Mons : L’échevin MR Bernard Beugnies ne se représente pas

L'échevin des Finances, Bernard Beugnies, ne veut pas figurer à la 9e place de la liste MR.

L’information qui suit marquera la campagne à Mons : l’échevin MR des Finances, Bernard Beugnies, ne se présentera pas aux élections du 14 octobre. Il n’accepte pas de figurer à la neuvième place sur la liste conduite par Georges-Louis Bouchez, figure montante du MR.

À 64 ans, Beugnies a évidemment l’essentiel de sa carrière politique derrière lui. Mais sur la scène montoise, il était aussi le « dernier des Mohicans libéraux » : il siège sans interruption au conseil communal depuis 1976, ce qui en fait le doyen des élus locaux. Ce professeur de sciences économiques a vu passer quantité de libéraux du cru (Lagneau, Croquet, Moerman, Jacquemin, Reul ou Miller). Il a résisté à de sacrées tempêtes internes. Et en 2010, il avait enfin obtenu cet échevinat des Finances auquel il rêvait.

À l’hôtel de ville, Beugnies pouvait enfin faire valoir sa science des chiffres, lui que le bourgmestre Abel Dubois, dans les années 80, renvoyait systématiquement à ses chères études d’un fielleux « Mon jeune ami » qui faisait rire toute l’assemblée.

Bernard Beugnies aura eu sa revanche, et c’est bien ainsi.

Quelle ambiance au MR !

Le citoyen d’Hyon, sorte de chien fou de la vie politique montoise, devrait conserver la tête de liste pour les provinciales.

Mais son forfait sur la scène politique strictement locale témoigne d’une ambiance délétère parmi les troupes libérales depuis la désignation comme tête de liste de Georges-Louis Bouchez qui cherche à imprimer sa marque, ses méthodes et ses choix, ce qui laisse pas mal de traces.

Avant Beugnies, la conseillère communale Catherine Hocquet avait renoncé à se présenter, après avoir été évincée de la première place. De son côté, Françoise Colinia, ex-échevine, a annoncé se consacrer à sa carrière professionnelle, ce qui prive le MR d’une autre figure notoire.

En 2006, Beugnies avait réalisé le septième score. Le MR se remettra de son départ qui marque cependant la fin d’une époque et d’un style.

Éric DEFFET
Cette entrée a été publiée dans Mons, Région wallonne, toutes les communes. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>