Fléron : PS et IC à couteaux tirés

Une commune, un enjeu Débat plein de rancœur entre Roger Lespagnard et Linda Musin

En 2006, Linda Musin récoltait 2113 voix de préférence, 745 de plus que Roger Lespagnard. Photo Michel Tonneau

Entretien

Le rendez-vous fut difficile à concrétiser. Tant Roger Lespagnard (IC) que Linda Musin (PS) ne semblaient guère ravis de se retrouver face à face. Deux ans ont beau s’être écoulés depuis que les Ecolos ont renversé les socialistes pour convoler avec les IC, les rancœurs semblent tenaces. Dès la première question, le débat s’enflamme. Ponctué çà et là de noms d’oiseaux, d’interruptions de parole et de « si cela continue comme cela, je m’en vais ! » Ambiance…

La politique fléronnaise a toujours été très animée et le « putsch » d’avril 2010 n’a fait qu’enflammer les conflits. Aujourd’hui, les tensions sont-elles aplanies ?

Roger Lespagnard. Il n’y a pas de tensions. Les débats se révèlent plus toniques qu’ailleurs.

Linda Musin. Je ne suis pas d’accord : des tensions, il y en a. Parce que l’on voit ce qui a été réalisé depuis que nous avons été jetés, et ce qui n’a pas été réalisé. Notre opposition est constructive, mais la majorité n’a jamais montré de volonté d’échange.

Le renversement d’avril 2010 ne fait pas encore partie du passé ?

R.L. Je n’ai rien contre Mme Musin. Je n’ai jamais voulu prendre le mayorat : elle me l’a donné. Si le PS avait fait plus de concessions avec Écolo, il aurait pu rester dans la majorité.

L.M. Je ne vous permets pas de commenter ce qui se passait dans la majorité. Le PS ne méritait pas ça. Il faut aussi dire qu’en 2003, nous avions un accord avec les IC jusqu’en 2012. Mais M. Lespagnard a préféré partir en 2006, comprenant que sans cela, il ne serait jamais bourgmestre

Roger Lespagnard, quelles furent vos réalisations durant ces deux ans de mayorat ?

R.L. Nous avons rétabli l’équilibre financier. Nous avons relancé le dynamisme fléronnais, nous avons réalisé de gros efforts pour les travaux.

L.M. Rétablir l’équilibre financier ? C’est une injure à toute forme d’intelligence ! Depuis 2000, les socialistes ont redressé la situation financière. Lorsque nous avons pris le pouvoir, il fallait emprunter pour payer le personnel et les fournisseurs. Nos efforts ont permis, en 2010, de dégager un petit boni. Aujourd’hui, la commune est gérée sans aucune transparence. Nous n’avons toujours pas les comptes pour 2011 !

Le PS reproche aux IC une gestion « bling bling », sans projet d’envergure…

L.M. Il ne se passe plus un week-end sans festivités. Je n’ai rien contre, à condition que cela ne se passe pas que ça. Les IC ont tout fait pour préparer leur réélection. La réalité, c’est qu’il n’y a plus de réunion de quartier, qu’on ne fait pas grand-chose pour la sécurité, l’entretien, les travaux… Nous avions obtenu 60 % de subsides pour une crèche. Les IC ont balayé le projet.

R.L. La crèche et la maison communale étaient un projet pharaonique.

La création d’une crèche figure pourtant au programme des IC.

R.L. Oui mais avec des possibilités de financement différentes. Il faut renforcer les structures existantes et trouver l’endroit idéal.

Le commerce est un pôle important pour Fléron. Beaucoup d’enseignes ferment. Quelles sont vos solutions ?

L.M. Nous avions lancé le projet du « cœur de Fléron », visant à renforcer le centre de la commune en créant une véritable place communale au milieu de l’avenue des Martyrs. Nous avions bien avancé, réalisé une étude, réuni les commerçants… Malheureusement, la nouvelle majorité n’a pas suivi.

R.L. Je vais vous étonner : je suis d’accord ! Une étude avait été faite, mais nous avons voulu en réaliser une autre, plus approfondie. Nous attendrons la prochaine législature pour poursuivre.

Comment régler les problèmes de circulation autour de l’avenue des Martyrs ?

L.M. Un plan intercommunal de mobilité avait été voté, mais il n’a pas été mis en pratique. Sans doute la majorité veut-elle encore attendre la prochaine législature…

R.L. Je ne suis pas contre ce plan intercommunal de mobilité, mais il ne prévoit rien pour l’avenue des Martyrs. Il y a de gros problèmes, c’est vrai. J’ai réuni les forces vives et tous les acteurs le disent : il n’y a pas de solution.

L.M. N’importe quoi ! Bien sûr qu’il y a des solutions… Les problèmes de mobilité ne se cantonnent pas à l’avenue des Martyrs.

Si vous êtes élus, quelles seront vos priorités respectives ?

R.L. Installation de caméras de surveillance. projets à destination des aînés et de la jeunesse avec une crèche et développement du centre sportif, création d’un véritable centre culturel…

L.M. Placer des caméras, c’est de l’électoralisme pur ! Nous voulons plus d’agents de quartier, un retour à la citoyenneté. Concernant les aînés, il ne faut pas oublier ceux qui ne sont pas en forme et créer un service d’appel qui pourra les aider. Nous voulons redynamiser l’activité sportive et réinvestir dans les voiries et les trottoirs de façon durable.

Roger Lespagnard, si vous êtes élu, repartirez-vous avec Écolo ?

On verra. En tout cas, nous nous arrangeons bien avec eux.

Linda Musin, une majorité absolue semble être la seule solution pour revenir au pouvoir…

Si nous avons la majorité absolue, nous resterons ouverts. Une coalition ne nous dérange pas. Si les IC veulent repartir avec Ecolo, c’est vrai que nous serons isolés… Mais à Fléron, les élections ont toujours été difficiles.

Melanie GEELKENS
Cette entrée a été publiée dans Fléron, Région wallonne, toutes les communes. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Fléron : PS et IC à couteaux tirés

  1. Michel Simon dit :

    Autant Monsieur Lespagnard était un sportif admirable et admiré, autant la gestion d’une commune semble pour une épreuve perdue

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>