7 avril 2021

Veillée d’armes à Kinshasa, statu quo pour Kamerhe

Catégorie Non classé

Cette fois tout semble plié : la proclamation du nouveau gouvernement, avec Sama Lukonde comme Premier Ministre est annoncée pour cette semaine. Sa composition sera le fruit d’un difficile arbitrage au sein de la nouvelle majorité, celle de l’Union sacrée et les hommes du FCC, anciens partisans de Kabila, nombreux à avoir, comme on dit « traversé » sans honte et sans scrupules, mais pas sans appétit…On saura aussi, dans les temps à venir, si certains de ces hommes étaient ou non des « sous marins » ralliant le nouveau pouvoir mais gardant toujours leur allégeance à l’ancien chef, dont le silence surprend et inspire nombre de spéculations…
Plié aussi est le sort de Vital Kamerhe : un an après son procès, le sort de l’ancien directeur de cabinet ne connaît toujours aucune amélioration. Depuis sa condamnation, il est toujours détenu et toutes les demandes d’évacuation sanitaire, en dépit d’un état de santé très dégradé, ont été jusqu’à présent repoussées. Certes, les charges qui pesaient sur lui étaient lourdes mais beaucoup ont été par la suite démenties par les faits (les fameuses maisons préfabriquées existaient réellement, donc elles avaient bien été commandées sans que les budgets aient été détournés) Le caractère inflexible du pouvoir actuel, qui refuse la moindre mesure en faveur d’un homme qui fut un « faiseur de rois » fut à l’époque un premier signal inquiétant, qui avait aussi l’air d’une revanche maquillée de juridisme…
Nombreux sont aujourd’hui les Congolais qui se rappellent que celui qu’ils conspuaient naguère, un certain Joseph Désiré Mobutu, n’avait, malgré tous ses défauts, pas autant d’intransigeance : alors que le père du chef d’Etat actuel était son plus coriace et plus courageux opposant, qu’il fut emprisonné et déporté, il fut aussi autorisé à quitter le pays pour raisons médicales. Peut-être Mobutu savait il, lui, que la magnanimité est aussi l’un des signes de la grandeur…