Waterloo : un projet urbanistique d’envergure, l’aménagement d’une grande place

A l’arrière de la Galerie Wellington, la majorité projette l’aménagement d’une grande place conviviale sur le site de l’ancien Delhaize

Le groupe Wereidhave envisage, là, une place publique entourée de 10.000 m² de commerces et d'une cinquantaine de logements. Photo : René Breny

Le groupe Wereldhave, propriétaire du Shopping de Nivelles, a mis la main en novembre 2010 sur le site dit de l’ancien Delhaize, à l’arrière de la Galerie Wellington. Le terrain s’étend sur près d’un demi-hectare et comprend des parkings et quelques enseignes commerciales (3.000 m2). Un site qui vaut bien son pesant d’or et qui attise les convoitises immobilières depuis une dizaine d’années.

Ce chancre changera de visage lors de la prochaine législature. L’idée est de raser les commerces et d’y aménager un véritable cœur de ville. Il comprendrait terrasses, cafés, fontaines, bancs, espaces verts, centre commercial, logements et parking souterrain de 650 places. L’investissement est estimé à 60 millions d’euros. Un dossier loin d’être neuf mais qui figurera à coup sûr en haut de la pile lors du début de la prochaine législature. Ce chantier sera en quelque sorte la dernière réalisation d’envergure de Waterloo et de Serge Kubla (MR). La pièce manquante du tissu commercial.

« Il est temps que Waterloo possède un véritable cœur de ville, une place publique où les habitants peuvent se retrouver dans un cadre agréable, explique l’homme fort de la cité du Lion. C’est le projet d’un promoteur, mais une chose est certaine : nous prendrons le temps de consulter la population sur le sujet. »

Le bureau d’études DDV de Nivelles planche sur le dossier. Plusieurs esquisses ont déjà été remises au collège. Aucune ne le satisfaisait totalement. « L’objectif est connu : créer un cœur de ville qui soit un vrai point de rencontre, explique Luc Plasman, administrateur délégué de Wereldhave. Ce projet se fera en concertation avec tous. »

Si on parlait de 13.000 m2 de surfaces commerciales il y a quelques années, Serge Kubla a mis sa limite à 10.000 m2 : « Nous n’irons pas au-delà. Je veux aussi du logement à l’étage pour que cette place soit vivante. » Une cinquante d’appartements est prévue. Rayon mobilité, deux accès sont retenus : par l’avenue Reine Astrid et la rue Michel Verbeeck. Précisons que la commune est propriétaire d’un bout de terrain particulièrement bien placé, à proximité de l’avenue Reine Astrid. Elle possède donc un levier pour peser sur le projet.

Quid du parking ?

Reste que, si les cinq groupes politiques saluent la nécessité pour Waterloo de posséder une place publique, ce dossier ne fait pas l’unanimité.

Particulièrement auprès de la liste Mieux Vivre à Waterloo (ex-CDH). « Contrairement au MR, nous voyons plutôt ce futur lieu convivial dans le parc communal où l’on redynamiserait certains éléments tels que le kiosque, la plaine de jeux, le verger didactique et où l’on aménagerait une piste santé, lance Roger Van Poucke, chef de file de MVW. Ce projet de centre commercial ne ferait que le bonheur d’un promoteur privé et il aurait pour conséquences d’augmenter la congestion du centre et de mettre à mal le commerce indépendant ! Sans parler des répercussions sur la mobilité. Toute la circulation serait redirigée vers la rue Reine Astrid, déjà saturée. »

Pour Écolo, l’aspect commercial ne doit pas primer sur l’envie de posséder une place conviviale. « Nous avons raté l’aménagement d’une telle place à la Maison communale, il faut réussir celui-ci, estime Jean-Louis Verboomen, tête de liste Ecolo. Mais cet espace ne peut être un lieu de plus dédié aux commerces. La partie logement doit être importante. »

Plusieurs questions restent encore en suspens. Comme celle de la mobilité ou des parkings payants. « La construction d’une place de stationnement coûte 25.000 euros, ce qui représente 15 millions pour le parking, fait remarquer Roger Van Poucke. Wereldhave n’est pas un philanthrope. Le parking sera payant. Ce qui signifiera la mort du centre-ville ! Nous ne voulons pas cela. » Un avis balayé par Serge Kubla qui a négocié avec le promoteur la gratuité du stationnement pendant 4 heures. Le temps de faire ses courses et d’éviter les voitures ventouses.

Quid du timing ? Un périmètre de remembrement urbain sera lancé après les élections. Suivra une longue consultation populaire. Les permis sont espérés d’ici fin 2013. La construction durera deux ans.

Xavier ATTOUT

Cette entrée a été publiée dans Région wallonne, toutes les communes, Waterloo. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>