Schaerbeek : Le PS va les mains libres aux élections

Le président de la section PS, Yves Goldstein, critique le bilan Clerfayt mais n’exclut personne

Yves Goldstein (PS) s'étonne de l'annonce de l'alliance LB-Ecolo-CDH. © Sylvain Piraux

Le président de la section PS de Schaerbeek (opposition), Yves Goldstein, réagit à l’officialisation de l’alliance entre la liste du bourgmestre Clerfayt, Écolo et le CDH.

Quelle est votre lecture de l’officialisation de cette alliance ?

Cet accord ne repose que sur une future distribution de postes, pas sur une convergence de programmes. Entre 1994 et 2006, en présence du PS d’ailleurs, le renouveau de la commune a eu lieu après l’ère Nols. Ici, Schaerbeek vient de perdre 6 ans. En matière de mobilité, en matière scolaire… Ça craque de partout. Il y a des défis majeurs à relever, notamment en raison du boom démographique. En six ans, on est passé de 110.000 à 130.000 habitants. Or on a un des plus bas taux de couverture de crèche de la Région : seul un enfant sur cinq a une place à Schaerbeek. Quels grands projets audacieux ont été menés en six ans ? Les chevaux qui ramassent les poubelles autour du parc Josaphat ? Les 18 boxes à vélos couverts dont les deux tiers ne sont pas utilisés parce que les gens ont peur de se les faire voler ? Non, on pense au parc Josaphat et au Crossing, deux dossiers Beliris (NDLR : l’accord de coopération économique Fédéral-Région). La commune n’a même pas répondu à l’appel d’offres régional pour l’ouverture de places dans les écoles, sauf pour une école catholique. Il n’y a pas eu davantage de réponse pour le plan crèche ou le plan logement. On ne peut plus gérer la commune comme un village gaulois. Elle est repliée sur elle-même. Mais alors, que la majorité assume son bilan et nous explique pourquoi les 25 millions de boni

cumulé ne sont plus là. La majorité avait annoncé qu’on allait se réunir au-delà des clivages majorité-opposition sur les grands dossiers. On l’a fait. Une fois : pour le musée du tram…

Le PS n’est pas opposé à une coalition avec un ou plusieurs des partenaires de l’alliance ?

Nous irons les mains libres et l’électeur décidera du projet qu’il veut pour sa commune. Si nous sommes en position de force, on discutera avec tout le monde. Qui veut du métro à Schaerbeek ? Est-on d’accord pour arrêter cet acharnement anti-voiture qui a consisté à enlever 1.000 places de parkings en six ans ? Se décide-t-on à construire, enfin, du logement public à Schaerbeek ? Arrête-t-on cette folie des bâtiments publics en passif absolu ? Cela coûte des millions pour des résultats qu’on obtiendrait si on faisait de la basse énergie.

Le fait de vous retrouver « exclus » avec le MR ne vous lie pas aux libéraux ?

Nous ne sommes liés avec personne ! Même si trois états-majors locaux ont envie de confisquer l’élection. Le PS était passé de 5 à 13 sièges. Nous sommes aujourd’hui 14 puisque nous avons été rejoints par un CDH. Si notre progression se confirme, je ne vois pas comment on pourrait encore être absents d’une majorité.

Avez-vous l’impression que le PS fait peur ? Il détient les commandes à la Région, devrait rempiler à la Ville. Le voir au pouvoir dans la deuxième plus grosse commune bruxelloise inquiète.

Ce n’est pas le besoin et l’intérêt des Schaerbeekois qui préside au choix de cette alliance. Le bourgmestre joue sur la « peur » de l’électeur de voir Schaerbeek ressembler à Molenbeek ou Forest, comme il l’a écrit dans son tract. Je refuse catégoriquement cette caricature. Les villes qui se développent le mieux en Wallonie (Liège, Mons…) sont dirigées par des socialistes. Pareil pour Bruxelles. Dire que le PS est un parti du repli identitaire est caricatural. Il y a un parti qui a un président de mosquée conseiller communal à Schaerbeek, c’est le FDF, pas le PS. Et celui qui a une élue voilée, c’est le CDH, pas le PS.

Comment expliquez-vous que le CDH, qui était dans l’opposition avec vous, annonce son soutien à la liste du bourgmestre ?

Et après avoir critiqué depuis 18 ans tout ce que fait la majorité ! Le CDH est là pour les postes éventuels. Il n’a pas l’once d’un programme. Je n’ai pas d’autre explication. Denis Grimberghs est le meilleur des 47 conseillers communaux. C’est celui qui connaît le mieux les dossiers.

Le PS a critiqué Bernard Clerfayt qui a été bourgmestre empêché pendant 4 ans, mais…

On n’a pas critiqué ! On a juste relevé qu’il avait annoncé vouloir, au contraire de Laurette, être un bourgmestre à temps plein.

… mais le risque n’est pas d’avoir un bourgmestre PS empêché ?

On n’a pas encore parlé de mayorat. Les postes, je m’en fous. Le mayorat et le nombre d’échevins n’ont pas d’importance. Ce qui compte, c’est d’obtenir une convergence entre les différents programmes pour mener à bien un projet pour Schaerbeek. On est dans la logique inverse des trois.

Le conflit Durant-Onkelinx peut s’aplanir ?

Je n’ai aucune rancune. Ce qui m’intéresse, c’est ce que la politique d’Ecolo a apporté à Schaerbeek. Mais après six ans, j’ai compris que nous convergions moins que ce que nous pensions avec Ecolo.

Fabrice VOOGT
Cette entrée a été publiée dans Région de Bruxelles-Capitale, Schaerbeek, toutes les communes. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>