Pecq, as des coups de théâtre.

Le suspense Marc D’Haene obtiendra-t-il un quatrième mandat ?

S’il est une commune où les rebondissements émaillent la vie politique, c’est bien Pecq, une petite bourgade de 5.500 habitants au cœur de la Wallonie picarde. Ces élections pourraient-elles être encore le théâtre d’une énième péripétie qui verrait le bourgmestre Marc D’Haene (GO, tendance CDH-MR) valser dans l’opposition après trois mandats consécutifs ? Difficile à dire tant les lignes ont bougé dans cette commune durant la mandature.

Ainsi, au lendemain des élections de 2006, la majorité absolue ARC (d’obédience CDH) emmenée par Marc D’Haene, a connu d’importantes divisions internes qui ont mené à l’éclatement du groupe en 2009 : l’échevin Damien Delsoir, accompagné de trois autres membres du collège et de deux conseillers communaux, tente de faire voter une motion de défiance à l’égard du bourgmestre. La tentative échoue et la majorité entre alors dans une guerre fratricide ouverte qui a pour principale victime, la commune et ses citoyens. « Nous avons travaillé, assure aujourd’hui Marc D’Haene. Notre mauvaise entente a pu freiner certains dossiers, mais elle ne les a pas fait capoter. »

Quoi qu’il en soit, l’échevin Delsoir tient sa revanche. Alors qu’il avait annoncé sa volonté de créer sa propre liste, il a été approché pour rejoindre le groupe Oser+, un jour avant la clôture des listes. Un rebondissement auquel personne ne s’attendait et pour cause : la liste était emmenée par André Demortier, un conseiller communal avec lequel l’échevin s’était querellé violemment durant toute la mandature. Damien Delsoir a accepté de rejoindre la liste à la condition de la mener et de voir André Demortier relégué à la dernière place.

La liste Oser+ tient désormais en ces rangs d’importants faiseurs de voix. Une situation qui ne fait pas peur au bourgmestre Marc D’Haene. « Cette liste n’est pas crédible, la population s’en rendra compte. »

Pour Damien Delsoir, Oser+ peut aller loin. « Je me suis entretenu avec André Demortier. Nous avons toujours été d’accord sur le fond de beaucoup de dossiers, mais c’est la forme qu’il employait pour exprimer les choses qui me dérangeaient. Tout cela est aplani. André est un homme d’expérience qui connaît beaucoup de choses à Pecq. »

En spectateur, le PS (3 sièges) et les Ecolos, nouveaux venus, pourraient être les grands vainqueurs de cette guerre fratricide en intégrant une majorité qui perdra plus que probablement sa domination absolue.

Sandra DURIEUX
Cette entrée a été publiée dans Pecq, Région wallonne, toutes les communes. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>