Bruxelles : Fabian Maingain emmène la liste FDF

Fabian Maingain est la plus jeune tête de liste actuelle en Région bruxelloise

Fabien Maingain a le FDF dans le sang. © Pierre-Yves Thienpont

C’est déjà sa deuxième campagne pour les communales, mais, à 26 ans, Fabian Maingain est, cette fois, la plus jeune tête de liste actuellement déclarée. Ce n’est pourtant pas ce qui intéresse de prime abord chez lui. Non, ce qui excite la curiosité, c’est qu’il est le fils de son président : Olivier Maingain, bourgmestre de Woluwe-Saint-Lambert et candidat à sa réélection. Ajoutons, pour être complet, qu’il est aussi le neveu d’Alain, qui se présente à la 17e place à Schaerbeek, mais, là, sur la liste du CDH.

Sa filiation, Fabian Maingain dit ne pas l’avoir vécue comme une contrainte. Il y a bien eu quelques sacrifices à consentir. Petit, il ne voyait pas beaucoup son père, explique-t-il, mais de le voir à la télévision, même s’il n’était pas toujours là, le rendait fier. Pour le voir davantage, il pouvait toujours l’accompagner dans les meetings du FDF. C’est ce qu’il a fait, dès ses 16 ans. Il fréquente aussi les fêtes du FDF et s’inscrit bientôt à la section de la Ville de Bruxelles.

Mais c’est, aussi, raconte-t-il, dans l’éducation donnée par son père que Fabian Maingain a trouvé la source de son engagement : « Il m’a appris à être à l’écoute des gens et à vouloir les aider à résoudre leurs problèmes. »

Ses modèles : Gosuin, Clerfayt

De son père, il aurait la même envie de maîtriser ses dossiers. Pour Jean-Louis Péters, qui poussera la liste, le choix de Fabian Maingain comme tête de liste ne se discute pas. « J’adore Alain (Nimegeers, troisième sur la liste), mais dans la configuration actuelle, à savoir le FDF sans le MR, je pense que Fabian s’imposait. D’abord il incarne le parti en étant le fils de son père. C’est aussi quelqu’un de réfléchi et avec qui il y a un débat. Il a une grande force de conviction. Tout le monde s’est d’ailleurs mobilisé autour de sa candidature. »

Il n’a pas pour autant cherché à être le calque de son paternel : Olivier Maingain est licencié en droit ; Fabian, lui, a décroché un diplôme de sciences politiques à l’ULB. Ses proches le disent plus facile d’accès que son père et, surtout, un peu plus à droite sur l’échiquier politique. Fabian Maingain dit toutefois n’avoir pas été tenté par le MR, dont « la vision de la mixité sociale est trop conservatrice. »

Son modèle ? Outre son père, dont il souligne la cohérence, mais qui est « quelqu’un de beaucoup plus ouvert aux néerlandophones qu’on veut bien le dire », il cite volontiers le bourgmestre de Schaerbeek, Bernard Clerfayt, pour « son positionnement en matière économique », ou celui d’Auderghem, Didier Gosuin, pour « l’excellence de sa gestion publique. » Il y a six ans, Fabian Maingain avait récolté 599 voix sur la liste du Renouveau bruxellois, qui comptait, outre le FDF et les libéraux, des transfuges du PS, dont feue Carine Vyghen et Jean-Baptiste De Crée. Il était alors à la… 49e place sur la liste. C’est déjà, en soi, une belle ascension.

Fabrice VOOGT
Cette entrée a été publiée dans Bruxelles, Bruxelles-ville, Région de Bruxelles-Capitale, toutes les communes. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>