17 janvier 2013

Les armées d’ Afrique australe se mobilisent autour du Congo

Catégorie Non classé

L’anniversaire de la mort de Patrice Lumumba, assassiné le 17 janvier 1961, n’a pas été célébré seulement par un office religieux solennel et une journée de congé qui a suivi un autre jour férié, marquant la mort, le 16 janvier 2001, d’un autre héros national, Laurent Désiré Kabila.
A leur façon, les pays du sud du continent, membres de la SADC (conférence des Etats d’Afrique australe), ont eux aussi salué la mémoire de ces deux figures marquantes du panafricanisme qu’étaient Lumumba et LD. Kabila : une cinquantaine de chefs d’état majors et de militaires de haut rang, venus de Tanzanie, du Zimbabwe, d’Angola, d’Afrique du Sud, du Malawi, se sont réunis à huis clos à l’Hôtel du Fleuve à Kinshasa où ils ont retrouvé leurs collègues congolais.
Ces derniers, ainsi que nous l’a confié le chef d’état major, le général Didier Etumba, sont encore sous le coup de l’humiliation qui leur avait été infligée le 20 novembre dernier, lorsque le M23, appuyé par l’armée rwandaise, s’était emparé de Goma, la capitale du Nord Kivu. Croquis à l’appui, le général Etumba rnous le appelle « nous n’avons pu défendre Goma, car, en appui au M23 que nos forces avaient combattu avec succès, des unités rwandaises ont pénétré en territoire congolais depuis Kibumba, à 30 km au nord de la ville. Comme elles étaient adossées sur la frontière, il nous était impossible de les poursuivre, sauf en déclarant la guerre au Rwanda et en pénétrant sur le territoire du pays voisin ; alors que nous étions attaqués dans le dos, nous étions paralysés… »
Le général se garde cependant bien de rappeler que ses forces avaient aussi déclaré forfait car elles s’étaient retrouvées à court de munitions, souffrant de la faim et d’insolubles problèmes d’approvjsionnement… A cette humiliation des forces congolaises s’est ajoutée l’impuissance de la Monusco, la Mission des Nations unies au Congo, qui s’est avérée incapable d’empêcher la prise de Goma. La ville fut cependant évacuée quelques jours plus tard, en échange de négociations politiques réunissant à Kampala les autorités congolaises et des représentants du M23.
A la suite de ces évènements dramatiques, qui, selon le ministre de l’intérieur congolais Richard Mueyej, « ont provoqué le déplacement de 800.000 civils » la situation a évolué rapidement sur le plan régional : les pays d’Afrique australe, alliés de Kinshasa et hostiles à une déstabilisation du pays, ont décidé de créer une « force neutre » qui sera déployée sur la frontière entre le Rwanda et le Congo. Cette force observera les mouvements suspects et sera chargée de neutraliser les « forces négatives » c’est-à-dire des rebelles hutus rwandais hostiles à Kagame mais aussi les soldats tutsis du M23 alliés de Kigali.
Pour résoudre les problèmes de financement et de logistique qui se poseront à cette force de quelque 3000 hommes, il a finalement été proposé de l’intégrer à la Monusco, la Mission des Nations unies au Congo. Cette dernière, malgré 17.500 hommes sur le terrain et un budget d’un milliard 200 millions de dollars, est régulièrement critiquée pour son impuissance et l’insuffisance de son mandat.
L’intégration de ces militaires originaires de pays d’Afrique australe jaloux de leur autonomie au sein d’une force onusienne largement discréditée pour l’impuissance dont elle a fait preuve depuis dix ans sinon pour ses ambiguïtés et certains trafics ne va cependant pas de soi. Les alliés du Congo reconnaissent qu’ils doivent tenir compte d’impératifs budgétaires : le déploiement de la « force neutre » pourrait coûter 100 millions de dollars et même si Kinshasa a déjà avancé 20 millions, la SADC peine à trouver le complément. C’est pourquoi il apparaît comme une nécessité de pouvoir compter sur la logistique et les moyens de la Monusco, qui pourrait à cette occasion redorer son blason.
Mais avant de se rendre à Kampala pour finaliser l’opération conjointe avec l’ONU, les officiers africains se sont réunis à Kinshasa et, selon certaines sources, ils ont posé des conditions assez « raides » : non seulement ils entendent garder leur autonomie opérationnelle mais certains pays souhaiteraient que leurs hommes remplacent purement et simplement des unités originaires d’Asie, (Inde, Pakistan, Bangla desh) considérées comme inefficaces et manquant totalement de compréhension du terrain. Il y a déjà longtemps que, dans les couloirs de l’ONU circule l’idée de remplacer les bataillons asiatiques par des forces africaines, à condition d’en disposer…
En privé certains alliés ont aussi posé des questions à leurs homologues congolais à propos de l’”état de l’armée, des trahisons en son sein, de la corruption..
L’arrivée au Nord Kivu de 600 militaires tanzaniens, réputés bons combattants, appuyés par la logistique sud africaine et angolaise, rejoints par d’autres contingents originaires du sud du continent modifierait sans doute la donne et un tel déploiement est très mal vu par Kigali. Le Rwanda a déjà repoussé l’idée d’un survol de la frontière par des drônes, ces avions sans pilote qui photographieraient impartialement tous les mouvements suspects, toutes les infiltrations, dans les deux sens.
En outre, inquiets par ces nouveaux développements, Kigali donne une large publicité à des informations selon lesquelles 4000 combattants FDLR, des rebelles hutus, auraient été repérés en provenance de Zambie et pourraient se rassembler sur des sites stratégiques en Province Orientale, au Nord et au sud Kivu.
Du côté congolais, le ministre de l’Intérieur MUeyej, au nom du gouvernement, a formellement nié la réalité de ces concentrations de rebelles hutus. Il y voit plutôt « une nouvelle manœuvre afin de gêner le déploiement de la force neutre. La poursuite de ces Interhahamwe (rebelles rwandais) fournirait le prétexte à une nouvelle incursion de l’armée rwandaise…Nous allons multiplier les vérifications et le déploiement de nos forces de police afin de ne pas prêter le flanc à ces accusations… »
Si les alliés du Congo en Afrique australe se mobilisent, les Belges ne se montrent pas inactifs : ils ont déjà formé les deux brigades qui se sont montrées les plus performantes lors de la dernière guerre du Kivu (malgré de lourdes pertes…) et envisagent d’en former une troisième, à condition que, bien dirigées et orientées elles ne soient pas les premières victimes d’une autre hécatombe. Le général Etumba va plus loin encore : « c’est aux Belges que nous voudrions demander de former nos futures forces spéciales… »Ici aussi les Congolais devront convaincre leurs amis de la réalité de la réforme des services de sécurité et de l’amée… L’annoncede la reddition du chef rebelle de l’ituri Cobra Matata, qjui s’est rendu aux arguments du général Olenga, qui a remplacé le général Amisi à la tête de l’armée de terre, est considérée comme un pas dans le bon sens.