Morlanwelz : le PS et M+ en duel

L’opposition en cartel pourrait profiter d’un recul du PS et du retrait du mayeur

Sur le papier, il n’y a guère d’incertitude : le PS apparaît dans un fauteuil pour conserver sa majorité absolue, consolidée en 2006 (15 sièges sur 25, avec 49,87 %). Et pourtant, le doute est permis à dix jours du scrutin. Et cela pour plusieurs raisons.

D’abord, parce qu’il y a six ans, l’opposition se présentait en ordre dispersé : le MR de Michel Huin (5 élus), l’ARC de Marceau Mairesse (3 sièges), le CDH de Jean-Marie Hoff (un seul élu) et la liste Ecolo de José Montero (idem). Or, le mode d’attribution du nombre de sièges est ainsi fait : plus il y a de listes, plus la ou les formations les plus fortes sont avantagées. Mais cette fois, la situation est différente : face au PS, on ne trouve que le CDH et un cartel ARC-MR, rebaptisé M+.

Ensuite, cette alliance peut se targuer d’avoir conservé ses principaux leaders : Michel Huin (603 voix en 2006) pousse la liste M+, tandis que Carine Matysiak (339 voix) et Marceau Mairesse (424 voix) la tirent. A eux trois, ils ne parviennent toutefois pas à égaler le score du bourgmestre sortant, le socialiste Jacques Fauconnier (1.928 voix).

Mais c’est là l’autre changement majeur de cette élection : le mayeur de la Cité de l’enseignement se contentera de pousser la liste socialiste, afin de laisser place à la relève. Celle-ci sera incarnée par Christian Moureau (1.274 votes il y a six ans) et Josée Incannela (1.125 votes), suivis par le reste du collège communal sortant.

Enfin, Ecolo sera absent de cette élection communale. Un siège (8,94 %) est donc à prendre.

Dès lors, une opposition regroupée pourrait gagner du terrain. Au détriment d’un PS où le bourgmestre sortant figure dans une position de retrait, avec un contexte socio-économique et des interférences de la politique fédérale guère favorables aux socialistes, en froid avec leur électorat le plus à gauche. Sera-ce suffisant pour leur faire perdre trois sièges et la majorité absolue ? Cela paraît peu probable.

Néanmoins, si le scénario d’un recul significatif (au moins deux sièges) du PS devait se concrétiser, il ferait un heureux : le CDH qui, pour peu qu’il progresse, apparaîtrait comme le partenaire idéal pour faire l’appoint dans une coalition.

Et si PS et M+ se trouvaient au coude à coude au soir du 14 octobre, ce sont les centristes qui décideraient de la teinte de la future coalition. Ironique, non ?

Pascal LORENT
Cette entrée a été publiée dans Morlanwelz, Région wallonne, toutes les communes. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>