1 août 2019

Ebola, un malheur, une trahison de plus…

Catégorie Non classé

Trop c’est trop. Les populations de l’Est du Congo sont recrues de violences, de mensonges et l’épidémie d’Ebola, qui a commencé voici un an continue à ronger un tissu social déjà dévasté par les exodes, les tueries, les accaparements de terres et de ressources minières, l’insécurité généralisée…
Alors qu’il essayait de faire face au fléau de manière coordonnée, le ministre de la santé a été obligé de jeter l’éponge car il s’était opposé à de puissants intérêts. Aujourd’hui, les populations n’en peuvent plus, elles n’ont plus foi en personne et dans leurs cerveaux fatigués, leurs âmes blessées, les pires hypothèses, les plus invraisemblables théories du complot trouvent un terreau fertile. Comment croire en la solidarité internationale alors que tant de fois, face aux massacres, bien plus meurtriers que l’épidémie Ebola, les Casques bleus sont arrivés trop tard ? Comment croire en la bienveillance des pays de la région qui offrent l’asile à des groupes de prédateurs ou de psychopathes comme les combattants ADF Nalu qui massacrent à l’arme blanche au nom de l’Islam ? Comment les gens de Beni, de Goma et d’ailleurs peuvent ils faire confiance à leurs propres politiciens, aux généraux de leur armée issus de tant de brassages et d’amnisties ? Tous mènent leur politique en fonction de leurs intérêts, nouent et dénouent les alliances, se font construire des hôtels de luxe, appuient des projets pétroliers qui ruineront l’environnement et appauvriront les cultivateurs locaux…Tous parlent de justice, mais cultivent l’impunité… Dans cette région si belle qu’elle a des allures de paradis, les gens vivent l’enfer au quotidien et l’épidémie Ebola n’est qu’une autre de leurs infinies souffrances…
Si au moins ceux qui assurent vouloir soutenir les victimes du fléau pouvaient ne pas ajouter à la confusion sinon au mensonge ! On se serait bien passé du changement d’attelage à la tête du ministère de la Santé comme de la réorientation de la riposte à Ebola, passée entre d’autres mains : est-il bien raisonnable de bifurquer au milieu du gué et d’alimenter une nouvelle vague de soupçons ? De même, la polémique à propos des deux vaccins rivaux, qui mine davantage encore la confiance, paraît obscène : de toutes façon, ils sont expérimentaux et en nombre insuffisant ! Comment les gens de Beni ou de Goma pourraient ils croire que la rivalité entre deux sociétés américaines soit inspirée par le seul intérêt des populations ou le souci désintéressé de protéger le genre humain d’une éventuelle guerre biologique ? Si tel était le cas, on se battrait aussi pour découvrir et imposer de nouveaux traitements afin de guérir ceux qui sont déjà atteints, au lieu de les laisser se vider de leur sang …Cobayes malgré eux, victimes d’intérêts masqués, si souvent trahis par leurs propres élites, les Congolais du Kivu sont aux avant postes d’un monde qui semble s’avancer vers la guerre et le désordre. De tristes précurseurs…