Waremme : Guy Coëme arrête la politique

Le bourgmestre de Waremme a écrit une lettre aux habitants de sa commune pour annoncer qu’ils ne se représenteraient pas

Guy Coëme, bientôt 66 ans, applique à lui-même les statuts qu'il aait fait voter quand il était le vice-président du PS. © Belga

Sept mille six cents Waremmiens et Waremmiennes ont reçu une lettre un peu spéciale ce mercredi matin. Une missive personnelle de leur bourgmestre Guy Coëme. Celui-ci leur annonce, en primeur, son retrait de la vie politique locale. À bientôt 66 ans, le mayeur ne se présentera pas aux prochaines élections communales.

Pourquoi avoir tu si longtemps votre retrait politique ?

J’ai préféré rester discret. C’est vrai que j’y pense depuis pas mal d’années. D’ailleurs, quand j’ai été élu bourgmestre en 2006, je savais que ce serait mon dernier mandat.

Une décision guidée par votre âge ?

J’aurai 66 ans en août prochain. J’ai toujours annoncé que je quitterai mes fonctions à l’âge de 65 ans. C’est même moi qui, en tant que vice-président du PS à l’époque, ai fait voter des statuts selon lesquels un mandataire se retire quand il atteint l’âge de 65 ans, sauf dérogation. Ce principe, il est normal que je l’applique à moi-même.

Les instances du PS ne vous auraient-elles pas poussé vers la sortie ?

Non, pas du tout, c’est ma décision propre. Qui surprend beaucoup de monde, je l’admets. Y compris mes amis proches. À mon âge, il y a deux façons d’agir : soit on se croit indispensable, on fait le vide autour de soi et on finit par ne plus pouvoir décrocher, soit on prépare sa sortie en formant des jeunes à qui l’on peut passer le flambeau, une fois ses objectifs atteints. C’est cette deuxième solution que j’aie choisie.

Vous avez annoncé la nouvelle aux Waremmiens, par courrier. Ils sont donc les premiers au courant…

C’était normal qu’ils le sachent avant que le PS de Waremme ne présente officiellement sa liste. J’aurais pu le faire plus tôt, mais cela aurait faussé l’opinion que les concitoyens ont de mon travail. Vous savez, la politique, c’est une vie de relations, de pouvoir. À partir du jour où vous annoncez votre retrait, vous n’êtes plus pleinement bourgmestre dans la tête des gens.

Qu’allez-vous faire de votre temps libre désormais ?

Je n’ai jamais pensé à la pension et je compte bien rester actif ! Je suis toujours parlementaire et je le resterai jusqu’à la fin de mon mandat. Et puis, je vais reprendre des études en histoire à l’université, surtout concernant la Renaissance. Je compte aussi reprendre des cours de langue, de yoga, m’entraîner au golf et s’il me reste du temps, cuisiner auprès d’un chef.

ANNICK GOVAERS

Cette entrée a été publiée dans Région wallonne, toutes les communes, Waremme. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>