Rixensart : les frères Verté ont la politique dans le sang.

Sur les traces de leur grand-père. Photo René Breny

L’héritage de leur grand-père. Plus qu’un fil rouge, une raison d’être. Grégory Verté, échevin à Rixensart, et son frère, Cédric, conseiller provincial, baignent dans la politique et le socialisme depuis leur tendre enfance. Un virus transmis par feu leur grand-père, Joseph, ancien échevin de Rixensart, et figure du socialisme brabançon.

« A douze ans, nous allions déjà en colonie de vacances à Oostduinkerke avec la Mutualité socialiste, se souvient Cédric, 37 ans, employé dans une entreprise de peinture. On le suivait aussi régulièrement dans ses activités politiques. J’étais très impressionné par les congrès et l’appareil du parti. »

Mais l’heure du déclic n’était pas encore arrivée pour ces deux anciens rugueux footballeurs. « J’ai passé une partie de mon adolescence avec mon grand-père, explique Grégory, 34 ans, psychologue au sein d’un centre pour adolescents caractériels. Il était régulièrement absent, parti pour des réunions politiques. Je lui ai alors dit : “la politique, jamais !” Il a haussé les épaules. Je m’y suis ensuite intéressé peu à peu. J’ai découvert à quel point son action était importante pour les gens. Ce rôle m’a séduit. Aider les autres est devenu un leitmotiv. »

Résultat : en 2000, quelques mois après le décès de son grand-père, il se présente aux élections communales et est élu conseiller. Le cheminement de son frère est similaire : « La reconnaissance des gens m’a ému lors de l’enterrement. Je me suis rendu compte que l’on pouvait vraiment aider nos concitoyens. Poursuivre son travail et son engagement devenait une évidence. »

Aujourd’hui, les rôles sont bien définis : l’un à la Province, l’autre à la commune. Chacun y retrouve ses besoins de proximité et de convivialité. « Notre engagement est dans la lignée de l’héritage de notre grand-père : sincère et honnête, explique Grégory, tête de liste du PS rixensartois aux élections communales. Nous allons droit au but. Cela m’a d’ailleurs valu quelques remarques au début de mon mandat d’échevin. »

Reste que si ce nom est facile à porter auprès des militants et qu’il ouvre des portes au sein de la famille socialiste brabançonne, il entraîne des responsabilités. « Être à la hauteur de son action est un défi qui reste toujours dans un coin de notre tête », estime Cédric, 4e à la Province.

Dans les petits papiers du président André Flahaut

Ces deux habitués du carnaval de Binche sont en tout cas les deux socialistes qui montent dans le centre du Brabant wallon, où la relève pointe difficilement le bout du nez. La Fédération PS n’y est pas insensible, ils sont d’ailleurs dans les petits papiers du président André Flahaut. Et le fait d’arpenter les soupers boudin-compote et autres kermesses en dehors des périodes électorales n’y est pas étranger. « Cela prend du temps, mais il faut être proche des gens », conclut Cédric.

Xavier ATTOUT
Cette entrée a été publiée dans Région wallonne, Rixensart, toutes les communes. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Rixensart : les frères Verté ont la politique dans le sang.

  1. Hautekeet dit :

    Et toujours pas un mot de la liste Ecolo à Rixensart … est-ce que vous savez que les Ecolo y sont dans la majorité et se présentent au scrutin du 14 octobre ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>