Arlon : le CDH reformé, pour gagner

Magnus, Goffinet, Balon : 1,2,3

Après des semaines de tension, Vincent Magnus préésente « un programme offensif ». © Frédéric Humblet

Reconsolidé, le CDH arlonais ? Réuni, en tout cas. Ce vendredi en fin d’après-midi, c’était l’heure de la remotivation, de la présentation de l’axe fort reconstitué.

Petit rappel : fin 2011, nous annoncions que le bourgmestre Raymond Biren ne se représenterait pas comme leader. Puis en mars, la commission locale désignait Vincent Magnus comme tête de liste. Anne-Catherine Goffinet et André Balon se sont sentis bafoués. Blocage. Sans eux, le CDH courait sans doute un risque. Il a donc fallu négocier pour que chacun y trouve son compte, car plusieurs points étaient jugés inacceptables par ces derniers. Vincent Magnus ne l’a pas caché : « Il y a eu des déceptions, des frustrations, des coups de gueule. Quoi de plus normal entre personnalités fortes animées du désir de servir notre commune. Il a fallu se revoir, se confronter, faire taire les malentendus, dans un climat d’honnêteté. Nous sommes tous différents et c’est notre force . Mais c’est en équipe que nous gagnerons ! »

Maintenant, le groupe va plancher, notamment lors d’une journée de mise au vert, sur un programme dont les grandes lignes ont été tracées – nous y reviendrons – tous azimuts, « programme qui doit être affiné en groupe et suite à nos rencontres avec les diverses composantes de l’entité et les citoyens ».

Alors, le CDH version octobre 2012 ? « 28 des 29 places sont attribuées, note le président Didier Laforge. On présentera en détail la liste dans 3 semaines. Mais il y aura 40 % de nouvelles têtes, issues de toutes les couches et catégories sociales, avec 11 candidats de – 35 ans, 65 % provenant des villages. La moyenne d’âge sera de 45 ans. » Des actuels conseillers, Damien Poncelet, Pierre Mathieu et Dominique Dubois ne se représentent pas.

Vincent Magnus emmènera la liste, suivi par Anne-Catherine Goffinet et André Balon. Après, mystère, mais on retrouvera Georges Médinger, Raymond Biren et Marie-Thérèse Trum. « Et les voix de préférence permettront de définir les postes d’échevin, comme cela a toujours été au CDH », conclut Vincent Magnus.

Jean-Luc BODEUX
Cette entrée a été publiée dans Arlon, Région wallonne, toutes les communes. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>