Woluwe-Saint-Lambert : chaque parti part « les mains libres »

Qui à bord avec Olivier Maingain ?

Xavier Magnant suit de près l'évolution du dossier du renouveau. Photo : Alain Dewez

En six ans, Olivier Maingain a-t-il convaincu dans son costume de bourgmestre de Woluwe-Saint-Lambert ? Celui qui fut « parachuté » par le FDF pour prendre la succession de Georges Désir en 2006 s’était, malgré le soutien de son prédécesseur et une liste du bourgmestre confortablement installée, fait ravir la première place en termes de voix de préférence par Danielle Caron (à l’époque ex-FDF pressentie un temps candidate bourgmestre puis lâchée, et candidate indépendante à la tête d’une liste d’alternance CDH-Ecolo-PS). 3.984 voix contre 4.085. Mince écart. Quel bilan tirera l’électeur de ces 6 années ? A en croire ses opposants politiques, le capitaine est de qualité, même si tout n’est pas toujours rose dans la commune amarante. « Il faut voir si l’électeur lui tiendra rigueur quant au blocage lors de la crise institutionnelle… Même s’il ne s’agit pas d’un dossier local… », souffle Michel Lemaire (CDH – opposition).

En face, la machine à voix Danielle Caron résistera-t-elle aux changements de cap ? Après l’échec de sa coalition à prendre le pouvoir (16 sièges contre 18 pour la LB) en 2006, Danielle Caron a rejoint les rangs du CDH. Une erreur, analysent aujourd’hui les deux parties, qui l’a amenée, en 2012, à pousser la liste d’un MR affaibli par le départ d’une dizaine de ses membres, dont deux échevines, restés aux côtés d’Olivier Maingain après le divorce MR-FDF.

La question qui semble se dessiner pour l’après-élection est celle du partenaire de majorité que pourra, ou devra, se choisir la liste du bourgmestre. « Nous visons la majorité absolue. Si elle est atteinte, si elle est confortable, je n’exclus pas pour autant l’ouverture. » PS (son partenaire dans cette majorité sortante qui ne cache pas son souhait de rempiler – « seul prêt à l’époque à quitter la liste unifiée pour venir consolider la LB », rappelle Maingain), CDH, Ecolo ou MR ? La dernière option est compromise par la présence de Danielle Caron. « Elle a perdu depuis longtemps toute crédibilité à assumer quelque responsabilité que ce soit », assène Olivier Maingain.

Boni et fiscalité douce

A l’heure du bilan, le maïeur avance une situation budgétaire positive : « Un boni substantiel, un fonds de réserve ordinaire reconstitué, une dette qui diminue, tout en maintenant nos engagements fiscaux pour l’IPP et le précompte immobilier. Et nous prenons le même engagement pour la législature à venir. » Ecolo nuance en pointant une multiplication des taxes communales. « Dont aucune ne touche l’activité commerciale », rétorque Olivier Maingain. Le CDH, quant à lui, défend une baisse du précompte immobilier. Sécurité, infrastructures sportives, services à la population et sociaux, création de places de crèches, entretien de l’espace public, sont mis en avant par la majorité sortante.

En face, Michel Lemaire (CDH) critique, en chœur avec Ecolo, la politique de logement patrimonial. « La majorité a eu recours à des mises en vente peu justifiées, dont la Villa Rucquoi, mais pas seulement, alors que jusqu’ici, le patrimoine était maintenu via des baux emphytéotiques. Les aides régionales, qui peuvent aller jusqu’à 80 %, étaient préférables, de même que des pistes telles que les projets de logement moyen ou de transfert à l’AIS (Agence immobilière sociale). » Ecolo s’inquiète aussi de « l’explosion des taxes communales », en grande partie liée au remboursement des 25 millions empruntés à l’époque de Georges Désir pour le centre culturel Wolubilis. « Plus de 2,5 millions partent chaque année dans la culture, entre le remboursement et les subsides. N’est-ce pas excessif, même si Wolubilis marche bien ? », interroge Bernard Ide.

Une participation « boudin-compote »

Corde à l’arc du maïeur sortant : la participation et son code mis en place en début de majorité, lequel a, chacun le reconnaît, donné lieu à de nombreuses réunions avec les habitants. « C’est un des axes du code. Mais on y trouve aussi le droit d’interpellation citoyenne, alors que c’est devenu une obligation grâce à une ordonnance régionale !, s’amuse Bernard Ide. Le médiateur communal ? Une seule plainte a été reçue et traitée en trois ans ! Il n’est pas assez connu, il n’y a pas eu d’information, pas de publicité. » Michel Lemaire (CDH) raille une participation « boudin-compote », ce qu’il appelle « la joyeuse entrée d’Olivier Maingain », développée notamment dans le cadre du dossier de stationnement. « Une multiplication de réunions, plutôt que d’affronter et résoudre la problématique en un bloc. Mais cela permet de devenir populaire… » Cette épineuse question du parking n’est, en 2012, plus sujette à polémique, la programmation d’une agence régionale ayant accéléré les choses. Un nouveau service communal a été créé, la gestion quitte le privé et entre dans le giron de la commune.

A l’unisson, l’opposition dénonce également des casquettes de président de parti et de bourgmestre trop souvent mêlées.

LE CAPITAINE 

Olivier Maingain (FDF) Débarqué à Woluwe-Saint-Lambert en 2006 pour succéder à Georges Désir, le président du FDF compte bien rester aux commandes, si possible avec une majorité absolue, meilleur gage pour une gestion cohérente selon lui, mais se dit prêt à ouvrir sa majorité. Ce 14 octobre sera le premier test pour son action, et sa personnalité, en tant que maïeur. Il a gardé avec lui les échevines MR, aujourd’hui indépendantes.

LA NOUVELLE

Julie Bolle (MR)  Elle n’est pas à proprement parlé nouvelle, puisqu’elle termine sa première législature en tant que conseillère communale MR à Woluwe-Saint-Lambert. Ce qui est nouveau, c’est son statut de chef de file, et le pari de la section locale d’y aller sans son éternel colistier, le FDF. « C’est le passé. Nous ne pouvions signer la charte d’Olivier Maingain, qui dépassait le cadre de la commune. Nous allons de l’avant, sans rancune, nous sommes ouverts à toutes les formations. »

LA VERSATILE

Danielle Caron (Indépendante)  Sérieux challenger en 2006 avec plus de 4.000 voix de préférence, Danielle Caron, qui venait de quitter le FDF, est passée entre-temps au CDH et pousse aujourd’hui la liste MR, ce qui lui vaut une volée de critiques. « Je retrouve simplement le parti pour lequel je siégeais en tant que députée, le MR (quand il était allié au FDF), avant qu’Olivier Maingain ne débarque à Woluwe et que je quitte le cartel. »

MARIE DE SCHRIJVER
Cette entrée a été publiée dans Région de Bruxelles-Capitale, toutes les communes, Woluwe-Saint-Lambert. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>