Dans nos rêves, le journaliste part sur le terrain. Caméra au poing, carnet de note à la main, et micro entre les dents. Rah ! J’aimerais bien!

Malheureusement, ce n’est pas tout.

Loin de là en fait.

Il reste désormais le plus long, le plus fastidieux, le plus important du travail : le montage. Et par montage, j’entends : visionner les images, les dérusher, les préparer, scénariser, les monter, réaliser la post-production (retouche des images et de la couleur), mixer le son, exporter les vidéos. Rien que ça, oui ! Et il faut que ce soit bien fait ! Peu importe que les images soient superbes, un mauvais montage endormira le téléspectateur en moins de deux seondes.

Pire. Alors que nous avons plongé dans la vie du Centre Louise Michel, alors que nous avons vécu certaines choses, un mauvais montage pourrait tout gâcher, nourrir les stéréotypes, tomber dans le pathos. Bref, tout ce dont nous avons peur, et tout ce dont ont peur les travailleurs du Centre.

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=FaRHv9rQpP8]

Un gros challenge, donc à relever désormais. On rentre dans le gros du boulot !

Joan