Bastogne : Benoît Lutgen bientôt à l’hôtel de ville

Rien ne semble pouvoir arrêter la marche en avant de Benoît Lutgen vers l'hôtel de ville de Bastogne. © Alain Dewez

Un boulevard, une voie royale… Il est donné gagnant jusque dans les rangs de ses adversaires ! Rien ne semble pouvoir arrêter la marche en avant de Benoît Lutgen, une décennie après son père, vers l’hôtel de Ville de Bastogne. Le président national du CDH, candidat bourgmestre, dispose de toutes les cartes pour renverser la majorité actuelle (MR-PS). Le mayorat lui est presque servi sur un plateau, tant ses adversaires ont facilité la tâche de l’intéressé.

Le premier signe a été donné avec le transfert, dans son écurie, de l’échevin Philippe Collignon. Puis, ce fut l’annonce du bourgmestre actuel, Philippe Collard (MR), de ne pas poursuivre au-delà de 2012. Les libéraux ont, dans la foulée, planché sur un scénario risqué : ils rêvaient de voir Jean-Pierre Lutgen, patron d’Ice Watch et frère de Benoît, prendre la tête de liste. Le MR aurait formé un cartel avec le PS et le groupe d’opposition Notre commune. Raté ! Certains membres du mouvement réformateur ont dit « non », effrayés par ce duel fratricide. La bataille de Bastogne n’aurait pas lieu.

Dans le même temps, la fédération provinciale du PS rappelait sa section locale à l’ordre, pour discuter avec… le CDH. Résultat : plusieurs démissions au sein des socialistes bastognards. Face à cette cacophonie, Jean-Pierre Lutgen a finalement décidé de jeter l’éponge. A qui Benoît Lutgen se mesurera-t-il donc, le 14 octobre ? A ce jour, il n’a qu’une liste face à lui. Il s’agit du MR : l’échevine Isabelle Leclercq a été désignée pour emmener les troupes. Des discussions sont en cours avec l’aile dissidente du PS. La fédération provinciale socialiste prendra, elle, attitude fin juin.

Il reste l’inconnue Jean-Claude Crémer. L’échevin MR a été frapper chez Benoît Lutgen mais il a trouvé porte close. Dans son propre camp libéral, il n’est plus le bienvenu. Il pourrait dès lors former « sa » liste. Pendant ce temps, Benoît Lutgen travaille à son programme et reste muet comme une carpe. Loin des agitations des uns et des autres, il attend le bon moment…

Cette entrée a été publiée dans Bastogne. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>