient été arrêtés au cours des évènements.

Quant au passé, il n’y a pas de bilan de l’armée pour ce qui concerne les droits de l’homme, ce qui est une bonne chose. Depuis que  Moubarak est arrivé au pouvoir, l’armée a été écartée de la vie politique, elle est donc relativement vierge… lire la suite

18 février 2011

Une nouvelle Egypte attend les touristes

Catégorie actualité

Le Sphynx a retrouvé sa majesté. A nouveau visible de loin, il garde les trois pyramides sans être dérangé  par les barricades, les haies de bus rangés juste au-delà du site de Guizeh, les touristes qui essaient d’escalader ses flancs.  Les chameaux, les ânes et les chevaux bâtés de couleurs vives galopent en soulevant le sable et le silence est tel que l’on oublie la ceinture d’immeubles qui ronge de plus en plus le plateau des Pyramides. Seules quelques familles égyptiennes  cheminent en direction de Khéops et de Khéphren, des enfants jouent avec les pierres échappées des pyramides et des militaires en uniforme léopard font une ronde nonchalante… lire la suite

14 février 2011

Le Caire: l’armée envoie des SMS enjoignant la reprise du travail

Catégorie actualité

Sans hésiter, Heba, traductrice et chorégraphe, a déposé quatre plaintes ce lundi matin, contre son fournisseur d’accès Internet et téléphone portable. «Tout d’abord, je veux que cette société commerciale soit jugée pour avoir obéi à un ordre gouvernemental et coupé les connections Internet lors des manifestations. Et aujourd’hui, je m’insurge contre le communiqué des forces armées qui, dès l’aube,  est tombé sur mon portable : comme des millions d’abonnés, j’ai reçu un avis m’enjoignant de regagner mon poste de travail, afin que la production puisse reprendre…Comment osent-ils ? Mon numero d’appel est du ressort de ma vie privée, comment cette société peut-elle le communiquer ainsi  aux autorités ? » lire la suite