Et voilà! Hier nous avons refermé une dernière fois la porte sur le centre Louise Michel. Ce fut une journée marathon d’interviews et de prise de photos. Un poil émus, quand même… On commençait à se sentir plutôt bien dans cette drôle de ménagerie (entre Stéphane, psy et secrétaire, qui semble parfois être atteint du syndrôme de Gilles de la Tourette – “Connasse”, étant pour lui presque l’équivalent de l’interjection “putain” ou “merde”; Claudine Mouvet, la directrice, qui jerke sur Shakira dans son bureau; Deplhine, psy et de Reine de l’épiphanie -et des mésaventures-; Gilles, toubib et McDreamy au clin d’oeil aussi ravageur qu’involontaire; Aurélie et son rire inimitable; et l’autre médecin Danièle et ses anecdotes hallucinantes…)

Bref, ça n’a pas toujours été facile, mais au bout du compte, ce tournage restera un merveilleux souvenir tout embué d’émotion -parce que vue la haute teneur en humain de notre sujet (pour rappel: l’avortement), la larmichette n’était parfois pas très loin.

En particulier lors de l’interview de Fanny Germeau, peintre, féministe et fondatrice du centre âgée de …100 ans, qui nous a dit que “la meilleure façon de mourir était de vivre comme si on avait encore un avenir…”

A méditer…

Et maintenant, à monter.

Myriam