Arlon : Vincent Magnus mènera la liste CDH

Le scrutin interne laissera des traces au CDH

Vincent Magnus, le candidat bourgmestre du CDH. © F. Humblet

Les urnes ont parlé une première fois à Arlon : Vincent Magnus sera la tête de liste et candidat bourgmestre du CDH pour le scrutin communal. Une candidature qui, eu égard au poids politique actuel du CDH dans le chef-lieu, pourrait bien devenir réalité.

Ça, c’est pour la théorie. Parce qu’en pratique, l’homme va devoir convaincre. Et avant tout, s’atteler à cicatriser les blessures causées au parti par ce scrutin interne. Si Vincent Magnus peut se targuer d’un vote sans appel – il a obtenu 60 % des voix du comité local –, le même vote laisse deux candidats amers, dépités, sur le bord du chemin : André Balon, échevin depuis 12 ans, qui revendiquait la succession du mayeur Raymond Biren, et Anne-Catherine Goffinet, échevine également et députée wallonne.

Lundi soir, l’échevin Balon avait sorti un lapin de sa poche : après avoir, comme les deux autres candidats, brillamment défendu son bilan et exposé son projet pour la Ville, il a retiré sa candidature et annoncé un ticket avec Anne-Catherine Goffinet. Le scrutin consacre donc un gagnant et un ticket de déçus.

De quoi hypothéquer le leadership du CDH et/ou la liste pour le 12 octobre ? « Nous avons toujours dit que quelle que soit l’issue du vote, nous serons tous derrière la tête de liste », dit Didier Laforge, président du CDH local. « L’ambiance était excellente entre nous. Je n’ai pas passé un seul coup de fil pour faire du lobbying. Je ne perds pas espoir de voir tout le monde réuni sur la liste », renchérit Vincent Magnus. « Nous n’avons pas l’habitude des scrutins internes. Il est légitime que les gens moins bien classés éprouvent une déception. Je n’ai pas failli à mon devoir de loyauté vis-à-vis des candidats. Je pense qu’ils seront tous sur la liste », veut rassurer le mayeur.

Magnus et son programme

Courtier en assurance, Vincent Magnus est aussi président de la Chambre de commerce. Il prendra, assure-t-il, des mesures pour se rendre disponible. Il construit son programme autour de quatre axes. D’abord rendre à Arlon son aura de chef-lieu au niveau politique, culturel et administratif. Ensuite, agir pour dire aux « malfrats qu’ils ne sont pas les bienvenus. » Également, créer de nouveaux parcs d’activités car il est « inadmissible qu’une PME qui veut s’installer doit aller voir ailleurs. » Enfin, il veut une ville où la responsabilité sociétale et la dimension environnementale ne sont pas usurpées.

Balon : « Un lâchage-lynchage »

analyse

Le choix de la locale CDH laissera de grosses traces en interne, c’est évident. Et ce qui aurait pu couler de source est devenu un épais brouillard depuis une bonne – année. L’attentisme de la locale et du maïeur Raymond Biren en est la base. À force de ne pas prendre de décision en préparant le terrain des communales 2012, le brouillard s’est transformé en tempête.

Quand on demandait aux élus CDH si des choix s’opéraient, la réponse était toujours la même : « Il n’y a pas le feu. Voici 6 ans, la liste a été présentée en juin, peu avant les élections. Alors, patience ! ». Le problème, c’est que le feu couvait, un feu dangereux. Il a fallu que nous dévoilions en primeur, le 3 décembre, le choix du bourgmestre de mettre fin à sa carrière politique locale, pour que ce qui se tramait sous cape se révèle peu à peu. Vincent Magnus avait de grosses ambitions, inattendues pour les membres du collège, mais pas illégitimes en démocratie. « Cet arrivisme » a choqué en interne.

Suite à nos révélations sur la non-candidature du maïeur, le CDH a décrété une trêve d’un bon mois pour choisir la tête de liste. Puis un nouveau mois, jusqu’à ce 5 mars. Mais en interne, l’ambiance s’est dégradée. André Balon, qui semblait désigné candidat à la succession du maïeur, s’est senti lâché. Lors du dernier conseil communal, il était d’ailleurs absent. Il avait eu une vive discussion avec Raymond Biren, dans l’après-midi. Ce mardi, André Balon n’a voulu faire aucun commentaire, si ce n’est qu’il ne comprend pas ce « lâchage-lynchage ». Il dit réfléchir à son avenir. Car c’est une baffe sans nom pour celui qui est au fer et au moulin depuis des années, là où on ramasse le plus de critiques.

Une baffe aussi pour Anne-Catherine Goffinet, par ailleurs députée wallonne, qui dit réfléchir à son engagement politique mais doit se poser de vraies questions sur son ancrage local. Elle commente, amère : « On nous a pris pour des imbéciles, juste bons à travailler pour préparer le terrain à d’autres. J’ai donné le meilleur de moi, mais je constate qu’aujourd’hui encore, on prend les femmes pour des potiches en politique. Le 8 mars, j’irai distribuer des trousses de couture aux membres du CDH » ! Qui compose le comité local ? Les membres CDH du conseil, les candidats des dernières élections et des cooptés. « J’ai compris quand je suis entrée dans la salle que cela ne servait à rien de présenter mon projet, car il y avait là des gens que je n’avais plus vus depuis très longtemps. C’est une semi-démocratie. Mais il y a enfin eu débat d’idées, ce qui devrait être notre quotidien. Même si personne n’a parlé de notre bilan ! »

JEAN-LUC, BODEUX; ERIC,BURGRAFF
Cette entrée a été publiée dans Arlon, Région wallonne, toutes les communes. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Arlon : Vincent Magnus mènera la liste CDH

  1. Citoyen attentif dit :

    Lettre à monsieur Balon,

    Merci pour ces nombreuses années de sacrifices, pour cette énergie dépensée pour votre grande “Arlon”, pour ces heures passées sur tous les terrains dans le vent et le froid, pour cette mémoire que je vous sais excellente et fidèle, pour tant et tant d’argent que vous avez ramené, seul, à force de subsides pour nous enfants, nos écoles, pour ce rapport humain, humaniste que vous avez et aurez encore, en résumé pour vous et votre travail. Il en est pour qui les actes compte plus que la parole, c’est une question d’éducation…
    Il est dommage et dommageable qu’un jeu politique jette sur le paysage d’Arlon une ombre telle que nous la connaissons ces dernier temps pour ne pas dire années. Du sang neuf certe, mais guidée par des mains expertes c’est mieux. Cela s’appelle une transmission de savoir, d’expérience. Le renouveau c’est bien mais préparé c’est mieux.
    A vaincre sans péril on triomphe sans gloire… C’est le cas pour ce vainqueur et sa victoire pré-digérée qui, nous sommes nombreux à le penser, risque de laisser une ‘attilesque’ trace faute d’une réelle et citoyenne motivation due, d’évidence, à sa boulimie d’arrivisme et de pouvoir. Un carrièriste au pouvoir nous savons tous ce que cela donne…
    Le monde est en marche, avec son lot de jours sans gloire et votre si vilaine éviction , Monsieur Balon, en sera un majeur, dressé tristement face à l’histoire des constructeur dont vous faisiez, hier encore, l’éloge.
    Qu’on se le dise au fond des ports, les copains ne sont plus à bord, les fluctua nec mergitur s’est devenu d’là littérature, et cela plait au jeteur de sort…
    Lorsque l’on monte un escalier, il faut dire bonjour au gens qui le descendent car tôt ou tard, on le redescendra à son tour… Rapide à la montée, rapide à la descente …c’est toute la différence.
    Le nouveaux césar mis en place doit se méfier, brutus un jour, brutus toujours… . Ce méli mélo de toursiveux et d’infidèles ont ternis le code d’honneur, nous ne sommes plus au centre du droit humain mais dans sa banlieue lointaine.
    Adieu monsieur le professeur, dommage qu’on vous ait pris vos armes dès avant le duel, nous vous savons combattif, blessé mais pas fini, courageux mais pas téméraire, mais surtout très patient. Assis le long de fleuve, je vous devine presque amusé à l’idée de la surprise que vous attendez, de ce pari que vous prennez avec vous même et avec cette ville tant aimée.
    J’espère que vous resterez joueur et stratège, cette longueur que vous avez souvent eue d’avance est là et restera comme à votre image: solide.et ancrée. Dommage qu’ avant longtemps votre expérience manquera à cette troupe sans uniforme, puisque l’officier ne s’est pas battu sur un vrai champ pour mériter ses galons, mais à la seul prairie des ruminants sages et dociles.
    Pour terminer je citerai un homme d’honneur qui écrivait il n’y pas longtemps: Citoyen, Indignez vous…

    Un citoyen attentif.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>