Archives for category: Uncategorized

Et voilà! Hier nous avons refermé une dernière fois la porte sur le centre Louise Michel. Ce fut une journée marathon d’interviews et de prise de photos. Un poil émus, quand même… On commençait à se sentir plutôt bien dans cette drôle de ménagerie (entre Stéphane, psy et secrétaire, qui semble parfois être atteint du syndrôme de Gilles de la Tourette – “Connasse”, étant pour lui presque l’équivalent de l’interjection “putain” ou “merde”; Claudine Mouvet, la directrice, qui jerke sur Shakira dans son bureau; Deplhine, psy et de Reine de l’épiphanie -et des mésaventures-; Gilles, toubib et McDreamy au clin d’oeil aussi ravageur qu’involontaire; Aurélie et son rire inimitable; et l’autre médecin Danièle et ses anecdotes hallucinantes…)

Bref, ça n’a pas toujours été facile, mais au bout du compte, ce tournage restera un merveilleux souvenir tout embué d’émotion -parce que vue la haute teneur en humain de notre sujet (pour rappel: l’avortement), la larmichette n’était parfois pas très loin.

En particulier lors de l’interview de Fanny Germeau, peintre, féministe et fondatrice du centre âgée de …100 ans, qui nous a dit que “la meilleure façon de mourir était de vivre comme si on avait encore un avenir…”

A méditer…

Et maintenant, à monter.

Myriam

Le tournage se poursuit donc… merci d’ailleurs au tandem Myriam-Joan qui porte tout à bout de bras pour l’instant et depuis quelques semaines déjà. J’ai quand même été jeter un oeil dans leur immersion la semaine dernière… une après-midi entouré de Drôles de dames… ces femmes du centre Louise Michel en pleine action autour de notre pièce centrale donc : la cuisine. Leur énergie est décidément communicative ! Ce billet est l’occasion de leur tirer un coup de chapeau. Pour leur entrain, leur disponibilité, leur naturel, leur simplicité, leur engagement, … Je n’ai pas encore retenu tous les prénoms… ça viendra ! Vous aurez comme nous l’occasion de passer du temps avec elles au travers de notre projet. Vous verrez que l’IVG ne se résume pas au simple débat pour ou contre mais que cela touche une série d’autres sujets, nombreux, complexes, essentiels !

Fabrice

…C’est là qu’on se rend compte de la différence entre le tournage d’un documentaire et celui d’un sujet journalistique de type JT. Dans le premier cas, la relation avec les “sujets” est très importante, dans le second on s’en fiche un peu puisqu’on se tire dès qu’on a la matière -càd 5 minutes de réponses à des questions.

Dans le premier cas, il faut montrer patte blanche, amadouer, montrer ses intentions, démontrer ce que chacun a à y gagner… Un docu de type “humain” ne peut se faire sans le consentement de ses protagonistes, et sans que ceux-ci s’y investissent un minimum.

Ca a l’air tout bête comme ça, mais pour une journaliste qui s’est longtemps pas mal foutue qu’on l’aime bien ou non, c’est un drôle d’apprentissage. (Lire la suite…)