Amay : Collignon brigue le mayorat pour le PS

L’ex-mayeur compte mener la liste PS aux communales

À 69 ans, Robert Collignon signe son retour dans la vie politique. © Michel Tonneau

L’idée lui trottait dans la tête depuis des mois. Deux ans, peut-être. Depuis que des citoyens l’interpellaient sur son possible retour à la tête de la commune. Il pesait le pour, le contre. Mercredi matin, au pied du lit, alors que la presse était convoquée dans son bureau à 11 heures, Robert Collignon, ex-ministre président de la Région wallonne et ancien bourgmestre d’Amay, a pris sa décision : oui, il sera candidat. Oui, il briguera un nouveau mandat de mayeur à Amay.

En 2006, il ne voulait pourtant plus en entendre parler. Il n’était alors pas candidat mais se sentait visé par des attaques politiques, son bureau d’avocats avait été vandalisé, la campagne menée par son fils Christophe, à qui il comptait transmettre l’écharpe mayorale, avait été malsaine, rapporte-t-il.

Avec 11 élus, Écolo avait remporté les élections d’un cheveu, l’unique conseiller MR ayant fait pencher la balance et envoyé les 11 socialistes dans l’opposition.

« Cette campagne est un moment que je ne veux pas revivre, indique-t-il. Cela a entraîné pour moi un désintérêt de la politique communale. » Mais au fil du temps et des rencontres avec ses concitoyens, il y a repris goût.

« J’avais le sentiment d’avoir aimé les Amaytois plus qu’ils m’avaient aimé. Et puis je me suis rendu compte que même des années après mon départ, je représentais toujours quelque chose pour eux. Tous les jours, depuis un an, ils me disent qu’ils ont besoin de moi. » Surtout depuis que son fils, Christophe, a déménagé à Huy pour y renforcer le PS, fragilisé par les affaires Lizin.

Mercredi, à 69 ans, il a fait savoir à l’Union socialiste communale d’Amay qu’il était candidat. « Ce sera César ou rien. Je veux être tête de liste. Le PS d’Amay compte des membres très compétents, je verrai cela avec eux. Cela va peut-être faire grincer des dents… Mais les citoyens ne comprendraient pas que je sois à une autre place. Et puis, ne nous leurrons pas : qui fera le plus de voix ? »

Robert Collignon voit son expérience comme l’atout qui renverra peut-être le PS dans la majorité.

Son objectif ? « Rendre à la commune plus d’ambition. Cette législature s’achève sans projet déterminant. La commune est maintenant en deçà de ce qu’elle était. Ce que je reproche à la majorité, c’est une certaine médiocrité. Aujourd’hui, les citoyens sont divisés, ce n’était pas le système que nous avions connu. Certes, il y a parfois eu de bonnes décisions, pas souvent, mais je suis là pour apporter un élan nouveau. Paradoxalement ! »

Interrogé sur son rival, l’actuel bourgmestre Jean-Michel Javaux (2.900 voix de préférence en 2006), il sourit : « Quoi, il y a un adversaire ? Je ne suis pas là dans un esprit de revanche… »

Quoi qu’il en soit, durant la campagne, les Collignon risquent d’être partout : outre le père qui se présente à Amay et le fils qui tentera sa chance à Huy, la fille, Christine est bourgmestre à Villers-le-Bouillet et compte bien le rester.

Face à Javaux

Du côté d’Écolo, Jean-Michel Javaux prend acte du retour de Robert Collignon, mais il n’a pas grand-chose à en dire. « Je ne juge pas la stratégie politique du PS, justifie-t-il. Cela dit, cela renforce notre motivation et notre volonté de défendre notre bilan des 6 dernières années. Nous n’avons pas fait de dépenses de folie, la commune est en bien meilleure santé financière qu’en 2006. »

Le coprésident d’Écolo sortant se dit tout de même surpris : « Je pensais que s’il revenait, il pousserait la liste. Mais il semblerait qu’il ait envie de venir au duel. Je suis prêt et disponible ! J’espère que la campagne sera respectueuse et que l’accent sera mis sur le débat d’idées et de projets, et pas sur les personnes. » Jean-Michel Javaux rend hommage aux actuels conseillers socialistes. « Ils font du bon travail et ont des propositions constructives. Nous n’avons pas la volonté de diviser. Je suis le bourgmestre de tous les Amaytois, pas seulement de ceux qui ont voté Écolo. »

Mayeur en 1987

Robert Collignon, (69 ans), avocat, a été élu bourgmestre d’Amay en 1987 à 1994. Il est alors devenu ministre-président de la Région wallonne jusqu’en 1999, puis président du Parlement wallon en 2000. En 2004, il est revenu à Amay en tant que bourgmestre, fonction qu’il a occupée jusqu’en octobre 2006. Il avait prévu de passer le relais à son fils Christophe mais c’est l’Écolo Javaux qui a gagné les élections.

Robert Collignon se présentera aux prochaines élections, et compte aller au bout de son mandat.

ANNE-CATHERINE DE BAST
Cette entrée a été publiée dans Amay, Région wallonne, toutes les communes. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>