Jette : les « Libéraux » s’allieront avec le PS

 Les conseillers exclus du MR, Jean Werrie et Charles Henri  Dallemagne, lancent leur liste

Le conseiller communal Charles Henri Dallemagne, exclu du MR, emmènera la liste « Les Libéraux ». © Dominique Duchesnes

Avant même les résultats des élections d’octobre prochain, le paysage politique jettois est le théâtre de profondes mutations. « Des mouvements qui pourraient s’intensifier au sortir des urnes… », prédit le conseiller communal Charles Henri Dallemagne, évoquant un scénario de fuites des troupes de l’actuel bourgmestre Hervé Doyen (CDH) qui tire la LB.

Récemment et définitivement exclu du MR, partageant le sort de l’ancien chef de file jettois du mouvement réformateur Jean Werrie, Dallemagne annonce qu’il mènera leur nouvelle liste, étiquetée « Les Libéraux ».

Alors que le MR tentera sa chance, en espérant rester dans la majorité ralliée en cours de législature suite à l’éviction du PS, avec une équipe « jeune et motivée », comme l’a plaidé la présidente du MR bruxellois Françoise Bertieaux, Les Libéraux présenteront, de leur côté, près d’une trentaine de candidats, issus du milieu politique comme de la société civile. « Nous avons d’ores et déjà plus de femmes que d’hommes. La moitié des candidats sont des anciens du MR, qui nous ont suivis. La liste n’est pas encore arrêtée, nous la présenterons officiellement en juin. Fabienne Kwiat, présente sur les listes MR en 2009 pour les régionales et en 2010 comme suppléante au Sénat, sera deuxième. »

Jean Werrie, quant à lui, sera a priori 3e sur la liste. Lorsqu’il tirait la liste sous le sigle du MR en 2006, il capitalisait près de 700 voix.

À l’automne 2012, le conseil jettois comptera toujours 35 sièges, la commune n’ayant pas dépassé les 50.000 habitants. Comment les six sièges obtenus à l’époque par les bleus se repartiront-ils, entre nouveaux MR et anciens libéraux ? La majorité devra donc réunir un minimum de 18 sièges, la liste du bourgmestre (CDH – CD&V – indépendants) et le PS étant les deux principales forces en présence. Au dernier scrutin, la LB remportait 13 sièges, contre 7 pour le PS. Mais ce dernier, sorti de la majorité en cours de législature (fin 2009) suite aux querelles opposant Hervé Doyen (CDH) à Merry Hermanus (PS), a lancé une campagne « contre Hervé Doyen ». Une lutte emmenée par la tête de liste Mireille Franck-Hermanus, candidate bourgmestre. L’écart de 2006 pourrait donc bien se réduire, six ans plus tard.

Et, dans ce duel, Les Libéraux ont choisi leur camp, celui des socialistes, la nouvelle section MR tablant sur la pérennisation de son alliance avec la majorité, promise par Hervé Doyen. Le nouveau parti porté par Charles Henri Dallemagne et Jean Werrie a donc un accord avec le PS. « Nous avons un accord sur les choses fondamentales, certains points sont clairement stipulés. À titre d’exemple, du point de vue du programme, nous nous accordons sur des projets et priorités tels que la diminution du précompte immobilier, un des plus élevés à Bruxelles ; le soutien aux commerces et à l’emploi ; le redressement des finances communales… » Les négociations avec le PS ont eu lieu au sein de l’alliance « Horizon 2012 », née en 2010, comptant également le SP.A et des indépendants. « Cela veut dire que le 14 au soir, une fois les résultats connus, nous discuterons, aux côtés du PS, avec les éventuels futurs partenaires », assure Dallemagne, candidat bourgmestre.

Marie DE SCHRIJVER
Cette entrée a été publiée dans Jette, Région de Bruxelles-Capitale, toutes les communes. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>