10 juin 2013

Rwanda: Labille etreynders harmonisent leurs positions

Catégorie Non classé

Didier Reynders à la veille du départ de son collègue de la Coopération

A la veille du départ du ministre Jean-Pascal Labille pour Kigali, quels sont vos sentiments ?

Je suis ravi d’avoir un Ministre de la Coopération qui s’intéresse à l’Afrique et souhaite s’y investir. Nous nous sommes concertés avant son départ, avons eu plus de quatre réunions à propos de l’Afrique centrale afin de bien coordonner l’action de la Belgique et ce lundi encore nous nous sommes vus longuement…

Etes vous en froid avec le président Kagame ?

Pas que je sache : à Addis Abeba, lors de l’anniversaire de l’Union africaine et d’une réunion parallèle sur les Grands Lacs nous nous sommes rencontrés et j’ai répété que la Belgique était prête à soutenir, y compris financièrement, des projets transfrontaliers, car il faut que dans la région, tout le monde, y compris le Rwanda, participe à la solution. Le ministre de la Coopération s’inscrit dans cette même logique et nous travaillons en bonne intelligence.
J’ai aussi mené des démarches en faveur de l’Afrique des Grands Lacs à Washington où j’ai rencontré Bill Burns le numero deux du département d’Etat, un adjoint du président Obama, et le président de la Banque Mondiale qui a mis un milliard de dollars sur la table, afin de financer des projets transfrontaliers dans les domaines de l’énergie, des infrastructures, de la gouvernance…
Un fait nouveau c’est que dans la région, le Burundi et l’Ouganda ont soutenu l’idée lancée à Addis Abeba par le président tanzanien Kikwete selon laquelle il fallait discuter avec les opposants, y compris les groupes armés comme la LRA (Armée de résistance du Seigneur) Le président Kagame n’a rien dit mais sa ministre des Affaires étrangères a repoussé cette perspective la qualifiant d’ « impensable ».

Sur le plan bilatéral, où en sont la Belgique et le Rwanda ?

Nous avons eu de petits litiges mais l’un d’entre eux, à savoir le blocage des comptes de nos ambassades respectives, est réglé. La Belgique, unilatéralement, est intervenue sur le plan juridique pour régler le problème de l’ambassade du Rwanda et à Kigali, la rétorsion a été levée également. C’est une première étape…