Some Rights Reserved by Sylvain Bourdos - http://www.flickr.com/photos/sylvainbourdos/

Aaargh le stress monte ! Déjà un mois et demi que plus rien n’a été écrit ici. Et c’est pas faute d’y penser, mais le boulot file, fonce, se rue, se précipite dans tous mes moments libres. Du coup, pas le temps de travailler, pas le temps de réflechir, de dessiner (pour le webdéveloppement), de tout quoi !

Mais je m’y remets, je me force à m’y remettre. C’est que la deadline approche. Pour la fin du mois de mars, tout doit être terminé !

Pour autant, le webdocu a quand même avancé pendant toute cette période. Et là, c’est Fabrice et Nicolas qu’il faut remercier. Vous savez maintenant que le webdocu a été tourné avec un appareil photo. Le son pris avec un Zoom H4n et avec un Minidisc. Du coup, il faut synchroniser toutes les pistes avec la vidéo et prémixer la séquence pour qu’on ait un matériel simple à monter et à utiliser.

C’est un travail de longue haleine. Et qui nous a réservé de mauvaises surprises. J’ai appris que les machines utilisaient une horloge d’échantillonage, et que deux appareils utilisant le même échantillonage pouvaient n’être pas synchro, du coup. En gros, nos pistes sons ne sont pas identiques entre elles. Quelle misère pour synchroniser tout ça ! Un vrai travail de chirurgien que Nico et Fab sont en train de réaliser.

Heureusement, une fois que cette synchronisation entre le son et la vidéo sera faite, le reste ira assez rapidement. Il faudra alors que moi je ne traîne pas trop avec le webdéveloppement. Là aussi, ça avance, mais il faut faire preuve d’ingéniosité puisque je ne suis pas flasheur à la base (ces types qui font du flash, vous savez? Les petits jeux sympas sur Internet…)

Là aussi, ça avance, mais je réserve ça pour un autre article dans la semaine. Un article un peu plus technique sur comment je travaille.

Sinon, nous avons aussi créé une page Facebook, n’hésitez pas à nous rejoindre. Ce sera plus simple aussi pour communiquer ! (Oui, on adore parler).

Voilà pour la mise à jour. Et désormais, promis, je vous écrirai au moins une fois par semaine !

Bises,

Joan