Fukushima, cinq après

Sur 470.000 déplacés par le tsunami du 11 mars 2011, 182.000 personnes vivent toujours hors de chez elles. Parmi elles, 100.000 proviennent de la région de Fukushima.

Ces déplacés avaient été chassés par la contamination due à l’accident nucléaire. Depuis le drame, 75% des terres dévastées par le tsunami mais potentiellement cultivables ont recouvré leur usage, la production industrielle s’est relevée mais le tourisme a lui chuté de 35% dans les préfectures touchées.

La région est désormais découpée en fonction du niveau de radiation: sept localités restent en tout ou partie interdites et inhabitables, sept autorisent la décontamination diurne mais pas le séjour, onze acceptent le retour bref. L’interdiction d’habitat durable est levée dans seulement 3 communes de la zone initialement interdite en 2011.

Aperçu de l’évolution du paysage, cinq ans après Fukushima.

[beforeafter]
Philippines TyphoonPhilippines Typhoon
[/beforeafter]

Voici ci-dessus la ville de Natori le 11 mars 2011, puis le 18 février 2016.

[beforeafter]
Philippines TyphoonPhilippines Typhoon
[/beforeafter]

Rikuzentakata est devenu un symbole du Japon dévasté. La ville côtière a été submergées par des vagues de 13 mètres de haut lors du Tsunami. 1.700 personnes y ont perdu la vie.

[beforeafter]
Philippines TyphoonPhilippines Typhoon
[/beforeafter]

Dans la ville de Naraha, des déchets nucléaires sont provisoirement stockés. Voici les lieux en février 2012 puis en février 2016.

[beforeafter]
Philippines TyphoonPhilippines Typhoon
[/beforeafter]

La ville de Higashimatsushima au lendemain du tsunami puis ce 3 mars 2016.

[beforeafter]
Philippines TyphoonPhilippines Typhoon
[/beforeafter]

[beforeafter]
Philippines TyphoonPhilippines Typhoon
[/beforeafter]

[beforeafter]
Philippines TyphoonPhilippines Typhoon
[/beforeafter]

[beforeafter]
Philippines TyphoonPhilippines Typhoon
[/beforeafter]

La ville d’Iwaki photographiée en avril 2011 puis le 14 février 2016.

Cette entrée a été publiée dans Non classé. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.