28 décembre 2020

Des Casques bleus rwandais ont déjoué une attaque rebelle sur Bangui

Catégorie Non classé

Alors que des groupes rebelles se sont emparés de Bambari, la quatrième ville de Centrafrique et sont présents à 150 km de Bangui, c’est de justesse qu’aux portes de la capitale, dans le quartier dit PK 12, des troupes rwandaises ont dispersé des groupes soupçonnés d’avoir été infiltrés. Tirant en l’air dans un quartier très peuplé, les Rwandais ont créé un début de panique parmi la population.
La situation se dégrade sérieusement dans ce pays de 4, 5 millions d’habitants, l’un des moins développés d’Afrique et où les autorités de Bangui soupçonnent l’ancien président François Bozize de vouloir fomenter un coup d’Etat afin d’empêcher des élections qui donneraient probablement la victoire au président sortant Faustin Archange Touadera. Officiellement, les rebelles se réclament d’une coalition de trois groupes armés, réunis en une seule entité appelée « Coalition des patriotes pour le changement » parmi lesquelles des milices favorables à l’ancien président François Bozize. Ce dernier, malgré les forts soupçons qui pèsent sur lui, a démenti être l’instigateur de ces mouvements armés, mais les observateurs relèvent que c’est après l’invalidation de la candidature de Bozize à l’élection présidentielle que la violence a resurgi.
Rappelons que François Bozize, bien introduit au sein de l’armée française, était arrivé au pouvoir en 2003 à la suite d(un coup d’Etat avant d’être lui-même renversé en 2013 par une coalition à dominante musulmane, la Seleka. Durant plusieurs années, des milices armées, « Balaka » (musulmans) et « anti balaka » ont semé la terreur en Centrafrique, portant la violence dans les quartiers chrétiens et musulmans de Bangui et plongeant le pays dans le chaos.
Après des années d’exil, Bozize, qui dispose toujours de soutiens au Tchad, -bastion de l’armée française-, a tenté de revenir en politique et s’est déclaré candidat à l’élection présidentielle. Sa candidature a été invalidée par la Cour constitutionnelle qui a rappelé que l’ancien président était toujours sous le coup de sanctions des Nations unies pour son soutien présumé à des groupes armés responsables de crimes de guerre.
Pays pauvre, connu surtout pour ses gisements de diamants et les « cadeaux » que l’ancien Empereur Bokassa fit naguère au président Giscard d’Estaing, la Centrafrique, naguère chasse gardée de Paris et avant poste militaire voisin de la vaste et riche République démocratique du Congo, représente désormais un enjeu plus large : le pays compte d’importants gisements en uranium et il est l’un des théâtres de la guerre que mène la France aux milices musulmanes très présentes les pays du Sahel.
En outre, de nouveaux protagonistes sont apparus sur le terrain : la force onusienne Minusca censée soutenir un accord de paix signé en 2019 et forte de 11.OOO hommes s’avérant impuissante à restaurer l’autorité de l’Etat, le président Touadéra a signé des accords de défense avec deux nouveaux venus, la Russie et le Rwanda. Des contingents rwandais font déjà partie des Casques bleus, mais en outre des accords de défense bilatéraux ont permis l’envoi de centaines de troupes aguerries. Le mandat de ces troupes venues de Kigali n’est pas seulement d’assurer la sécurité rapprochée du chef de l’Etat, dont le bureau est gardé par des hommes muets et vigilants, il est aussi de « tenir à l’œil » certains alliés des groupes rebelles, en l’occurrence des miliciens hutus qui ont traversé le fleuve Congo après l’exode et la guerre qui suivirent le génocide des Tutsis en 1994 et demeurent actifs.
Quant à la Russie, si les premiers accords portant sur la fourniture d’armes ont été signés avec l’aval des Nations unies, la montée en puissance des troupes russes parmi lesquelles des hommes du groupe Wagner, a été ressentie comme une invasion du pré carré français. Ce qui a précipité à Paris la disgrâce de Touadéra, alors que cet enseignant venu de Lille cherchait avant tout des alliés capables de l’aider à restaurer l’autorité de l’Etat au-delà de la capitale Bangui…