Voici le nouveau plan de délestage (cartes)

La ministre de l’Energie Marie-Christine Marghem a modifié le plan qui définit les zones risquant des coupures d’électricité en cas de pénurie. Le Soir a pu se procurer les nouvelles cartes.

Le délestage, vous vous souvenez? Mais si, ce plan (pas très lisible), présenté l’année dernière par Melchior Wathelet et Catherine Fonck, définissant les zones qui pourraient être volontairement privées de courant durant deux-trois heures en cas de pénurie d’électricité. Tout ça pour éviter la panne générale sur tout le réseau (black-out).

Et bien ce plan (objet de nombreuses polémiques l’an dernier) a été repensé par la nouvelle ministre de l’Energie Marie-Christine Marghem. Alors qu’il vient d’être validé ce mercredi midi par le comité de concertation (Régions-Fédéral), nous avons pu nous procurer les nouvelles cartes détaillées, province par province.

Comment interpréter ces cartes?

Sur la carte, vous observez une multitude de points de couleur. Ils représentent les cabines basse et moyenne tension de notre réseau électrique. Et chaque cabine est colorée en fonction de la tranche du plan de délestage dont elle relève. Votre domicile se trouve à proximité d’un point bleu foncé, vous vous situez dans la tranche numéro 1. Rouge? Dans la tranche 2,… Si vous vous trouvez à proximité de cabines symbolisées par un point gris: bonne nouvelle, vous ne risquez aucune coupure planifiée.

Attention au piège dans l’interprétation de cette carte: une zone blanche ne signifie pas que vous vous trouvez dans une zone sans risque. Cela indique simplement que la cabine électrique qui vous alimente est relativement éloignée, d’où l’absence de point coloré. Il est donc complexe de déterminer à quelle tranche vous appartenez, sauf dans le cas où vous êtes entourés de points d’une même couleur.

Des cartes plus grossières viennent d’être publiées sur le site du SPF Economie. Les gestionnaires de réseau de distribution d’électricité ont également adapté leur base de données. Sur leur site web respectif, il est donc possible de vérifier dans quelle tranche figure votre rue.

Qui sera délesté?

Le risque de pénurie d’électricité existe en Belgique depuis l’année dernière, en cas d’hiver polaire. Pas d’alarmisme donc, mais mieux vaut être prévoyant.

Il semble acquis que, au pire du pire, seules une ou deux tranches du plan seront activées simultanément. Dans quel ordre? «La procédure de délestage en cas de pénurie prévoit un système de rotation entre les tranches de délestage par ordre décroissant de numérotation, allant de la tranche 8 à la tranche 2 et reprenant ensuite à 8 jusque 2 à nouveau», écrit la ministre dans un communiqué.

La tranche 1 ne servira donc pas en cas de délestage dû à une pénurie. Elle est réservée aux situations de délestage «automatique» faisant suite à un incident soudain mettant en danger l’équilibre du réseau électrique belge ou européen.

En concertation avec la ministre de la Mobilité Jacqueline Galant, Infrabel et la SNCB, il a été convenu d’arrêter préventivement le trafic ferroviaire dans tout le pays et durant toute la journée en cas d’activation du plan de délestage par les autorités, sauf en cas de délestage de la tranche 8 où un plan de circulation réduit a été élaboré par la SNCB et Infrabel.

Quels changements par rapport à l’an dernier?

Vu la complexité de cette carte, il nous faudra un peu de temps pour l’analyser en détails. Mais, à première vue, la grande nouveauté concerne le nombre de tranches: de six dans la version 2014 du plan, on passe à huit dans cette nouvelle mouture. De nombreuses communes ont donc changé de tranche. Les quelques cabines de la ville de Liège passent par exemple de la tranche 6 à la tranche 8. Autour de Liège, quelques communes ont également été retirées du plan de délestage. C’est le cas de Fléron, Beyne-Heusay, Blégny, Soumagne, et Chaudfontaine (en grande partie).

Comme déjà annoncé par la ministre, les aéroports de Liège, Charleroi et le port de Gand ont également été retirés des zones potentiellement délestables.

Mais ces retraits sont plutôt exceptionnels. Car le plan couvre en réalité une plus grande partie du territoire. L’année passée, la capacité totale de délestage était de 3.000 MW. Et on est passé cette année à 5.000 MW.

De nouvelles communes font donc leur arrivée dans ce plan: c’est le cas de Frasnes, Celles ou Mont-de-l’Enclus dans le Hainaut. La Flandre Occidentale (étonnamment épargnée dans le plan de l’an dernier) est, elle aussi, mise à contribution. La Panne, Dixmude ou encore Coxyde font désormais partie du plan, par exemple.

Enfin, Bruxelles, Anvers, Namur, Charleroi et la plupart des grandes villes restent, elles, en grande partie épargnées par ce plan.

Voici les cartes du nouveau plan de délestage

01_Belgique
Belgique

02 Bruxelles
Bruxelles

05_liège
Liège

03_BW
Brabant Wallon

06_Namur
Namur

04_Hainaut
Hainaut

08_BF
Brabant Flamand

09_Anvers
Anvers

10_Limbourg
Limbourg

11_Flandre ori
Flandre orientale

12_Flandre occ
Flandre occidentale

07_Lux
Luxembourg

Cette entrée a été publiée dans Non classé. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.