16 novembre 2017

La publication du calendrier électoral a désarçonné l’opposition congolaise

Catégorie Non classé

En publiant le calendrier électoral, qui prévoit que les élections auront lieu à plusieurs niveaux (législatif, provincial et présidentiel) le 23 décembre 2018, la Commission électorale indépendante a tenté de calmer les tensions internes, essayé de gagner du temps en accordant un nouveau délai alors que le mandat du président Kabila est caduc depuis décembre 2016. Mais surtout, elle a voulu faire baisser la pression internationale et désamorcer les sanctions déjà exercées par l’Union européenne et les Etats Unis.
1. Face au nouveau calendrier proposé, quelle est la réponse de l’Europe et des Etats Unis ?
Prenant au mot les engagements de la CENI et passant au dessus des difficultés d’exécution, Washington et l’Union européenne saluent l’engagement pris et le qualifient de « pas significatif » en vue d’une transition pacifique. Le département d’Etat relève que le président Kabila s’est engagé à respecter la Constitution et l’accord de la Saint Sylvestre et a promis de ne pas briguer de troisième mandat. Mais derrière les encouragements perce aussi l’inquiétude : Kinshasa se voit prié, entre autres, de libérer les prisonniers politiques, de garantir la liberté de réunion et d’association. Tous les Occidentaux, y compris l’Union européenne et la Belgique, insistent aussi sur le fait que la date désormais proclamée sera la dernière à être acceptée. Bruxelles met également l’accent sur la nécessité d’atteindre un consensus entre le pouvoir et l’opposition.
2. Quelle est la position de l’Union africaine ?
Dans une déclaration commune, l’Union africaine et le représentant des Nations unies à Kinshasa, de même que les organisations régionales africaines, saluent également la publication du calendrier électoral. Le feu vert n’est cependant pas inconditionnel : les autorités congolaises sont priées de prendre toutes les mesures, y compris logistiques, financières, sécuritaires pour permettre l’organisation des élections sur tout le territoire. Appel est également lancé en faveur des « mesures de décrispation », comme la libération des prisonniers politiques.
3. Pourquoi la » communauté internationale » accepte-t-elle que Kinshasa prolonge ainsi les délais en dépit des engagements pris ?
La première raison est l’impuissance : en dépit des sanctions financières, des mesures ciblant des individus proches du pouvoir, Kinshasa a les moyens de déjouer les pressions, comptant sur d’autres partenaires plus conciliants, la Chine, la Russie, l’Afrique du Sud, entre autres. Une autre raison est la cohérence : est- t- il bien raisonnable de durcir le ton à l’égard d’un seul pays alors que tant d’autres chefs d’Etat africains sont au pouvoir depuis bien plus longtemps que M. Kabila ? En plus d’un certain « souverainisme » africain, habilement ranimé par le Ministre des Affaires étrangères She Okintundu, joue aussi la peur du désordre : les neuf voisins du Congo (qui tirent profit de la situation actuelle en exploitant, chacun à sa manière, la faiblesse de Kinshasa) redoutent aussi les effets d’une guerre civile qui provoquerait des exodes de réfugiés.
4. L’opposition est-elle en difficulté ?
Oui et non. Alors que la principale revendication des opposants, toutes tendances confondues, est d’exiger le départ de l’actuel chef de l’Etat d’ici la fin 2018, chacun sait que les partis d’opposition n’ont pas les moyens de mener campagne dans un aussi bref délai et ne se sont pas réellement mis d’accord sur la formule d’une « transition sans Kabila ». Si cette solution, qui vient d’être torpillée par la communauté internationale, devait être adoptée, il n’y a guère de consensus ni sur la direction de cette opposition, ni sur sa durée. Même s’ils ne l’avoueront jamais publiquement, les partis d’opposition sont peut-être secrètement soulagés de voir apparaître un nouveau « glissement » propice à toutes les manœuvres, sinon à l’émergence d’un nouveau leadership qui bousculerait les têtes de liste aujourd’hui assez discréditées. En effet, Jean Pierre Bemba est toujours en prison, Vital Kamerhe a perdu de sa crédibilité en participant au premier dialogue, Félix Tshisekedi est loin d’avoir l’aura de son père et se limite à inciter ses partisans à venir l’accueillir lorsqu’il revient de province ou de l’étranger. Quant aux Opérations Ville Morte, où chacun est invité à ne pas sortir de chez soi pour se rendre au travail, elles ont montré leurs limites dans ce pays où l’on vit au jour le jour.
5. D’où vient la contestation ?
Si la société civile traditionnelle demeure prudente les mouvements citoyens ont le vent en poupe : Lucha, Filimbi, Telema Ekoki, d’innombrables groupes de jeunes, d’étudiants sont prêts à descendre dans la rue. Ils appellent à une première journée de protestation le 15 novembre avec un mot d’ordre unique : Kabila doit partir. Mais la répression s’annonce implacable, menée par la police, l’armée et aussi des unités spéciales, difficilement identifiables. Une question cruelle et cynique s’impose : combien de morts la répression devra-t-elle faire pour que les pays voisins, les Occidentaux et l’opinion internationale s’émeuvent vraiment de la descente aux enfers du Congo et la jugent inacceptable ? Le fait que les guerres du Kivu, avec leur cortège de pillages, de viols, de massacres, aient été tolérés pendant d’aussi longues années incite au pessimisme : face à l’insoutenable, le seul de tolérance, au Congo, est plus élevé qu’ailleurs.
Reste l’imprévu : au Congo, provoquée plus par les injustices sociales et les exactions économiques que par les exigences constitutionnelles, l’exaspération populaire est telle que la moindre étincelle pourrait provoquer l’ explosion. Mais comme en tant d’autres occasions, lorsque la patience aura vraiment atteint ses limites, personne n’aura rien vu venir.