Charleroi : la ville paraît en mauvais état

Si Paul Magnette (PS) accède au mayorat, de quelle ville héritera-t-il ?

place Charles II. © P.-Y. Thienpont

Le compte communal 2011, présenté lundi au conseil communal, en donne un aperçu peu réjouissant.

En 2011, Charleroi a terminé l’année dans le rouge, avec un solde négatif de 6,1 millions. Magnette devra-t-il sabrer dans les dépenses de personnel ? Non. En cinq ans, les effectifs communaux sont passés de 3.598,33 à 3.169,74 équivalents temps plein, au sein d’une administration qui devra par contre être réorganisée. Ni dans les frais de fonctionnement, qui ont chuté de 12,6 % en cinq ans. En sus, le mayeur devra accroître des investissements moins importants que dans d’autres grandes villes de Wallonie.

Par contre, le futur bourgmestre sera confronté à une ville qui ne cesse de s’appauvrir : les rendements de l’IPP (179 euros par habitant) et du précompte immobilier (203 euros par habitant) sont moins élevés qu’ailleurs en Wallonie. Raison : la bourgeoisie carolo a largement déserté la métropole pour sa ceinture verte. A l’inverse, la dotation au CPAS a progressé de 7 % entre 2010 et 2011, en raison notamment des exclusions du chômage. L’aide sociale y coûte 163 euros par an par habitant.

Bref, le futur mayeur devra impérativement accroître les rentrées, les dépenses ayant déjà été comprimées sous cette législature. Ce qui doit passer par l’arrivée de nouveaux habitants, aux revenus plus élevés.

Pascal LORENT
Cette entrée a été publiée dans Charleroi, Région wallonne, toutes les communes. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>