Vilvorde : la commune en mutation se cherche un leader politique

La méga-coalition de 2006 s’en tire avec un bulletin sans éclat

Des alliances se sont dégagées mais le CD&V et la N-VA feront cavalier seul. Photo : Alain Dewez

Depuis Dehaene, le CD&V est devenu le premier parti à Vilvorde », explique Marc Van Asch (CD&V), l’actuel bourgmestre de la commune. Celui à qui le colosse de Vilvorde a confié son écharpe maïorale en juillet 2007 tirera la liste CD&V lors du scrutin communal du 14 octobre 2012. Il aura fort à faire.

Une succession de hangars délabrés fait place à des petites places proprettes, Vilvorde est en mutation depuis qu’elle a tourné le dos à son passé industriel. C’est la commune de la périphérie à plus forte croissance démographique. Une étude du gouvernement flamand prévoit une augmentation de 10,75 % de la population dans les quinze années à venir. Les revenus par habitant sont plus bas que dans les communes voisines du Rand et elle est le théâtre d’embouteillages permanents de par sa proximité avec le ring.

La commune est aussi porteuse de promesses. Elle est devenue la capitale des médias flamands : VTM, Videohouse et Woestijnvis y ont leurs sièges. Elle est proche de Bruxelles, le prix des logements est abordable et les espaces industriels sont en voie d’être transformés en d’élégantes zones résidentielles.

Le bilan de l’équipe sortante est mitigé. Le scrutin communal de 2006 a donné naissance à une méga-coalition, CD&V/N-VA, S.PA/Groen et Open VLD. Il ne reste plus que le Vlaams Belang (6 sièges) et le FDF (2 sièges) pour camper dans l’opposition. D’après Alain Van Hende (ex. Open VLD), qui a quitté la majorité pour créer une liste dissidente Vilvocraten : « La majorité est un fourre-tout, incapable de fournir une gouvernance consistante. »

Malgré les difficultés à harmoniser des lignes politiques contradictoires, Marc Van Asch et ses troupes ont plusieurs réalisations à leur actif. Watersite, le projet de reconversion de 27 hectares de zone industrielle en zones habitables au bord du Canal lancé en 2000, est en cours de réalisation. « On a accompli des travaux pour éviter les inondations dont Vilvorde est souvent victime, construit de nouveaux logements sociaux et augmenté la présence policière dans les rues », ajoute le bourgmestre. La coalition traîne également quelques casseroles. Ces derniers mois ont été le théâtre d’âpres luttes au sein de l’exécutif communal et la société de logement social Vilvorde (IVMH) est accusée d’irrégularités comptables et de mauvaise gestion. Van Asch lui-même se retrouve dans la tempête en tant qu’ancien président du conseil d’administration de l’IVMH.

Dans ces conditions, que peut-on espérer pour les élections du 14 octobre ? Les thèmes du scrutin de 2006 sont toujours d’actualité : l’insécurité, la mobilité compliquée par la construction prochaine d’Uplace, un méga-complexe commercial, dans la commune voisine de Machelen, la propreté et la protection du caractère flamand d’une commune qui héberge une importante communauté étrangère.

Certaines alliances se sont désagrégées, le CD&V et la N-VA feront cavalier seul, S.PA et Groen ont décidé de reconduire leur cartel. Le FDF fera partie de la liste Union francophone et Vilvocraten qui, d’après un sondage de Het Nieuwsblad, remporterait 26,6 % des intentions de votes, « tentera de se présenter comme une alternative » aux partis traditionnels et au Vlaams Belang. Dans cette mêlée, difficile de dire qui aura le dernier mot.

Cheyenne KRISHAN
Cette entrée a été publiée dans Région flamande, toutes les communes, Vilvorde (Vilvoorde). Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>