Le gros a commencé hier. Et non, je ne parle pas de moi, je parle du tournage ! Le gros du travail a (enfin) démarré. On ne l’espérait plus.

Lorsqu’on est arrivé vers midi, c’était un peu la course au centre Louise Michel (c’est toujours la course là-bas). Trois accueils étaient prévus dans l’après-midi, mais il fallait encore que la patiente accepte que l’on filme. Une a refusé, une n’est pas venue, et la dernière a enfin accepté… à 16h30. On a donc failli revenir bredouille. Un peu démoralisant, mais ouf ! Rien de tout cela.

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=LIHqt_eKzQw]

Nous avons aussi enregistré des mots… Une partie du webdocumentaire que vous découvrirez, qui sera exclusivement audio…

Donc voilà, on y retourne demain. On espère qu’il y aura plus à tourner. Le temps presse un peu, et c’est tellement aléatoire puisqu’on dépend du bon vouloir des patientes. Par contre, nos nouveaux personnages (puisqu’on a du changer, rappelez-vous) sont vraiment chouettes aussi. Très sympas, clairs, avenants.

Ah oui, et puisqu’on fait un côté coulisses de ce webdocumentaire, sachez que nous sommes tombés en panne à Liège sous le retour. Minimum -100° celsius dans les hauteurs de Liège et un verglas sibérien. Heureusement, on avait Internet, Facebook, sans oublier le Cercle Sainte Walburge et le Restaurant du Parc pour leurs dégustations culinaires surprenantes. D’ailleurs, sachez, cher lecteur, qu’on ne dit pas “une mitraillette” à Liège, mais bien “un routier”, et qu’un boulet sauce lapin ne se met pas dans un routier, sous peine de se voir empaler pour haut sacrilège !

A bientôt pour d’autres coulisses,

Joan