Durbuy : Sam Piroton décortique la campagne sur son blog

Depuis août, ce consultant indépendant passe la campagne de Durbuy au filtre d'une analyse assez fine.

Citoyen actif ? Il l’est assurément. Poil à gratter ? La comparaison n’est pas pour lui déplaire. Le 14 octobre, Samuel Piroton ira voter, comme tout le monde. Dans sa commune, Durbuy. Depuis le mois d’août, ce consultant indépendant, passionné par le web, passe la campagne de sa localité au filtre d’une analyse assez fine. Il a créé un blog dédicacé aux faits et gestes des candidats. La politique, comme il l’écrit, attise sa curiosité. Tout est parti d’un coup de tête : « Beaucoup de candidats et de listes ont une présence sur internet, mais elle n’est pas toujours pertinente », constate-t-il.

Samuel Piroton secoue le cocotier, sans dérive aucune et avec modestie. « Je pars du principe qu’un citoyen a le droit à avoir un échange, surtout si un candidat utilise ce type de média. La communication doit être interactive et s’organiser dans les deux sens », enchaîne ce web-addict. Il s’est intéressé, presque au quotidien, au site de chaque liste ou parti. Il décortique les pages Facebook, relève des incohérences et les coquilles. Ce n’est pas tout. Il n’hésite pas à parcourir les routes de Durbuy, pour découvrir le charme et les petits ratés de l’affichage électoral. Résultat ? Peut mieux faire. Il déplore une absence de débat.

« Les pages Facebook servent bien souvent à alimenter un agenda. Quid des idées ? Quid des enjeux ? Si je souhaite me positionner, comme citoyen, je dispose d’une information parcellaire. C’est comme s’il fallait se plier aux modes de communication de chacun », explique le blogueur. Il accorde cependant quelques circonstances atténuantes aux hommes et aux femmes politiques. Les dépenses électorales sont limitées et il n’est pas évident, par exemple, de réaliser un site internet élaboré.« En outre, il existe probablement des consignes de parti derrière, dans la manière de présenter les choses », soutient le Durbuysien, qui espérait une ouverture plus grande, au-delà du cabanage des candidats, des réunions dans les villages, etc.

Il a aussi tenté de soumettre chaque candidat – il y en a 85 dans la localité – à un questionnaire de Proust. Un autre moyen, selon lui, de les connaître. Il les interroge également sur quelques projets et leurs intentions : le contournement de Barvaux, l’installation des éoliennes, l’implantation d’un complexe sportif… À ce jour, il a reçu treize réponses. C’est peu. « Je le fais parce que, j’insiste, nous n’en savons finalement pas beaucoup sur eux, précise-t-il. N’est-il pas normal de demander à des gens qui ont un mandat ou, demain, seront élus, de savoir qui ils sont et ce qu’ils défendent ? » Jusqu’au 14 octobre, il continuera donc à alimenter son blog. Ses coups de crosse ne passent pas inaperçus : il a reçu un courrier du responsable de la liste du bourgmestre et des candidats sont visiblement attentifs à ce qu’il publie.

Le blog : http://electionsdurbuy2012.wordpress.com

Nicolas DRUEZ
Cette entrée a été publiée dans Durbuy, Région wallonne, toutes les communes. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>