Ecolo vise six élus à Wavre

PHOTO RENE BRENY

Politique. Les six principaux candidats ont été présentés.

Six candidats pour les six postes d’élus qu’Écolo vise, soit deux de plus. « C’est jouable », estime Arnaud Demez, qui va mener pour la 2e fois les Verts à Wavre et qui a obtenu une dérogation pour prendre part à son 4e scrutin.

Un comité de liste a été mis en place en septembre, qui a proposé les six premiers noms lors d’une l’assemblée générale fin décembre. Les autres seront ajoutés fin juin, tandis que le programme sera déposé en septembre, « pour éviter, comme les élections précédentes, qu’on ne vienne grappiller nos idées… »

Aux deuxième et troisième places, on retrouvera les conseillers actuels du CPAS, à savoir Véronique de Brouwer et Christophe Lejeune. Ils sont suivis par Sabine Toussaint, conseillère communale sortante, bien connue pour son action appuyée dans le conseil communal de la personne handicapée. François Ruelle, ancien candidat aux élections fédérales en 2010, sera le 5e candidat, tandis qu’à la 31e et dernière place, on retrouvera Véronique Michel-Mayaux, conseillère communale sortante.
« Green washing » libéral

Tous se disent heureux du changement de la mentalité opéré par le maïeur Charles Michel : « C’est devenu plus intéressant de faire de l’opposition car on sait qu’on est écoutés. Même si cela ne va pas assez vite… » Ce que Véronique de Brouwer traduit en « green washing » pratiqué par les libéraux, « avec des petites touches de vert ici et là. Mais cela ne représente même pas dix pour cent de nos dernières propositions en matière de développement durable ».

Le logement sera un des axes du programme. Il est vrai que la locale est frappée par le départ de la jeune Géraldine Martin vers Liège, vu les coûts des loyers dans la Jeune Province : « D’où aussi nos propositions pour revoir le lotissement du Champ Sainte-Anne, avec une dimension moins grande, des maisons plus proches des voiries actuelles et des dispositifs basse énergie ou passifs, afin de faire entrer Wavre dans le XXIe siècle. »

Et de prôner aussi l’établissement d’un schéma de structure : « La majorité actuelle fait de l’idéologie en estimant qu’un tel travail pourrait lui mettre des boulets aux pieds, alors qu’il servira au contraire de palmes pour aller plus vite dans le développement. »

Et de vouloir encore la participation des habitants : « C’est avec eux que nous pouvons construire une cité du Maca qui leur corresponde. Et non en imposant par exemple un réaménagement tout fait de la place de Limal… »
JEAN-PHILIPPE DE VOGELAERE

Cette entrée a été publiée dans Wavre, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>