Nivelles : Quelle mobilité pour le centre-ville ?

Certains veulent plus de parkings, d’autres plus de mobilité douce

Le petit parking de la Grand-Place de Nivelles est tous les jours pris d'assaut. Photo : René Breny

On ne parle que d’elle depuis un an et son inauguration fastueuse : la Grand-Place de Nivelles. Pour sûr, les rénovations dont elle a fait l’objet lui ont flanqué un coup de jeune. La collégiale Sainte-Gertrude est mise en valeur. Les piétons peuvent déambuler à leur aise. Quant au secteur horeca, ses terrasses n’ont jamais été aussi exposées et fréquentées.

Pourtant, aux abords de cette nouvelle agora, ça râle ferme. Un simple regard suffit à détecter les automobilistes qui tournent en rond à la recherche de la fameuse place de parking qui leur permettra de venir profiter des nouveaux espaces piétonniers aménagés dans les rues entourant la Grand-Place. Mais ledit automobiliste ronge toujours son volant. Et continue à tourner…

« Bien sûr que nous rencontrons des problèmes de mobilité, assume le bourgmestre Pierre Huart (MR). Affirmer le contraire serait se voiler la face. Tout remonte à l’adoption du Plan communal de mobilité (PCM), le 27 janvier 2003, alors que j’étais échevin de la Mobilité. Nous étions alors quatre partenaires. Nous, la Ville, avons mis en œuvre toutes nos propositions. La SNCB a lancé le vaste chantier du RER. Le TEC a procédé aux aménagements qu’il avait promis. Malheureusement, le MET, devenu le Service Public Wallonie (SPW), a fait beaucoup de propositions mais n’a encore rien commencé. »

Parmi les aménagements dont il est fier, le bourgmestre avance la suppression de la circulation de transit dans le centre-ville. « Auparavant, les gens passaient en 10 mn du centre au nord de la ville sans s’arrêter. Ce n’est plus possible. Nous avons aussi amélioré la circulation des piétons. Désormais, ils ont le temps de regarder les vitrines. »

« La vie est étouffée »

C’est bien là le problème dénoncé par les automobilistes. Et par certains commerçants aussi. Trop de place est désormais accordée aux piétons et la voiture est bannie du centre-ville aclot. « En rénovant la Grand-Place, nous avons effectivement diminué volontairement le nombre de places de parking, reconnaît Pierre Huart. Mais, avant même le début des travaux, nous avons ouvert le parking Saint-Roch voisin qui compte 450 places. Nous avons aussi lancé deux navettes de bus gratuites et écologiques en complément pour desservir les parkings de dissuasion. De toute façon, notre volonté n’est pas de créer des méga-parkings. Nous en voulons des dissuasifs plus petits en périphérie. »

« Je ne dis pas que des efforts ne sont pas faits, intervient le leader de l’opposition socialiste André Flahaut, mais à certaines heures de la journée, la vie est totalement étouffée. Pour moi, on est allé dans des rénovations déséquilibrées en faveur des utilisateurs lents. Or, tout ce qui est déséquilibré pose problème. Je pense donc qu’il faut rééquilibrer les places de parking de manière saisonnière autour de la Grand-Place. Laisser l’espace piétonnier en été et l’aménager en parking pendant l’hiver lorsque les usagers lents ne sortent pas et qu’il n’y a pas de terrasses. »

« Bien sûr qu’il manque des places dans le centre-ville, reconnaît Charles Gourdin, échevin CDH du Commerce. Mais une chose m’étonne : les gens se plaignent de devoir marcher pour venir dans le centre alors qu’ils font certainement plus de kilomètres sans rien dire lorsqu’ils se baladent dans le Shopping… »

Tête de liste Ecolo aux élections communales du 14 octobre, Pascal Rigot se réjouit évidemment de voir la pression automobile diminuer. « Il est cependant plus que temps d’actualiser le PCM, estime-t-il. Pour aménager des parkings périphériques et repenser les alternatives à la voiture. Mais pour ça, il faut absolument améliorer la signalétique et les schémas cyclables. Sans oublier aussi d’aménager les voiries pour les personnes à mobilité réduite. Ce n’est que comme ça que l’on ramènera des gens à Nivelles. »

Portrait

Population

26.843 habitants en 1er janvier 2012 alors qu’ils étaient 26.433 un an plus tôt. Avec sa superficie de 6.060 hectares, ça lui confère une densité de 443 habitants au km2.

Majorité

Elle est composée de 11 élus MR et de 4 CDH.

Opposition

Elle est composée de 10 élus NiVL (PS) emmenés par le président de la Chambre André Flahaut et de deux élus Ecolo.

Voiries

Nivelles, c’est un total de 173 km de voiries communales.

Entité

Outre la ville de Nivelles, elle comprend les villages de Monstreux, de Baulers, de Bornival et de Thines.

Pyramide des âges

En 2008, les jeunes de moins de 17 ans représentaient 19,77 % de la population. Les 18-65 ans en représentaient 62,50 % et les plus de 65 ans remplissaient les 17,73 % restants.

Chômage

En 2009, le taux de chômage était de 13,15 % à Nivelles.

Police

Hébergée dans un commissariat flambant neuf qui peut accueillir 120 policiers, elle en compte actuellement 90.

Accidents

En 2011, 129 accidents avec lésions mortelles ont eu lieu dans la zone de police Nivelles-Genappe.

Existe-t-il une solution pour le centre-ville ?

Pierre Huart, Liste du bourgmestre

« L’une des priorités principales de la prochaine mandature sera de revoir totalement la signalétique. Il faut que les visiteurs qui viennent de l’extérieur de la ville et qui ne la connaissent pas puissent trouver un endroit où stationner avant d’entrer dans le centre-ville. J’aimerais aussi une plus grande implication des commerçants afin qu’ils signalent sur leur site internet les endroits où leurs clients peuvent se garer. En travaillant ensemble, on va y arriver. »

Pascal Rigot, Ecolo

« Aucun doute pour moi, il faut continuer à favoriser la mobilité douce. La gare et le centre-ville sont distants d’à peine 600 m, preuve qu’à Nivelles, les distances sont courtes et que la voiture n’est pas indispensable. Néanmoins, il est indispensable de repenser la signalétique dans son ensemble pour que les gens sachent où se trouvent les parkings périphériques. Il faut aussi améliorer la sécurisation des piétons et cyclistes tout en améliorant le schéma cyclable de la ville. »

Charles Gourdin, Ensemble

« A plusieurs reprises, j’ai fait un constat paradoxal : quand il y a des grandes fêtes en ville, il y a énormément de monde et personne ne se plaint du parking. Par contre, en temps normal, ça râle tout le temps… A ce propos, depuis un an, je fais procéder à des comptages des piétons dans les rues commerçantes. En fonction de la fréquentation, on pourra procéder aux aménagements les plus adéquats. Je pense également qu’un espace 30 km/h dans le centre-ville pourrait aussi permettre aux voitures de se croiser. »

André Flahaut, PS

« Nivelles n’est pas une ville flamande : on ne peut donc pas tout faire à vélo car le relief ne s’y prête pas. A-t-on aussi pensé aux personnes à mobilité réduite ? La ville dispose de plusieurs gros parkings privatifs d’écoles, de banques, du Forem ou de la clinique. Pourquoi ne pas les rendre disponibles aux riverains le soir grâce à des cartes à puce ? Je suis également pour le développement des navettes pour autant qu’elles soient complémentaires avec le TEC et les trains. »

Frédéric DELEPIERRE
Cette entrée a été publiée dans Nivelles, Région wallonne, toutes les communes. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Nivelles : Quelle mobilité pour le centre-ville ?

  1. Ferrero dit :

    Monsieur Gourdin, j’apporte mon expérience à votre constat paradoxal : lorsqu’il y a des grandes fêtes en ville, on trouve également une grande quantité de véhicules garés anarchiquement. Nous estimons que, vu la fête locale et les revenus qu’ils engendrent, la répression se mue en bienveillance, ce qui n’est pas le cas en temps normal.

    Monsieur Flahaut, libérer l’espace en hiver me séduit totalement, très belle réflexion, merci.

    À tous : aller à Waterloo est un réel plaisir. On sait que l’on va trouver une place, on sait qu’elle sera gratuite, ça nous libère l’esprit pour y passer du bon temps et dépenser. Et d’un point de vue écologique, une voiture vite garée ne pollue plus.
    Cordialement.

  2. Marcel Dheue dit :

    André Flahaut, PS : « Nivelles n’est pas une ville flamande » …
    Comment expliquer alors qu’il y ait une liste FDF ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>