30 mars 2011

Le compte à rebours électoral

Catégorie actualité

Le compte à rebours a commencé : dans sept mois, en principe, la République démocratique du Congo connaîtra de nouvelles élections.

Depuis le week end dernier, la CENI (Commission électorale nationale indépendante) dirigée par le pasteur Daniel Ngoy Mulunda, est réunie en « conclave » à Lubumbashi pour mettre au point le futur calendrier électoral et définir la liste des défis à relever.

Ces derniers sont d’ordre financier, technique et politique. En effet, compte tenu des difficultés de transport rencontrées par les électeurs voici cinq ans, le pasteur Ngoy Mulunda veut augmenter de 30% le nombre de centres d’inscription, portant leur nombre à 12.000, ce qui entraînera l’acquisition de plusieurs milliers de kits électoraux supplémentaires. En outre, le fichier électoral doit être revu,  non seulement en raison du boom démographique et de l’arrivée de nouveaux électeurs mais aussi parce que dans les deux Kasaï, fief historique d’Etienne Tshisekedi,   les demandes d’enrôlement sur les listes électorales représentent déjà 140 % des chiffres de 2006, où l’UDPS avait lancé des consignes d’abstention.

Les futures élections risquent donc de coûter plus cher encore que les précédentes, où la communauté internationale (Union européenne et Etats unis) avait largement financé un budget de 550 millions de dollars. Cette fois les montants prévus pourraient dépasser les 700 millions de dollars et le gouvernement a déjà mis sur la table, en plus de sa contribution initialement prévue, 5 millions qui devront permettre d’acheter de nouveaux kits électoraux.

Au delà des problèmes techniques,  ce sont les modifications d’ordre politique qui mobilisent surtout l’attention.

On sait déjà que, au nom de raisons budgétaires, le suffrage présidentiel à deux tours a été remplacé au profit d’un scrutin majoritaire à un tour. En réalité, l’entourage du chef de l’Etat semblait redouter un « scénario à l’ ivoirienne » où l’opposition, toutes tendances confondues, se serait ralliée sur le nom d’un seul candidat pour faire échec au président sortant. Cette « alliance sacrée » pourrait apparaître dès le premier tour, mais il semble peu probable que des hommes comme Etienne Tshisekedi, Vital Kamerhe, Jean-Pierre Bemba soient prêts à se retirer au profit d’un rival.

Même s’il passe au premier tour avec une avance confortable sur ses adversaires, le président risque cependant d’être confronté à une majorité qui lui serait hostile. C’est pourquoi il est question de découpler les élections présidentielle et législative : lors d’un séminaire réunissant les plus hauts responsables de l’Etat, le 14 mars dernier, il a été envisagé d’organiser l’élection présidentielle à la date prévue,  les élections législatives se tenant début 2012.  Avec l’effet d’entraînement escompté : les électeurs voleraient au secours de la victoire et conforteraient les candidats de la majorité présidentielle.

Quant aux élections locales, qui permettraient aux électeurs de sanctionner les élus locaux et de concrétiser la décentralisation, elles viendraient en queue de peloton, ce qui renforcera dans l’immédiat la main mise du pouvoir central sur les provinces.

Par ailleurs, les rangs se resserrent autour du chef de l’Etat : voici cinq ans, pour l’emporter contre Jean-Pierre Bemba et gagner des voix dans l’Ouest du pays,  Kabila avait été obligé de nouer des accords politiques avec plusieurs autres formations, dont l’UDEMO (Union des Mobutistes) dirigée par Nsanga Mobutu, fils de l’ancien président, le Parti lumumbiste unifié, d’Antoine Gizenga , le RDC ML  (Rassemblement congolais pour la démocratie-mouvement de liberation) de Mbusa Nyamwisi. Même si les accords ont tenu durant toute la législature, ces ralliements de circonstance, tous motivés par le partage du pouvoir,  ont rendu peu lisible l’idéologie de la « famille présidentielle »,  permis la réhabilitation et la montée en influence de nombreux mobutistes et ouvert la voie à la circulation d’ « enveloppes »  afin de convaincre les hésitants et les tièdes…

Dorénavant, l’AMP sera remplacée par une coalition plus serrée, la « majorité présidentielle » (MP), qui sera dirigée par un « bureau politique ». Même s’il s’agit de définir plus nettement le profit idéologique des alliés du président, il faut se méfier de la portée symbolique des sigles : le MP de Kabila n’est plus séparé du MPR (Mouvement populaire de la révolution) de Mobutu que par une seule consonne…

 

 

30 mars 2011

Le rond point Prince Laurent

Catégorie actualité

]Pour Olivier Mushiete, le promoteur du projet IBI, le 16 mars fut une date mémorable: implantée au cœur du plateau des Bateke, à trois heures de route de Kinshasa, sa plantation reçut la visite du prince Laurent de Belgique.
Ce dernier souhaitait découvrir de visu ce projet très novateur, par lequel des contrats sont passés avec des entreprises privées qui achètent des “ certificats carbone “ en finançant la plantation d’arbres sur cette savane autrefois menacée de désertification. lire la suite

30 mars 2011

Libye: le calvaire des “soutiers” noirs

Catégorie actualité

Dans la soute des « rentiers du pétrole » en Libye, il y avait, jusqu’il y a peu, un million et demi d’Africains noirs, se partageant les tâches les plus ingrates avec des Asiatiques, parmi lesquels de nombreux ressortissants des Philippines.

Employés dans le secteur de la construction, l’agriculture, l’industrie pétrolière, les services, ces migrants représentaient un volant de main d’œuvre aussi utile que soumis aux aléas de la conjoncture économique ou politique. La plupart des étrangers d’origine asiatique ont réussi à fuir dans les premiers jours du soulèvement, souvent aidés par leurs gouvernements respectifs. lire la suite

30 mars 2011

Compte à rebours électoral au Congo

Catégorie actualité

Le compte à rebours a commencé : dans sept mois, en principe, la République démocratique du Congo connaîtra de nouvelles élections.

Depuis le week end dernier, la CENI (Commission électorale nationale indépendante) dirigée par le pasteur Daniel Ngoy Mulunda, est réunie en « conclave » à Lubumbashi pour mettre au point le futur calendrier électoral et définir la liste des défis à relever. lire la suite

24 mars 2011

Les éclipses de la responsabilité de protéger

Catégorie actualité, commentaire

Le colonel Kadhafi l’avait annoncé, et il l’aurait probablement fait, si on l’avait laissé continuer : réduire Benghazi en cendres, pourchasser « comme des rats »  les insurgés. Le « printemps arabe » se serait arrêté dans le Golfe de Syrte. Sans doute. Encore peut-on espérer qu’il ne se soit pas arrêté de toutes manières, dans le fracas des bombes, à l’instar du « printemps » irakien et des lendemains meilleurs que l’Afghanistan attend toujours… lire la suite

23 mars 2011

Mayotte, le chouchou de la France

Catégorie actualité

A raison d’un milliard d’euros par an, la France veut faire de Mayotte, la petite île de l’Océan Indien qui fait partie de l’archipel des Comores, une « vitrine » de la métropole. Une vitrine artificielle, sur laquelle s’écrasent chaque année des milliers de « boat people » venus des rivages africains (Mozambique, Madagascar). Les Comoriens, eux, sont refoulés comme des clandestins, alors qu’à leurs yeux, Mayotte fait historiquement partie des quatre îles qui composent leur pays.  lire la suite

21 mars 2011

Ecartée du jeu, l’Union africaine durcit le ton

Catégorie actualité

Durant des décennies, le président Kadhafi a agacé ses pairs africains par sa condescendance, par son incessante volonté de fédérer l’Afrique ou de prendre la tête d’une alliance des rois et chefs traditionnels, forgée de toutes pièces et très critiquée par les présidents en place, comme l’Ougandais Yoweri Museveni. Mais en même temps qu’il agaçait, le « Guide » libyen distribuait largement l’argent du pétrole, finançant l’Union africaine, bouclant les fins de mois de pays sahéliens en panne de trésorerie, tandis que la Compagnie libyenne d’investissements (Laico) investissait 480 millions de dollars dans une douzaine de pays. lire la suite

16 mars 2011

Un proche de Bemba analyse le malaise de l’opposition

Catégorie actualité, interview

Le député Delly Sesanga Hipungu n’est pas un novice : militant de longue date du Mouvement pour la libération du Congo, il fut ministre du Plan puis directeur de cabinet de Jean-Pierre Bemba. Aujourd’hui, alors que la RDC se dirige à nouveau vers des élections, cet avocat de formation dresse, sans complaisance, le bilan des forces en présence et surtout il analyse les stratégies mises en place. lire la suite

14 mars 2011

La Côte d’Ivoire dans un triple étau

Catégorie actualité

Diplomatique, économique, militaire : l’étau se resserre sur Laurent Gbagbo au bénéfice de son rival Alassane Ouattara, reconnu comme vainqueur des élections par la communauté internationale. En effet, à la suite de la visite sur le terrain de cinq présidents africains, l’Union africaine a rendu son verdict : elle reconnaît elle aussi la victoire de Ouattara  et invite le président élu à former un gouvernement dans le quel se retrouveraient des ministres issus d’autres partis. Cette décision met en échec le président sud africain Zuma qui, influencé par son vieil allié le président angolais dos Santos, avait mis en cause la validité du scrutin et le rôle joué par les Nations unies (ONUCI) qui avaient certifié la validité de l’élection. lire la suite

10 mars 2011

Pourquoi le Maroc mise sur les élues d’Afrique

Catégorie actualité

A Tanger comme ailleurs au Maroc, tout s’est arrêté lorsque le roi Mohamed 6 a a prononcé son discours, très vite qualifié d’ historique. Les organisateurs de la rencontre des élues africaines ont momentanément interrompu leurs activités pour commenter avec enthousiasme les promesses royales et lors de la fin du discours des applaudissements spontanés ont éclaté : « le roi  a dit exactement ce que je souhaitais entendre » assure notre accompagnateur Fouad, particulièrement sensible à l’importance accordée à la régionalisation tandis que son voisin Hassan assure que le renforcement du rôle du Premier Ministre « ramènera la roi à un rôle de représentation, il sera comme la reine d’Angleterre… lire la suite