Dix jours que le webdocumentaire est en ligne ! Et que dire, sinon “Oufti waw” (comme diraient nos amis liégeois), et merci !

Cuisine Interne est un petit webdocumentaire, avec un (tout) petit budget, de petites connaissances, et une petite structure. Et pourtant, les retours ont été très positifs sur notre travail. Mon préféré, découvert tout à l’heure :

Read the rest of this entry »

Ce vendredi matin, Cuisine Interne verra le jour. Pour du vrai. Après près d’un an de boulot. De la sueur, pas mal de stress, beaucoup de sandwiches aux boulettes de la boucherie chevaline de la rue des Bayards…

Mais cette fois on y est.

On tient notre webdocumentaire à la narration éclatée, multi-médias, qui ne vous tiendra pas par la main mais vous fera confiance pour tracer votre propre chemin à travers ses méandres.

On espère qu’il vous plaira… et on stresse un peu.

Myriam, et  toute l’équipe…

Some Rights Reserved by Sylvain Bourdos - http://www.flickr.com/photos/sylvainbourdos/

Aaargh le stress monte ! Déjà un mois et demi que plus rien n’a été écrit ici. Et c’est pas faute d’y penser, mais le boulot file, fonce, se rue, se précipite dans tous mes moments libres. Du coup, pas le temps de travailler, pas le temps de réflechir, de dessiner (pour le webdéveloppement), de tout quoi !

Mais je m’y remets, je me force à m’y remettre. C’est que la deadline approche. Pour la fin du mois de mars, tout doit être terminé ! Read the rest of this entry »

Il est enfin là ! Diffusez-le, partagez-le, propagez-le un max ! Le trailer de Cuisine Interne est prêt, pour vous donner un avant-goût de tout ce que vous découvrirez dans notre webdocumentaire.

Trève de paroles, place aux images… Bonne première découverte, et n’hésitez pas à nous dire ce que vous en pensez !

Myriam, Joan, Fabrice, et Nicolas

J’ai une associée qui s’appelle Pascale Stevens. Plus qu’une associée, elle est une amie. Preneuse de son professionnelle, elle est une des meilleures que je connaisse.

Pascale a grandi dans un environnement militant. Une éducation qui se retrouve dans son oeuvre. Ses documentaires radiophoniques sont chacun une petite merveille de sons, d’informations, et de contenu. Un travail dès plus humains, réalisé avec le coeur autant qu’avec le cerveau.

Dernièrement, j’ai aidé Pascale à créer son blog, histoire de mettre son art à disposition de tous, et pourquoi pas de se faire connaître. Et pour héberger ses sons, je lui ai créé un compte Soundcloud qu’elle a appris à utiliser.

Tantôt, je naviguais parmi ses reportages. Je voulais partager l’un d’eux avec mes abonnés du Google Reader. Quelle n’a pas été ma surprise d’y trouver un documentaire sur le planning familial. On parle même du Centre Louise Michel ! Read the rest of this entry »

On en a beaucoup parlé. Les hommes ne peuvent pas connaître les impressions que ressent une femme lorsqu’elle va chez le gynécologue. Au Centre Louise Michel, on pousse les hommes à essayer, juste une fois. Rien que pour se rendre compte…

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Joan

Source audio : Audioboo

Dans nos rêves, le journaliste part sur le terrain. Caméra au poing, carnet de note à la main, et micro entre les dents. Rah ! J’aimerais bien!

Malheureusement, ce n’est pas tout.

Loin de là en fait. Read the rest of this entry »

Et voilà! Hier nous avons refermé une dernière fois la porte sur le centre Louise Michel. Ce fut une journée marathon d’interviews et de prise de photos. Un poil émus, quand même… On commençait à se sentir plutôt bien dans cette drôle de ménagerie (entre Stéphane, psy et secrétaire, qui semble parfois être atteint du syndrôme de Gilles de la Tourette – “Connasse”, étant pour lui presque l’équivalent de l’interjection “putain” ou “merde”; Claudine Mouvet, la directrice, qui jerke sur Shakira dans son bureau; Deplhine, psy et de Reine de l’épiphanie -et des mésaventures-; Gilles, toubib et McDreamy au clin d’oeil aussi ravageur qu’involontaire; Aurélie et son rire inimitable; et l’autre médecin Danièle et ses anecdotes hallucinantes…)

Bref, ça n’a pas toujours été facile, mais au bout du compte, ce tournage restera un merveilleux souvenir tout embué d’émotion -parce que vue la haute teneur en humain de notre sujet (pour rappel: l’avortement), la larmichette n’était parfois pas très loin.

En particulier lors de l’interview de Fanny Germeau, peintre, féministe et fondatrice du centre âgée de …100 ans, qui nous a dit que “la meilleure façon de mourir était de vivre comme si on avait encore un avenir…”

A méditer…

Et maintenant, à monter.

Myriam

Myriam vous le disait dans l’article d’hier, nous avons participé à une deuxième IVG ce lundi. Une opération qui a illustré un autre aspect du Centre Louise Michel : la collaboration.

Je me souviens au début du tournage, back to début november, lorsque Myriam avait été déçue : nous avions choisi nos personnages clés, mais ils ne convenaient pas. L’une des médecins, notamment, était trop jeune dans l’équipe.

A l’époque, j’avais accepté sans broncher. Je ne me laisse pas abattre par si peu. Par contre, je comprends aujourd’hui pourquoi. Dans le Centre Louise Michel, le principal, c’est l’équipe ! Read the rest of this entry »

Seconde IVG que nous avons pu filmer, ce lundi. Une ado de 16 ans accompagnée de sa mère et de son copain, qui a accepté très facilement notre présence dans le cabinet médical. On prévoyait un tournage “facile”, donc. Sauf que la jeune fille a eu un mal de gueux, qu’elle a pleuré, et qu’elle a pas mal saigné. Et que deux médecins ont dû se relayer pour parvenir à aspirer la grossesse dont elle ne voulait pas. Gros moment de malaise pour nous, Joan derrière la caméra, et moi à la perche. Que faire? Partir? Rester? Notre immersion dans cet acte médical est-elle irrespectueuse? Nous sommes finalement restés, sans faire de bruit, histoire que la patiente nous oublie et ne rajoute pas à sa douleur l’angoisse de se rappeler qu’elle est filmée.

Enfin, “filmée”… Juste ses pieds (et la jolie charlotte en plastique dans laquelle ils sont emballés) et ses mains. Read the rest of this entry »