Evere : Rudi Vervoort (PS) vise la majorité absolue

Alors que l’opposition Ecolo et CDH en appelle au changement, le bourgmestre PS est serein

Bernard Ploegaerts, du comité de quartier, est inquiet pour l'îlot nord et 31 de ses immeubles qui sont sous le coup du droit de préemption. Photo D. Rodenbach

Bastion rouge depuis 1946, la tranquille Evere devrait poursuivre son petit bonhomme de chemin sous la houlette du socialiste Rudi Vervoort, aux commandes communales depuis 1998. Un sérieux bail, déjà, pour celui qui est aussi le patron de la fédération bruxelloise du PS et qui s’est toutefois trouvé un nouvel objectif local : obtenir la majorité absolue. Il s’en est déjà fallu d’un cheveu en 2000, puis en 2006, quand la Liste du bourgmestre a raflé 15 sièges sur 33. Une longévité et un score qui font tiquer du côté de l’opposition et notamment chez les Verts où l’on parle de majorité ronronnante et confortablement installée dans son siège. Un peu trop pour Ingrid Parmentier (Ecolo) qui propose donc ses services à la population. « Avec des gens plus jeunes susceptibles d’apporter le dynamisme et le renouvellement dont la commune a besoin. »

Quant à Sylvie Mbombo qui emmène les CDH, elle dit la même chose mais autrement. « Je ne dirais pas que la majorité ronronne mais il est évident que quand on reste trop longtemps au pouvoir, une certaine routine s’installe et on n’apporte plus rien d’innovant. D’où l’intérêt de proposer une alternance. »

Alors, un peu trop pépère, Evere ? Un argument que retourne le chef de file MR et échevin du Commerce, Alain Vander Elst. Sur le mode du : « Opposition ? Mais quelle opposition ? » « Il aurait été intéressant d’avoir du répondant en face de nous, de créer le débat d’idées. Mais on ne les a jamais entendus durant six ans et il est un peu facile de critiquer maintenant. » Et Vervoort d’appuyer : « Du côté du CDH, hormis une exception, tous les candidats sont nouveaux. » Et les Ecolos ? « Chez nous, ils sont biodégradables, ils changent de tête de liste à chaque élection. »

Il y a donc finalement un peu d’ambiance à Evere. A la lecture de ces échanges, on pourrait croire que les dés sont jetés quand le mayeur annonce que, majorité absolue ou non, il ouvrira son collège à l’un de ses concurrents. Tapis rouge pour le MR ? Voire, car si les libéraux ont obtenu le 2e score en 2006 (six sièges), c’était avec le concours du FDF qui part aujourd’hui seul au scrutin.

Premier échevin libéral de l’histoire d’Evere, comme il aime à le rappeler, Alain Vander Elst compte bien rempiler, « bon bilan à l’appui ». Las pour lui, si les FDF sont partis, le libéral flamand et ministre régional Guy Vanhengel, lui, n’est pas venu. « Une question d’ego », regrette l’échevin qui a refusé de lui céder la première place sur sa liste. « Mais il aurait pu la pousser, ce qui aurait été moins aberrant que de rejoindre la Liste du bourgmestre. » Car, oui, Guy Vanhengel se présente aux côtés de Rudi Vervoort, son pote de trente ans. « On a prêté serment le même jour », se souvient le mayeur. Et, sur le terrain communal, les sensibilités politiques ont tendance à s’estomper. Quoique. Dans un fauteuil sur son terrain, Rudi Vervoort reste aussi, on l’a dit, le patron des socialistes à Bruxelles. Et, au soir des élections, gageons qu’il n’hésitera sans doute pas à jeter un œil sur les négociations entamées chez ses voisins avant de choisir celui auquel il tendra la main.

Les enjeux du scrutin

Les équipements collectifs

Boom démographique oblige, Evere cherche à grandir et a vu fleurir de nombreux logements sous cette législature comme par exemple du côté de l’avenue de Genève. « Il faut répondre au boom mais la majorité a clairement manqué d’anticipation notamment en ce qui concerne les équipement collectifs comme les crèches et les écoles », dénoncent les verts et les centristes. Du côté de la majorité, le PS rétorque que 85 places en crèches publiques ont été créés sous cette législature, ce qu’appuie le MR qui souhaiterait développer les crèches d’entreprises, nombreuses à Evere. Un plus tant pour la mobilité que pour le bien être des parents, indique l’échevin Alain Vander Elst (MR). Quant aux écoles : « L’école fondamentale de la rue de Lombaerde a permis d’ouvrir 400 places. » Grâce à un ministre Ecolo, soulignent les verts qui estiment qu’il faut en faire plus. Mais les projets foisonnent, répond la majorité. « Un accord a ainsi été trouvé pour l’ouverture, à l’horizon 2015-2016, pour la création d’un établissement secondaire communal. Qui sera situé à Evere et co-géré avec Schaerbeek », annonce Rudi Vervoort.

Cadre de vie

La brique ne peut prendre le pas sur l’aspect encore un peu champêtre de la commune, estime Ingrid Parmentier qui craint de voir les espaces verts envahis par le bâti. « Pas question de voir fleurir des villas 4 façades partout. Pourquoi ne pas profiter des immeubles inoccupés pour créer du logement ? », propose-t-elle. « Une récente étude nous place comme la deuxième commune la plus verte de Bruxelles et il faut maintenir ce caractère », explique le bourgmestre qui a, lui-aussi dans son programme, la reconversion de bureaux. « Que ce soit en logements ou ne équipements collectifs ».

Participation

« Que ce soit pour l’îlot nord ou pour les préfabriqués installés à Clair-Vivre, la majorité n’a pas assez communiqué avec les habitants de la commune », jugent les verts . « Nous avons mis en place un conseil participatif qui s’est réuni de nombreuses fois et sur de nombreux thèmes. Et je n’y ai jamais vu les écolos », répond Vervoort.

Patrice LEPRINCE
Cette entrée a été publiée dans Evere, Région de Bruxelles-Capitale, toutes les communes. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Evere : Rudi Vervoort (PS) vise la majorité absolue

  1. Christine Collin dit :

    Monsieur Rudy Vervoort a bien raison de mettre en avant les 85 places de crèches. Mais il oublie simplement que si ces places ont été créées c’est grâce au travail et à la ténacité de Vincent WERTZ, échevin écolo des crèches pendant la législature 2000-2006. Les biodégradables travaillent, les “indétrônables” récoltent les lauriers…

  2. Marc dit :

    Pas un mot sur le projet d’incinérateur et sur la manière cavalière et dépourvue du moindre sentiment de déplacer des tombes comme de vulgaires marchandises, sans aucune considération pour les familles.

Répondre à Marc Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>