12 février 2012

Augustin Katumbe Mwanke le Richelieu du Congo

Catégorie Non classé

Petit, mince, le regard sérieux, Augustin Katumba Mwanke, député de Pweto, Katanga, ne ressemblait pas à l’homme le plus puissant du Congo. D’ailleurs, il ne fréquentait pas les ambassades et boudait les réceptions. Ce bûcheur, qui avait  établi ses bureaux dans la « concession Eternit » à Kinshasa, préférait les dossiers et les contacts discrets. Cependant c’est chez lui que défilaient tous ceux  qui souhaitaient une promotion, proposaient un contrat, suggéraient des arangements politiques. C’est lui qui communiquait les grâces et les disgrâces de la « cour » présidentielle, c’est lui qui, avec Evariste Boshab, président de l’Assemblée nationale, élaborait les grandes lignes politiques de la majorité.

Cet homme qui tissait sa toile dans l’ombre était unanimement détesté par les Occidentaux. Réclamant sa tête, en vain, ils  lui reprochaient les dessous de table, les contrats opaques avec des sociétés basées aux Ïles Vierges et autres paradis fiscaux, et surtout les accords économiques avec les pays émergents. Il était de notoriété publique que Katumba, qui avait commencé sa carrière dans une banque en Afrique du Sud, tournait le dos à la vieille Europe. Il lui préférait les Chinois qui l’aidaient à reconstruire le pays, les Brésiliens, les Sud Coréens sans oublier les Sud Africains, toujours prêts à considérer le Congo comme leur nouvelle frontière. Invisible, mais censé ne jamais être loin du chef de l’Etat, il avait établi le contact avec le jeune président alors que, du temps de Laurent Désiré Kabila, il était gouverneur du Katanga. Après la cuisante défaite de Pweto face aux Rwandais, en 2000, c’est Katumba qui  avait accueilli Joseph Kabila, alors commandant de l’armée de terre et que son père voulait sanctionner. Son emprise sur le « Raïs », nom swahili du président, était elle due à la reconnaissance, à la force de travail, à une vieille complicité ? Même ceux qui n’aimaient pas cet homme de l’ombre reconnaissent  que sa disparition prive le président d’un redoutable stratège.