Chaumont-Gistoux : la liste ARC repart au combat

MR, PS et indépendants ensemble

Compétence, disponibilité et solidarité sont priviliégées par Luc Delcorte pour figurer sur la liste ARC. © René Breny

C’est la question que l’on se posait depuis les élections régionales de 2008 et le passage de Luc Decorte, jusque-là indépendant, dans le giron libéral : le MR de Chaumont-Gistoux allait-il absorber le bourgmestre ou la liste ARC (pour Avenir et Renouveau communal) allait-elle attirer à elle les réformateurs ? Pour les prochaines élections communales d’octobre, Luc Decorte a préféré cette deuxième option et conforter ainsi l’alliance avec les socialistes menés par Natacha Verstraeten, la présidente du Centre public d’action sociale, tout en s’ouvrant encore aux indépendants. Après « ARC, on change », le slogan de la liste sera « ARC, on continue. »

« Sans faire de l’autosatisfaction, la recette donne bien, et le bilan est bon, souligne le bourgmestre, candidat à un deuxième mandat. Nous avons pu faire la preuve que, même venant d’horizons politiques différents, des gens intelligents peuvent mener une politique concluante pour la population. »

Trois points satisfont pleinement Luc Decorte. D’abord, la dette communale. On sait qu’il s’agit là de son combat depuis qu’au sein de l’ancienne liste Autrement, il s’était opposé à l’ancien bourgmestre libéral André Demoulin pour la nomination du nouveau receveur communal. Le candidat choisi alors n’était autre que l’ancien receveur régional qui avait laissé des trous dans les caisses. Il a depuis été condamné à deux ans de prison ferme pour le premier des cinq chefs d’accusation.

« Deux millions et demi d’euros tout de même ! soupire-t-il encore. La Région nous a autorisés à repartir avec une comptabilité remise à zéro, mais le déficit était là. Nous avons malheureusement dû augmenter l’impôt des personnes physiques de 7,5 à 8 % et les additionnels au précompte immobilier de 1.800 à 2.200 centimes. Depuis, nous avons, ce qui n’était plus arrivé depuis 23 ans, proposé chaque année des budgets en léger boni. Quant au remboursement de la dette, qui représentait 23 % du budget, il n’est plus que de 18 %. Nous avons dû serrer la ceinture sur tout. Ce qui fait aussi d’ailleurs qu’on a moins souffert de la crise. »

Deuxième point de satisfaction, à mettre à l’actif de Natacha Verstraeten : les milieux d’accueil de l’enfance. Le taux de couverture est passé de 18 à 34 %. Et Luc Decorte de sourire : « Je dois même faire attention à mon bureau, car elle pourrait y ouvrir une crèche ! »

Enfin, Chaumont-Gistoux peut se satisfaire de son réseau scolaire qui accueille presque autant d’enfants qu’à Wavre : « 20 % de notre budget, un million d’euros, contre 10 à 12 % pour les communes de même importance. »

Onze départs, six arrivées

Reste la liste, pour laquelle il manque cinq noms. Ne se représenteront plus, parce qu’ils ont d’autres préoccupations ou parce qu’ils ont quitté la commune : l’échevin Philippe Mignon (qui soutient le collège jusqu’à la fin de son mandat), Walda Richir, Guillaume Van Der Verren, Charles Waucquez, Caroline de Villenfagne, Stéphanie Dreze, Jan Debock, Roger Verlinden, Audrez Vetrin, Chama El Berichi et Kathleen De Lange-Machelart.

Parmi les nouveaux, on notera la présence de deux libéraux – Bérengère Aubecq et David Frits, dit « baron » –, des indépendants Patrick Lambert, Pierre-Yves Docquier (le fils de l’ancien bourgmestre CDH), Françoise Dutron, active à Dion, et Jean-Paul de Villenfagne (ex-Vivre à Chaumont-Gistoux, qui remplace ainsi son épouse Caroline).

Tous les autres ARC restent donc, à commencer par le libéral Luc Decorte, les socialistes Natacha Verstraeten, Jacques Bredael (ancien présentateur du JT à la RTBF), Serge Denis, Daniel Moreau, Anne Merckx-Hoornaert, Jean-Paul Gérard et sans doute Marie-Pierre Colonius-Chapelle, ainsi que les indépendants Pierre Landrain et Fabienne van der Straten Waillet-Velge (ex-Vivre à Chaumont-Gistoux).

Les cinq derniers noms seront approuvés par le comité restreint composé de Luc Decorte, Natacha Verstraeten, Philippe Mignon et Pierre Landrain : « Compétence, disponibilité, solidarité, avant notoriété, seront privilégiés. » Le CDH avait été approché, mais il a préféré lancer une autre liste plurielle où l’on retrouvera Philippe Barras, le patron des domaines de l’UCL. Quant à l’alliance actuelle entre ARC et Écolo, ce sera aux électeurs de trancher.

JEAN-PHILIPPE DE VOGELAERE
Cette entrée a été publiée dans Chaumont-Gistoux, Région wallonne, toutes les communes. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>