Courcelles : la fin d’une génération au PS

Trois élus socialistes ne se représenteront pas.

Le bourgmestre PS Axel Soeur. © D.R.

Les militants socialistes courcellois auront beau chercher. Le 14 octobre 2012, au moment de voter pour leurs favoris, ils ne trouveront pas dans la liste socialiste le nom de Pol Queriat. Depuis la fusion des communes, intervenue pour rappel en 1976, l’ancien échevin n’a jamais manqué une élection communale.

Il s’apprête pourtant à tirer sa révérence politique comme Roland Lemoine et Christian Hansenne, deux autres « camarades » courcellois eux aussi rattrapés par l’âge et un certain discrédit dans la vie politique de Courcelles.

Ces trois figures du socialisme local incarnaient, jusqu’à l’irritation suscitée même dans leur propre camp, une certaine forme de « vieux PS ». Au cours de la mandature actuelle, le fantôme de Pol Queriat, échevin des Finances entre 2000 et 2006 a régulièrement flotté au-dessus des débats budgétaires.

L’homme était en effet accusé d’avoir mal utilisé par le passé des parts d’argent communal. La justice s’est à un moment donné intéressée à certains dossiers dans lesquels son nom était cité mais n’a jamais jugé nécessaire de condamner ou même d’inculper.

Pol Queriat a quant à lui toujours fermement démenti. Le PS avait tranché la question à sa façon en rétrogradant après le scrutin de 2006 le principal intéressé simple conseiller communal.

« Gestionnaires d’un autre temps »

Christian Hansenne et Roland Lemoine sont pour l’heure toujours échevins mais ils ont eux aussi annoncé leur intention de ne plus se représenter en octobre prochain.

Au cours de la mandature, l’opposition les a à plusieurs reprises dépeints en gestionnaires d’un autre temps, incapables d’épouser les principes de bonne gouvernance.

« Voici quelques années, les priorités étaient autres, affirme Pol Queriat. Jamais nous n’aurions laissé les routes ou les écoles se délabrer. Nous n’étions pas aussi transparents il est vrai. Mais nous estimions qu’en étant élus, nous n’avions pas constamment des comptes à rendre. À vouloir trop de transparence ou trop de participations des autres partis, on finit par paralyser l’action politique. »

Le bourgmestre actuel, Axel Sœur (PS) s’est vu reprocher ces pesanteurs. S’il est remis en selle après octobre 2012, il devra prouver au sein d’un attelage délesté de ces anciens poids lourds qu’efficacité politique et gestion rigoureuse peuvent se conjuguer.

MATHIEU COLINET
Cette entrée a été publiée dans Courcelles, Région wallonne, toutes les communes. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>