Charleroi : La liste MR proposée par Olivier Chastel

Pour la première fois, la famille libérale se présentera sans Etienne Knoops

La liste MR de Charleroi : Olivier Chastel et puis les autres... © Thierry Du Bois

Cette fois, les choses sérieuses commencent. Mercredi, le MR a dévoilé sa liste complète pour le scrutin communal d’octobre. La première famille politique carolo à franchir le pas.

D’abord, quelques chiffres en guise d’apéritif : parmi les 51 noms réunis par le Mouvement réformateur, on recense 26 nouveaux candidats. En vertu de la règle de parité, l’attelage bleu compte 25 femmes et 26 hommes. Les ingrédients du cocktail concocté par Olivier Chastel : un zeste de changement (26 nouveaux candidats), un surcroît de jeunesse (17 jeunes de moins de 35 ans, dont 6 de moins de 25 ans) et de la continuité (10 des 14 candidats sortants sont reconduits). Parmi les quatre absents, Alain Eyenga, lequel a quitté le parti, et Etienne Knoops qui, à 78 ans, prendra une retraite politique bien méritée, à défaut d’être totalement désirée.

Aux avant-postes, point de surprise. Olivier Chastel, tel le « petit cheval » de Paul Fort, est devant. Et derrière, on retrouve d’abord l’équipe sortante : Ornella Cencig, Philippe Sonnet et Fabienne Devilers. Cyprien Devilers, échevin depuis peu, apparaît en 5e place, ce qui est une demi-surprise : on aurait pu l’attendre en 3e position, pour défendre le travail du tandem scabinal réformateur. Suit Jean-Pierre Deprez. En bout de liste, Raymond Voisin et Jean-Claude Finet, élus sortants, clôturent la marche.

Côté professions, le MR a puisé dans son vivier naturel : commerçants, professions libérales, étudiants et… délégués syndicaux CGSLB. Cette équipe déclinera le programme libéral selon neuf axes : attractivité, sécurité, solidarité, culture, sport, enseignement, développement durable, commerce et activité économique, cohésion sociale.

Le MR, deuxième force politique de Charleroi (14 sièges) et membre de l’actuelle tripartite communale (avec le PS et le CDH), aura fort à faire pour rééditer son score de 2006 : avec 24,64 %, il avait gagné 8,5 % et 6 sièges. Mais à l’époque, un certain Olivier Chastel (17.025 voix), habillé par les médias en chevalier blanc, venait de faire éclater le scandale de la Carolorégienne. Une autre époque.

Pascal LORENT
Cette entrée a été publiée dans Charleroi, Région wallonne, toutes les communes. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>